Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / EDD / Dispositif climat, énergie et développement / Actualités 2005-2008 / Compte rendu de la conférence de Bernard Saulnier

Compte rendu de la conférence de Bernard Saulnier

Par chevallier — Dernière modification 05/12/2016 10:03
conférence du 17 janvier 2007 au Museum d'histoire naturelle de Grenoble, Compte rendu réalisé par SVT-Grenoble (Académie de Grenoble) et relu par le conférencier

Météorologie et climat : mesures, prévisions, tendances actuelles

 

Quels outils pour connaître le temps qu'il fait?

les mesures au sol:

la station automatique de Grenoble est située au Versoud.

en Isère: 10 stations automatiques RADOME, permettent en temps réel de suivre le régime des pluies, du vent, la surveillance du temps. l'intérêt réside dans les prévisions à court terme

quelle est l'utilité de ces stations de surveillance?

Leur intérêt réside dans l'alimentation des bases de données des modèles METEO

Toutes les observations sont faites dans le monde à la même heure. il faut qu'elles soient en suite rapidement traitées


les satellites METEO

ils existent depuis les années 1960. On en distingue deux sortes:

les satellites géostationnaires:

ils sont positionnés à la verticale de l'équateur, à 36000 km d'altitude. Ils restent en permanence à la verticale du même point.


geostation.gif



exemple de satellites géostationnaires: METEOSAT (satellite européen, qui couvre l'Europe mais également l'Afrique)

la Terre est parfaitement surveillée


les satellites défilants:

ils passent par les pôles à environ 800 km d'altitude, leur vitesse est plus rapide et leurs images sont de meilleure qualité mais ils ne permettent pas de suivi en temps réel


remarques: l'outil « satellite » intervient au même titre que les autres outils pour prédire le temps, il permet d'anticiper à court terme les variations météorologiques. Enfin le satellite est un outil indispensable pour la détection des cyclones (un cyclone est un phénomène météorologique extrême qui correspond à une « soupape » de sécurité de l'atmosphère. dans le contexte actuel du changement climatique, on surveille particulièrement la fréquence des cyclones.: en effet une atmosphère chaude continent davantage d'énergie qui se dissipe notamment par els phénomènes climatiques extrêmes.


les radars METEO

Ils détectent dans les nuages la présence de gouttes d'eau qui font un écho: c'est à dire que le radar localisent les zones où il pleut.

c'est un outil précieux car il permet un suivi en temps réel des pluies. Il permet d'observer une région sur une distance de 200 km, et de quantifier les pluies sur une distance de 100km; la résolution spatiale est de 1km2. En revanche, l'utilisation du radar présente un défaut: il peut exister des masques qui bloquent les ondes hyperfréquences (par exemple le relief est un type de masque).


exemple d'utilisation: prévisions des pluies pour Rolland Garros, les pluies cévenoles, etc...

ces phénomènes ont lieu à la fin de l'été ou au début de l'automne: la température de la mer est encore élevée, on assiste à une remontée d'air chaud vers le Nord qui heurte les reliefs (Cévennes…) L'air chaud s'élève se condense (il est riche en eau). le continent est chaud ce qui permet la mise en place d'une convection et la formation de nuages d'orages.

l'image radar ci dessous est composée à partir des informations fournies par les 15 radars de Météo-France. Sur cette image, la couleur varie selon l'intensité des précipitations rencontrées par l'onde radar. Les Cévennes et les monts du Vivarais sont affectés par un chapelet de points jaunes correspondant à des précipitations supérieures à 60 millimètres par heure.

z06.jpg


source: http://www.meteofrance.com


comment sont réalisées les prévisions météorologiques?


ces prévisions sont le résultat d'une chaîne de différentes étapes:
  • MESURER à l'aide des outils vus précédemment
  • TRANSMETTRE les observations, les images télédétectées: cela nécessite des échanges de données normalisées sur l'ensemble de la planète
  • TRAITER l'ensemble des informations c'est à dire les valider, les stocker, les visualiser
  • PREVOIR l'état futur de l'atmosphère à diverses échéances à partir des conditions initiales. on distingue deux types de prévisions:

-des prévisions à plusieurs heures: elles correspondent à la détection et au suivi des phénomènes météorologiques

-des prévisions à plusieurs jours: elles font appel à des simulations sur des supercalculateurs. le supercalculateur FUJITSU est actuellement installé à Toulouse, il réalise 300 milliards d'opération à la seconde. Il permet de faire tourner un modèle complexe: celui qui est utilisé en France par Météo-France est le modèle ARPEGE.

