Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Outils numériques / Logiciels et bdd / WinMDI / Principe de fonctionnement du cytomètre de flux

Principe de fonctionnement du cytomètre de flux


 
 
 
 
 

Didacticiel

 

Télécharger le logiciel

Remarque :  Une présentation un peu plus détaillée se trouve dans le nouveau site

Le cytomètre de flux comprend trois parties:

  1. Un réseau fluidique constitué d'une veine liquide s'écoulant à vitesse constante qui entraîne et focalise un deuxième flux liquide contenant l'échantillon;
  2. un banc optique avec une ou plusieurs sources lumineuses et ses détecteurs du type photodiode (pour la diffusion de la lumière) et des photomultiplicateurs et filtres optiques qui permettent de quantifier les diverses fluorescences émises par chaque objet,
  3. un microprocesseur qui convertit les signaux électriques en signaux numériques , coordonne les données , prépare les représentations graphiques et les analyses statistiques.

cytometre

Certains appareil comprennent un dispositif de tri. En polarisant brièvement le jet , on obtient des gouttelettes chargés (+ ou -) qui seront déviées, avec leurs contenus, dans un champ électromagnétique.

La cytométrie en flux permet l'analyse de nombreux constituants cellulaires (acides nucléiques, lipides, protéines...), d'organites isolés (noyaux, mitochondries, plastes, chromosomes...) ou de certaines fonctions cellulaires (viabilité, activités enzymatiques, gènes rapporteurs, pH, potentiels, activités ioniques...). Typiquement, l'analyse se fait à plusieurs milliers d'objets par seconde.

(d'après olivier CLATRICE et Spencer BROWN, ISV, CNRS, Gif sur Yvette)