Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

activite9-bis

Version Romorantin

L'évolution du climat du Silurien au Permo-Carbonifère

Plan de l'atelier

Introduction : Des explications préliminaires. Lien vers le diaporama.

 

I.Des documents pour travailler sur les hypothèses.

 

II.Utiliser le modèle pour tester les hypothèses.

 

Deux problèmes géologiques sous-jacents :


    • Quelles sont les variations du climat enregistrées du Silurien au Permo-Carbonifère?
    • Quelles sont les causes envisageables de ces variations climatiques ?

Démarche :

    • Utiliser et mettre en relation des documents pour faire apparaître l'existence d'un changement climatique entre le Silurien et le Permien et pour proposer des hypothèses explicatives.
    • Utiliser le modèle du cycle du carbone à long terme afin de tester les différentes hypothèses en terme de validité et d'importance relative.


I.Faire émerger les hypothèses

Document 1

icone_silurien.jpg

Agrandir l'image

legend.jpg

icone_middle_devonian.jpg

Agrandir l'image

Reconstitution paléogéographique et indices climatiques pour le Silurien, le Dévonien moyen, le Carbonifère et le Permien basal.

 

Cartes extraites du dite Paleomap Project de Chritopher R. Scotese.

http://www.scotese.com/

icone_lower_carbo.jpg

Agrandir l'image

 

carbo_paysa.jpg

Les forêt marécageuses carbonifères, à l'origine de la formation des gisements de charbon.

icone_lower_perm.jpg

Agrandir l'image

Le charbon se forme dans des bassins houillers qui sont des fosses continentales dans lesquelles des débris végétaux se sont accumulés suivant un mécanisme sédimentaire particulier, rythmique, dû à la subsidence de ces fosses. Suivant la position de ces bassins à l’époque de leur genèse, en bordure ou au cœur du continent, les gisements houillers présentent des caractères différents. On est ainsi amené à distinguer des bassins paraliques, limniques et de plates-formes. En dehors de leur intérêt économique, les bassins houillers fournissent une masse considérable d’informations sur les anciennes flores et les anciens paysages terrestres. Il s’est déposé des roches carbonées tout au long de l’histoire géologique de la Terre ; mais c’est seulement à partir de la fin des temps primaires qu’on en trouve des quantités importantes et exploitables.

Extrait de l'Enclopédia Universalis.

 

Ce document 1 permet à l'élève :

 
      • de mettre en évidence l'existence d'un climat chaud et aride au Dévonien attesté par le présence d'évaporites,
      • de constater le refroidissement qui s'installe jusqu'au Permien inférieur dans l'hémisphère nord attesté par la présence importante de tillites,
      • d'appréhender la mise en place d'une quantité collossale de gisements de charbon aux latitudes tropicales à partir du Carbonifère inférieur sous un climat chaud et humide,
      • de conclure à l'existence d'un changement climatique avec le passage d'un climat chaud et aride au Dévonien, à un climat contrasté au Carbonifère.
      • de proposer l'hypothèse d'un lien entre le refroidissement observé et l'enfouissement de matière organique.

Document 2

 icone_evolution_vgtx1.jpg

Agrandir l'image

Les végétaux vasculaires (avec qui apparaissent les premières "racines") colonisent le milieu continental jusqu'alors occupé par des tapis d'algues et de lichens primitifs.On constate grâce aux archives paléontologiques que le taille et la profondeur des racines augmentent jusqu'au Dévonien terminal avec un enracinement déjà profond dès le Dévonien inférieur(-390 Ma) Cet enracinement profond aura eu pour effet le plus évident, une apparition de fractures dans les roches du sous-sol qui augmente la "surface d'attaque" et accélère ainsi l'altération par l'eau.

D'après Berner et al.

Dev_plant_roots.gif

L'évolution des végétaux de l'ordovicien au Carbonifère terminal. Evolution de la taille des racines des végétaux au cours du Dévonien.

L'altération des roches. Les minéraux des roches de la croûte continentale, en particulier dans les chaînes de montagne, s'altèrent sous l'effet de l'eau. Quelques exemples :

Altération d'un Feldspath calcique : CaAl2Si208 + 3H20 + 2C02 -->2HC03- + Ca2++ Al2Si205(OH)4

Altération d'un Pyroxène calcique : CaSi03 + H20 + 2C02 -->Si02 + Ca2+ + 2HC03-

Les cours d'eau emportent les ions vers les océans où ils vont précipiter sous forme de calcaire :

2HC03- + Ca2+ -->CaC03 + C02 + H20

lnhorneo.gif
L'altération des roches silicatées.
Des racines primitives chez Hornéophyton trouvé sur le site écossais de Rhynie(-390 Ma).