Rq: ce type de prévision correspond à une prévision déterministe c'est à dire obéissant à des lois physiques et mathématiques (équations) et non à une prévision statistique.

Le modèle ARPEGE utilise un découpage de l'atmosphère sur une surface carrée de 16 km de coté (en France), sur 31 niveaux verticaux, avec un pas de temps de 3 secondes. L'inconvénient de ce modèle réside dans la représentation simplifiée du relief en France.simul_num.gif

Un autre modèle est également utilisé en France, il s'agit du modèle ALADIN qui réalise un zoom plus précis sur la France (les carrés ne font que 8,6 km de coté). Il permet ainsi des prévisions sur les précipitations à 36h d'échéance.

ce modèle permet d'élaborer, à partir de plusieurs états initiaux, des scénarios d'évolution du temps. On associe alors un indice de confiance (entre 1 et 5) aux scénarios obtenus. Celui qui est le plus probable est retenu.

  • DIFFUSER ces prévisions: l'Etat a pour mission d'assurer la sécurité des biens et des personnes sur le territoire. MétéoFrance participe à cette mission en assurant la prévision des évolutions de l'atmosphère, mais aussi de l'océan et du manteau neigeux. Ces informations sont diffusées vers le grand public, mais également vers les milieux professionnels: autoroutes, collectivités locales, entreprises du bâtiment, offices du tourisme...

MétéoFrance établit une carte de vigilance météo, depuis 2001.



les questions au conférencier

prenez vous en compte les variations d'insolation dans vos calculs?

c'est un paramètre qui dépend du rayonnement solaire, mais qui a peu d'impact à l'échelle d'une journée.


qu'est ce qu'on entend par « température à Grenoble » sur les bulletins météo? Est ce vraiment la température mesurée à Grenoble?

Il s'agit en réalité de la température mesurée à Saint-Geoirs (38)


le modèle ARPEGE est-il international?

Non, il est français. c'est un des meilleurs au monde, il existe des modèles européens. ARPEGE est un modèle planétaire associé à des modèles locaux. Il sont améliorés en permanence: ainsi on prévoit d'affiner les données avec un modèle précis à 2km.


a-t-on des preuves, en Isère, du réchauffement climatique en termes de variations de température?

L'évolution à Grenoble depuis 16950 montre une élévation de +1,5°C. Localement, les données varient: au Col de Porte, la température moyenne de l'hiver a augmenté de 2°C


Y a t il une réelle période d'accélération sur les 15 dernières années?

oui


Quelle est la tendance en terme de précipitations?

les scénarios prévoient autant de précipitation en moyenne sur l'année. En revanche, ils indiqueraient plus de pluies en automne et en hiver (hivers plus doux mais plus humides) et une relative sécheresse en été (étés plus chauds et plus secs). Ainsi, au col de Porte la quantité de précipitation n'a pas changé au cours du temps: si on a pu noter 50% d'enneigement en moins, les précipitations y sont davantage sous forme de pluie.


Utilisez vous des données météorologiques historiques?

Oui notamment au centre de Toulouse. On a pu ainsi reconstituer les 1000 dernières années du climat.


Quelle a été l'origine du cyclone en Guyane (Atlantique Sud)?

Il n'y a pas de cyclone à cet endroit pour une raison physique: on est dans une zone où la force de Coriolis est nulle, en revanche, la Guyane est soumise à de très fortes pluies de type mousson, car elle est placée dans une zone de convergence intertropicale