Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Les glaciers groënlandais se jettent à l'eau

Bref résumé d'un article paru dans la revue La Recherche n°396 Avril 2006
La Recherche n° 396 Avril 2006
Source : E. Rignot et P. Kanagaratnam, Science, 311, 986, 200.


Les glaciers groenlandais se jettent à l’eau.


Les glaciers du Groenland fondent en raison de la hausse des températures (+ 3°C en certains points de l’île depuis vingt ans) mais en plus ils glissent de plus en plus rapidement vers la mer. Eric Rignot, du Jet Propulsion Laboratory de Pasadena en Californie, et Pannir Kanagaratnam, du centre de télésurveillance des calottes polaires de l’université du Kansas, ont calculé les variations de vitesse d’écoulement de trente trois glaciers en se basant sur les données d’interférométrie radar fournies depuis 1996 par les satellites Radarsat-1, Envisat, ERS-1 et ERS-2.
Les glaciers de la côte sud-est du Groenland se déplacent aujourd’hui deux fois plus vite qu’en 1996 et depuis 2000 on observe aussi une accélération pour les glaciers situés au nord de l’île.
La calotte polaire aurait ainsi perdu 91 kilomètres cubes de glace en 1996, 138 kilomètres cubes en 2000, 224 kilomètres cubes en 2005.
Ces pertes sont dues pour deux tiers à l’accélération des vitesses d’écoulement de ces glaciers et pour un tiers à leur fonte. Frédérique Rémy, de l’observatoire de Midi-Pyrénées, déclare « C’est une surprise, jusqu’à présent on pensait que l’amincissement observé en périphérie de la calotte groenlandaise était essentiellement dû à la fonte des glaciers. »

D’après Eric Rignot deux facteurs interviennent pour expliquer cette accélération :
- l’eau de la fonte des glaciers qui joue le rôle de lubrifiant en s’infiltrant à la base du glacier
- le réchauffement de l’océan qui accélère la fonte des glaces et réduit la résistance frontale à l’écoulement.
Selon ces chercheurs le déversement massif de glace dans l’océan contribuerait à l’augmentation de l’élévation du niveau de la mer : celle-ci est passée de 0,23 millimètre en 1996 à 0,57 millimètre en 2005. Cette tendance pourrait s’amplifier. Plus un glacier glisse vite, plus il se réchauffe et plus il fond et avance vite, prédit Frédérique Rémy.