Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL

7page

Par barrere — Dernière modification 19/09/2017 09:51

Java Climate Model (JCM): prise en main du logiciel


Accueil Installation Ouverture d'un fichier Analyse du modèle Simulation

 

Les incertitudes liées au choix du scénario socio-économique

      La fourchette de l'augmentation des températures entre 1990 et 2100 qui est mentionnée dans le dernier rapport du GIEC est de 1,4 à 5,8 °C. L'existence d'une fourchette aussi importante tient pour l'essentiel à deux facteurs :

    • une incertitude liée à la modélisation, à la difficulté de reproduire sur ordinateur le monde qui nous entoure
    • une incertitude liée  à l'évolution socio économique, aux choix politiques, aux comportements des sociétés humaines .
 

 Les scientifiques travaillent donc avec des scénarios d'émission proposés par le GIEC, qui décrivent chacun comment pourraient évoluer les émissions de gaz à effet de serre entre 2000 et 2100 selon des hypothèses diverses. Comme il y a une infinité de possibilités a priori pour décrire ce que seront les émissions à l'avenir, les scénarios sont nécessairement conventionnels. Cela ne signifie pas qu'ils sont totalement arbitraires pour autant,  chacun d'entre eux reflète un état plausible du monde futur. Ils ont été élaborés par des démographes, des spécialistes de l'énergie, des sociologues, des économistes.... Ces scénarios n'ont toutefois ni la prétention de couvrir toute la palette des possibilités, ni celle de proposer une hiérarchie, c'est à dire que leurs auteurs se refusent à dire si certains sont plus probables que d'autres.
     Concrètement le GIEC a édité un rapport décrivant les 40 scénarios utilisés, qui sont regroupés en 4 grandes "familles". Chaque "famille", désignée par un sigle (A1, A2, B1, B2), est supposée correspondre à un projet de société particulier, et les hypothèses "de base" (portant sur la population, les pratiques agricoles, l'évolution des techniques, etc) servent ensuite à modéliser une consommation d'énergie et une consommation agricole, lesquelles sont ensuite converties en émissions de gaz à effet de serre.

 
Configuration de la page écran
 

Choisir un scénario du GIEC dans le menu SRES puis "scénario sans politique" dans le menu Objectifs (les scénarios du SRES ne comportent pas de politique volontariste mondiale vis à vis de l'émission des gaz à effet de serre.

 

Scénario A1B : croissance économique très rapide, population mondiale qui atteint son maximum au milieu du siècle, apparition rapide de technologies nouvelles et plus efficaces, réduction sensible de la disparité régionale du revenu par habitant, équilibre entre toutes les sources d'énergie (fossiles et non fossiles)

 

demarch3a.gif

 

 

 

Scénario B1 : mêmes caractéristiques démographiques que précédemment, économie axée sur les services et l'information, moindre importance des activités productrices de matière, adoption de technologies propres et fondées sur une utilisation efficace des ressources. Accent mis sur la recherche de solutions mondiales en matière de viabilité économique, sociale et environnementale, y compris par le biais d'une plus grande équité, mais sans nouvelles initiatives ayant trait au climat.

 

demarch3b.gif

Remarque : Les sociétés humaines évoluant très rapidement, JCM a seulement des données socio-économiques jusqu'en 2100,mais étant donné  le temps de réponse de certains processus du changement climatique, le modèle se prolonge jusqu'en 2300 afin de voir certains effets des émissions anthropiques sur le climat. Les émissions en gaz et aérosols sont alors considérées  comme constantes après 2100 par le modèle.