Document Actions

IVG et IMG

par Françoise Jauzein last modified 08 Mar 2010 14:44

L’interruption de grossesse est régie par les lois du 17 janvier 1975 et du 31 décembre 1979. Ces lois définissent l’IVG et IMG.

L’IVG est une Interruption Volontaire de Grossesse qui se fait à la demande de la mère et seulement de la mère pour une raison qui lui appartient.

Cette loi définit aussi l’IMG. L’Interruption Médicale de Grossesse (plutôt qu’interruption thérapeutique) ne peut se justifier qu’au cas où le fœtus est atteint d’une maladie incurable au moment du diagnostic ou lorsque la grossesse met la vie de la mère en danger. Elle peut avoir lieu à tout moment au cours de la grossesse.

La mère ne peut l’exiger , elle peut accepter ou refuser. Les médecins des centres de médecine prénatale sont d’accord pour dire que la mère ne doit pas la décider seule.


Dans le cas d’une T 21, le caractère incurable est unanimement reconnu et ne donne pas lieu à discussion pour la proposition d’IMG.


La décision de faire réaliser l’IMG ?

Lors d’une enquête auprès des 25 centres de médecine prénatale en 1997, Corinne Assouline (voir son DEA) a classé les raisons pour laquelle cette interruption est proposée. En premier vient la lourdeur de la prise en charge thérapeutique puis la demande du couple. Enfin viennent dans l’ordre: le terme de la grossesse, le contexte psychologique du couple, le contexte social du couple et enfin le coût de cette pathologie fœtale.

Le terme d’IMG met l’accent sur la place du médecin. Celui-ci se trouve en situation de réaliser des actes médicaux à caractères eugéniques. En 1997, on a compté 2,1 IMG pour 100 naissances.

 

Voir le cadre légal de l’IVG et l’IMG

 

Personal tools