Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL

Origine du phénotype drépanocytaire

Par Claire Casnin Dernière modification 08/04/2019 12:10

Le phénotype résulte de processus biologiques
gouvernés par l'expression de plusieurs gènes

 

 

La persistance de l'hémoglobine foetale après la naissance peut inhiber la falciformation.

document à utiliser : ontog.GIF

Hémoglobines embryonnaires et foetales, hémoglobines adultes

    * Durant la vie embryonnaire, deux types de sous-unités de la famille a sont présentes : la chaîne z appararaît la première, puis la chaîne a.

      Il existe également deux chaînes de type b : la chaîne e, spécifique de cette période initiale de la vie, et les chaînes g (ou foetales). Ces diverses sous-unités constituent les trois hémoglobines de l'embryon, l'hémoglobine Gower 1, l'hémoglobine Gower 2 et l'hémoglobine Portland.
    *   L'hémoglobine F, détectable à partir de la 5ème semaine, est le constituant hémoglobinique principal de cette période de la vie. L'hémoglobine F est synthétisée dès les premiers stades de la gestation ; elle atteint entre la 8ème et la 10ème semaine un taux de 90 % qui reste ensuite à peu près constant jusqu'à la naissance. La sous-unité foetale g est en fait constituée par un mélange en proportions variables de deux espèces moléculaires très voisines, produits de deux gènes distincts, les chaînes Ag et Gg qui ne diffèrent que par la nature du résidu en position 136, alanine dans le premier cas, glycocolle dans le second.

Hémoglobines de l'adulte

    * L'hémoglobine A, représente plus de 95 % de la totalité des hémoglobines. Il existe en outre un constituant mineur, l'hémoglobine A2, dont la synthèse débute dans la période néonatale et qui est exprimée à un taux d'environ 2,5 %.
    * Chez l'adulte normal, l'hémoglobine F ne subsiste plus qu'à l'état de traces inférieures à 1 % et reste limitée à une population cellulaire restreinte, les "cellules F". Ces dernières, dont le nombre semble génétiquement déterminé, représentent 1 à 7 % de l'ensemble des érythrocytes, et correspondraient à des hématies dont la différenciation est différente de celle des cellules ne synthétisant que de l'hémoglobine A.

 

Le pourcentage d'hématies contenant de l'hémoglobine F présente une grande variabilité d'un individu à l'autre.

 

Le pourcentage d'hématies contenant de l'hémoglobine F (cellules F) peut dans certaines cas être supérieure à 7%.

Parmi une population d'individus porteurs du génotype HBS//HBS on a identifié deux catégories de patients :

   1. Certains développent des crises fréquentes et graves (accidents vascullaires) dues à la falciformation des hématies,
   2. D'autres ne développent qu'exceptionnellement des crises qui sont le plus souvent bénignes.

Les patients qui souffrent de crises caratéristiques de la drépanocytose ont un taux d'hématies de type F inférieur à 10%o

Pourquoi la polymérisation de HBS et la falciformation est elle perturbée par la présence d'hémoglobine foetale ? C'est un fait, l'hémoglobine foetale ne s'intègre pas dans le polymère "PolyHBS" portant atteinte à la fois aux contacts verticaux et horizontaux du polymère.

Ainsi même si le phénotype drépanocytaire est monogénique, il est influencé par l'activité de plusieurs autres gènes, ici le gène g.

Documents à utiliser :