Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Résumé conférence G. Lecointre

Abstract de la conférence de M. Lecointre Guillaume "Parler de la biodiversité"

"Parler de la biodiversité"

Guillaume Lecointre
Museum National d'Histoire Naturelle

   

Parler de la biodiversité implique l'utilisation de mots de portée générale, et qui désignent des concepts.

La première difficulté réside dans la confusion courante entre le concept et les objets qu'ils désignent ; autrement dit, croire que ce sont les objets de la nature qui sont intrinsèquement porteurs de ces concepts. Or, ces concepts sont fabriqués par des classifications. En tant que tels, ils ne sont pas le produit de la Nature et sont susceptibles de changer avec l'avancée des connaissances.

Les classifications que nous produisons sur la biodiversité sont multiples et n'ont pas toutes le même "cahier des charges". Ainsi, il y a des classifications culinaires, écologiques, phylogénétiques... Une bonne classification est celle qui réussit à remplir efficacement son "cahier des charges". Une seconde difficulté pour parler scientifiquement de la biodiversité réside dans la conscience permanente du cahier des charges dans lequel on est. Une partie des erreurs scientifiques et pédagogiques consiste à 'utiliser des concepts écologiques (par exemple, "algues") ou culinaires (par exemple "fruits de mer, "poissons"...) dans un discours phylogénétique et vice et versa.

Une troisième difficulté réside dans l'incorporation de réflexes culturels, psychologiques, voire idéologiques, de notions de valeur dans le discours scientifique sur la biodiversité, incompatibles avec la théorie générale de la Biologie. De nombreux exemples seront donnés : scalisme, anthropocentrisme, métaphores malheureuses, Nature sujet du verbe, etc. Ces difficultés peuvent créer des blocages dans l'enseignement des  sciences de la vie. Ce n'est qu'à l'aide d'éléments d'épistémologie donnés aux enseignants (périmètre du discours scientifique, nature des théories scientifiques) que l'on perfectionnera le discours scientifique sur la biodiversité délivré par l'enseignement et qu'on les aidera à faire face à l'intrusion d'assertions de valeurs dans la classe de sciences.