Document Actions

"Décoder les arbres de l'évolution : images et modèles" Formavie 2010

par Michèle PRIEUR last modified 14 Apr 2010 12:50

 

Sylvie Fanfano, professeure de SVT associée à l'équipe ACCES
Michèle Prieur, chargée d'études et de recherches à l'INRP

 

acceuil.jpg

En évolution, nous sommes confrontés à différentes images d'arbre : arbres phylogénétique, taxonomique, généalogique, phénétique… Ces arbres sont l'illustrationde différentes approches, différentes méthodes et peuvent conduire à des interprétations différentes, abusivesvoire contradictoires. Les élèves sont confrontés à des arbres issus de la recherche en sciences, mais encore à des arbres qui subissent une certaine transposition en vue d’une simplification dans des manuels scolaires ou d’une médiatisation dans des revues de vulgarisation scientifique. Comment se retrouver dans cette "forêt d'arbres" ?

 

Objectifs de l’atelier

Comprendre les méthodes et principes qui ont conduit à l’élaboration de ces « arbres de l’évolution » afin de les utiliser et de les interpréter correctement  et identifier des concepts critiquables véhiculés par certaines images d’arbres.  

 

Comparaison cladogramme et phénogramme 

Mode de construction et interprétations :

 

Des arbres de l’évolution qui ne sont ni des cladogrammes, ni des phénogrammes

Certains arbres retracent une histoire évolutive en ne s’appuyant ni sur une méthode cladistique, ni sur une méthode phénétique. Ces arbres de l’évolution sont des formalisations graphiques d’une expérience subjective mais relèvent cependant d’une construction méthodique.  Ils sont construits selon une approche itérative basée sur la comparaison morphologique de proche en proche des taxons en intégrant explicitement dans le raisonnement l’information temporelle donnée par la paléontologie.

- Dans un premier temps il y a description des groupes chronologiquement situés les uns par rapport aux autres et entre lesquels on pose des hypothèses d’ancêtres à descendants (hypothèses d’anagenèses).

- Puis dans un deuxième temps on déduit des relations phylogénétiques entre ces lignées à partir des modifications morphologiques (hypothèses cladogénétiques). Ces relations sont inférées au sein de chaque groupe. Ces déductions de relations phylogénétiques reflètent donc les processus évolutifs supposés.

Ces arbres, qui ont pour objet de retracer une histoire de l’évolution des différentes espèces étudiées, possèdent une part de subjectivité.

Dans le cadre de l’évolution humaine les données sont faibles et sans cesse renouvelées, il est en conséquence difficile de construire des cladogrammes ou des phénogrammes. Le plus souvent, les arbres proposés sont construits à partir de cette méthode.

 

Représentations implicites, confusions, erreurs exprimés par certains arbres

 

Ressources

 
  • Bibliographie 
Coquidé M,  Tirard S. coord 2009) L'évolution du vivant. Un enseignement à risque ? Vuibert
Guillo D (2009) Ni Dieu, ni Darwin - Les Français et la théorie de l'évolution. Ellipse
Heams T. et al (2009). Les mondes darwiniens - L'évolution de l'évolution. Syllepse
Lecointre G, Le Guyader H. (2007) Classification phylogénétique du vivant, 3ème ed. Belin
Lecointre G, Bonnet ML, Cariou F, Duco A (2008). Comprendre et enseigner la classification du vivant.2ème ed. Belin
Lecointre G, Fortin C, Guillot G, Le Louarn-Bonnet ML (2009). Guide critique de l'évolution. Belin

Musset M (2008). Enseigner l’évolution en France. Dossier d’actualité de la VST n°38

Quessada M.P. (2008). L’enseignement des origines d’Homo sapiens, hier et aujourd’hui, en France et ailleurs : programmes, manuels scolaires, conceptions des enseignants. Thèse doctorat Université de Montpellier II, 430 pp.

 

  • Sitographie

Dossier scientifique du CNRS : Evolution, des origines de la vie à l’origine de l’Homme

Groupe « Enseigner l’évolution » (INRP, Université Lyon 1, Montpellier 2, ISCC)

Dossier « Les mécanismes de l’évolution » du site de Jussieu 

 
  • Logiciel 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personal tools