 

Ce document 2 permet à l'élève :

 
    • de faire un lien entre l'augmentation de l'altération et l'apparition des premiers végétaux possédant des racines,
    • de comprendre que l'augmentation de l'altération due aux racines aura un effet sur la consommation de CO2 atmosphérique donc sur l'effet de serre.
    • de poser l'hypothèse d'un lien entre l'évolution des végétaux, notamment l'apparition de racines, et le refroidissement constaté avec le document 1.

 

Document 3

silurieninf.jpg

En marron sur la reconstitution paléogéographique du Silurien inf., les reliefs.

pennsylvanien.jpg

En marron sur la reconstitution paléogéographique du Carbonifère sup., les reliefs. La collision entre la Laurasie et le Gondwana engendre la chaine Hercynienne.
Dessins : Agathe CAMBRELENG et Vincent ROMMEVAUX, Laboratoire de Géologie du Muséum national d'Histoire naturelle.

Ce document 3 permet :

    •   d'observer la présence de reliefs plus importants au Carbonifère sup. qu'au Silurien inf avec la construction de la chaîne Hercynienne.
    • de faire le lien à l'aide du document 2 avec une augmentation de l'altération, consommatrice de CO2 et ses conséquences sur l'effet de serre terrestre.
    • de poser l'hypothèse d'un lien entre le refroidissement constaté et la surrection de la chaîne Hercynienne.

 

II.Utiliser le modèle et tester les hypothèses.

Le modèle utilisé est une adaptation de Géocarb II, modèle conçu par R.A Berner de l'université de Yale. Ce modèle du cycle du Carbone à long terme qui fonctionne sur une durée de 600 Ma, soit l'équivalent des temps phanérozoïques, comporte les 3 réservoirs fondamentaux pour les échelles de temps considérées et six flux qui lient ces réservois les uns aux autres.

 

Dans ce modèle du chercheur, les différents flux sont affectés de coefficients (fx). Il est possible d'en modifier un certain nombre pour en tester l'impact. L'impact des modifications effectuées seront directement accessibles à travers la température globale et la quantité relative de CO2 atmosphérique par rapport à l'actuel.

 

modelsimp2r.jpg

 

Ce qui figure en orange dans le modèle ci-dessus sont les paramètres modifiables par l'espérimentateur et permettant d'évaluer la pertinence des hypothèses :

 
    • L'enfouissement de la matière organique, que l'on peut modifier pour mettre en évidence son influence sur le cycle du carbone et le climat.
    • fe qui exprime l'importance des végétaux vasculaires.
 

Remarque : fe est un coefficient multiplicateur de l'altération des silicates, équation intégrée dans la sédimentation des carbonates.

 

I. Le modèle à l'équilibre.

 

1. Ouvrir cycle_ long600Mast avec Venread.

 

2. Dans la barre d'outils en haut de l'écran, indiquer le nom de la simulation qui va être effectuée.

alequi.jpg

3. Cliquer sur l'icône run.jpg pour lancer la simulation. Dans la fenêtre "graphiques" sous le modèle apparaît la courbe des températures calculée par le modèle pour les derniers 600Ma ainsi que la valeur relative de CO2 atmophérique.

 

4. Repérer quelques valeurs de température pour la période étudiée ( autour de 300 Ma) en cliquant sur le rond rouge "température" du modèle et en utilisant ensuite l'icône situé à gauche de l'écran graph.jpg

II. Tester l'influence de l'enfouissement de la matière organique au Carbonifère.

1. Selon le même principe que le I.2, renommer la nouvelle simulation.

 
simul1.jpg
 

2. Lancer le mode de simulationboutonsim.jpg . Ce mode de simulation, différent du premier, permet à l'utilisateur de modifier des paramètres du modèle.

