Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Classe numérique / Classes hybrides et inversées / Sciences humaines / Expérimentation sur la classe inversée et l'utilisation d'outils numériques en lycée professionnel (suite).

Expérimentation sur la classe inversée et l'utilisation d'outils numériques en lycée professionnel (suite).

Suivi et évolution de l’expérimentation « Mise en place d'une classe inversée en utilisant des outils numériques simples et maitrisés par les élèves ».

 

Evolution de la mise en œuvre :

 

Depuis septembre 2014, notre démarche a principalement évolué concernant les outils utilisés.

 

Les raisons de cette évolution sont diverses :

 

-       Les capsules et autres supports pédagogiques utilisés n’étaient pas suffisamment nombreux ou adaptés à nos besoins. Il nous a donc fallu en créer de nouveaux et, pour cela, rechercher des outils à la fois simples et performants.

Une des difficultés rencontrées a alors été de choisir parmi la multitude de programmes ou autres logiciels existants ceux que nous devions utiliser.

En effet une veille technologique trop importante nuit à notre expérimentation de par son caractère chronophage ou par le manque de constance sur la forme et sur le fond de notre démarche.

 

-       Parallèlement à ce besoin de « constance », véritable repère pour l’apprenant, certains outils se sont révélés limités à l’usage. Nous avons dû en changer.

Par exemple, Socrative, programme de gestion des QCM ne permet qu’un seul QCM existant par « chambre ». EvalQCM permet de traiter plusieurs QCM avec un seul code d’accès par élève.

 

-       La plateforme d’hébergement devait être à la fois « instinctive » pour nos élèves, facile d’accès, simple à alimenter et capable de supporter tous nos formats de cours ou d’évaluations.

 

 

 

Notre mise en œuvre aujourd’hui :

 

Une Application Nomade spécialement créée pour la classe de TLOG :

-          Utilisable sur Android et IOS.

 

 application.jpgapplication2.jpg

   

 application3.jpg

 

 

 

Mise en place d’une progression individualisée grâce à l’utilisation d’outils numériques gratuits et connus par nos élèves :

Notre choix : Un support unique, Google +

 

o   Vidéos pédagogiques  (chaine Youtube) ;

o   Utilisation de Ted Ed (vidéos avec des QCM intégrés) ;

o   Des cours créés sur un format unique et ludique (exemple : « Une minute, une notion », https://www.youtube.com/watch?v=69Nj2HM34tQ ) avec Moovly, Explee, Powerpoint ou Camtasia ;

o   Des liens vers d’autres sites.

 

 

 

 googletlog.jpg

 

Lien vers cette plateforme :

https://plus.google.com/111993905960765673894/posts

 

 

Un outil collaboratif : qui permet un véritable travail de groupe comme par exemple l’étude commune d’un dossier Bac (Sujets + Corrigés).

-        Notre choix : Google Drive.

 

drive-tlog.jpg

 

 

Des outils hybrides :

En jumelant l’utilisation d’un Qr code et d’un QCM sur format papier, nous préparons l’élève aux supports en ligne ou encore « re-matérialisons » l’activité scolaire afin de varier les méthodes et éviter le « tout numérique ».

Un QCM imprimé est remis à l’apprenant qui doit le remplir en s’aidant du document vers lequel le QR code le dirige.

Il peut ainsi le traiter dans le bus, chez lui ou ailleurs, que ce soit directement via son téléphone portable ou bien sûr avec un ordinateur. Les applications capables de lire un Qr code sont nombreuses et gratuites.

 

 

 

 

Bilan intermédiaire : Mars 2015.

 

La participation des élèves s’est normalisée et les consignes de fonctionnement de la classe inversée sont acquises.

Concernant l’apprentissage, les résultats sont là mais il est difficile de les comparer avec un enseignement plus traditionnel dans la mesure où nous les mesurons avec les mêmes évaluations.

En effet, ces évaluations « anciennes » ne mesurent pas forcément des compétences ou qualités comme l’autonomie, la capacité à trouver et comprendre l’information ou simplement la motivation, l’engagement de l’élève…

 

L’externalisation (ou la dématérialisation) du cours permet à l’enseignant de dégager du temps en classe pour les applications mais surtout pour la mise en place d’un travail par groupes d’élèves. Cette transmission horizontale du savoir est très productive puisque les élèves ayant compris expliquent à ceux qui ont moins compris. Ces premiers sont valorisés et ils verbalisent leurs savoirs.

Les seconds écoutent et comprennent autrement que dans le cadre d’un enseignement vertical descendant.

 

Il ne nous semble pas que cette pédagogie doit être appliquée à tous les cours. Certains s’y prêtent plus que d’autres.

En outre passer d’un enseignement 100% « cours traditionnels » à un enseignement 100% « classe inversée » risquerait de faire retomber l’élève dans une monotonie qui pourrait lui faire perdre la motivation que l’introduction mesurée de cette nouvelle approche a développée.

 

 

Enfin, cette utilisation des outils nomades dans notre pédagogie nous amène à nous questionner sur :

-          Les dépenses liées à l’utilisation du matériel personnel de l’élève (par exemple, l’achat d’un téléphone ou encore sa consommation Internet imposée…) ;

-          La responsabilité de l’Ecole en cas de perte, vol etc de ces outils devenus pédagogiques et finalement, dans le cadre de ce nouvel enseignement, obligatoires !

 

 

 

A suivre…