Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

JCM

 

Java Climate Model (JCM): prise en main du logiciel

 

Accueil Installation Ouverture d'un fichier Analyse du modèle Simulation

Ce logiciel a été conçu  par Ben Matthews de l'Institut d'astronomie et de géophysique de l'université catholique de Louvain.

 

Il permet à l'utilisateur d'explorer en ligne ou en différé les impacts des émissions des gaz à effet de serre sur le climat (essentiellement sur les températures et le niveau marin).

 

Ce n'est pas un simple "visualiseur" de données mais un modèle complet rapide et compact qui génère des graphiques de données climatiques à partir de scénarios d'émission de gaz à effet de serre, de stabilisation de facteurs climatiques ou des scénarios de développement socio-économiques élaborés par le GIEC.

Il est le résultat d'un couplage de deux modèles :

Une ancienne version du BernCC-Model (utilisé par le GIEC) qui traite des cycles du carbone et des autres gaz à effet de serre, de la chimie de l'atmosphère et du forçage radiatif
Du Wigley-Raper UDEB Model qui gère les températures, le niveau marin et les échanges énergétiques.

Des modules de calcul viennent compléter l'ensemble et manipulent des séries de données issues  du SRES (Special Report on Emissions Scenarios du GIEC) et des GCMAO (modèles globaux climatiques atmosphère/océan), beaucoup plus sophistiqués mais nécessitant de gros moyens informatiques et ne pouvant faire des prévisions que sur un petit ensemble de scénarios prédéfinis.

 
JCM est donc un modèle simple qui ne peut générer les variations climatiques régionales qui nécessitent un GCM, qui n'inclue pas encore tous les procédés physiques et biogéochimiques de rétroaction (réponse du phytoplancton de l'océan, de la circulation thermohaline par ex.), mais qui présente l'avantage de la rapidité de simulation et de diagnostic et la capacité de travailler à partir d'un large éventail de scénarii. La validité du modèle peut être étudiée en mode d'utilisation " niveau expert " où l'on peut vérifier le bon ajustement entre les résultats affichés dans les graphiques et les données fournies par le GIEC.