 

3. Utiliser le curseur (voir ci_dessous) qui correspond en position 1 aux variations géologiques d'enfouissement de la matière organique enregistrées sur le terrain et en position 0 à un enfouissement constant sur la durée de la simulation.

curseur 1.jpg enfouiss.jpg
curs0.jpg enfouicst.jpg

4. Comparer avec les valeurs à l'équilibre en utilisant graph.jpg, ou comparer en utilisant une superposition de la courbe de température à l'équilibre avec celle de la simulation juste réalisée : cliquer sur le rond rouge température du modèle et ensuite sur l'icôneicocourb.jpg . Les deux courbes de température sont superposées et permettent une comparaison.

 

5. Conclure... et appuyer sur icostop.jpg pour stopper la simulation.

III. Tester l'influence de l'avènement des végétaux vasculaires.

1. Renommer la nouvelle simulation, végétaux vasculaires par exemple.

 

2. Lancer le même mode de simulation que précédemment boutonsim.jpg .

 

3. Cliquer sur l'icône fefe.jpg, la fenêtre qui apparaît ci-dessous correspond aux données paléontologiques d'évolution des végétaux. fe est un coefficient multiplicateur de l'altération des silicates par les racines des végétaux.

icone_modiffe.jpg

Agrandir l'image

 

Le 1 indique le moment ou les végétaux vasculaires apparaissent (-400 Ma), le coefficient augmente ce qui accélère l'altération des silicates.Il est possible avec la souris de modifier les coordonnées (x, y) des points. L'expérimenteur peut ainsi "retarder" l'augmentation du coefficient soit retarder l'apparition des végétaux vasculaires et de leurs racines.

 

4. Retarder l'apparition des végétaux vasculaires de 100 Ma manuellement en utilisant la souris ou en modifiant le tableau de valeurs à gauche en attribuant le coefficient 0.175 (avant l'apparition de végétaux vasculaires) jusqu'à 300 Ma.

 

5. Même procédure qu'en II.4 pour comparer la courbe des températures.

 

6. Conclure... et appuyer sur icostop.jpg pour stopper la simulation.

 

Laisser modèle ouvert tel quel, il sera réutilisé plus loin dans l'activité.

 

IV. Tester l'influence de l'orogenèse hercynienne.

Déterminer la surface occupée par la chaîne hercynienne.

 

1.Ouvrir avec un logiciel de traitement d'images, l'image orohercyn située dans le dossier cycle long.

 

2.Colorer en bleu la surface de la chaîne Hercynienne en Europe. Enregistrer la nouvelle image et l'ouvrir avec Mesurim (raccourci sur le bureau). Une image colorée est directement accessible dans le dossier cycle long, orohercyncolor.

 

3. Dans le menu, choisir Image puis Créer/modifier l'Echelle. Choisir échelle à définir et renseigner les cases unités et valeur. Enregistrer l'échelle.

 

4. Choisir Choix, outils de mesure, surface. Cliquer sur la zone colorée en bleue et sur Mesurer.

 

5. En utilisant la surface de la chaîne hercynienne déterminée avec Mesurim, calculer la quantité de CO2 consommée par son érosion jusqu'a la fin du Carbonifère.

 

Des données pour le calcul

 
    • Epaisseur de croûte continentale érodée a la fin de Carbonifère : 20 km
    • Quantité de silicates calciques dans le croûte continentale : 2%
    • Densité moyenne des roches : 3000 Kg/m3
    • Quantité de CO2 atmosphérique : 750 GT de C soit 2750 GT de CO2
    • La masse de CO2 consommé correspond à 78 % de la masse des silicates calciques altérés.

Correction du calcul et critiques des résultats obtenus

  

Répondre au problème posé. Les différentes hypothèses sont toutes les trois pertinentes.

Peut-on maintenant tenter de les classer par ordre d'importance?

1. Retour au modèle et comparer non plus les résultats de température, mais ceux de la RCO2 (masse de CO2 atm au temps t / masse de CO2 atm actuelle) en cliquant sur la "quantité relative de Catm (= RCO2)" puis sur icocourb.jpg pour visualiser graphiquement les résultats et sur graph.jpg pour une visualisation chiffrée.

 

2. Comparer ces valeurs à celle de la quantité de CO2 consommée par la surrection Hercynienne. (IV.6 qui correspond à la variation de RCO2 induite par la consommation du CO2 atmosphérique)

 

3. Classer les causes du refroidissement par ordre d'importance.

  

 Lien vers l'activité 10

 

Équipe INRP de l'académie d'Orléans-Tours.