Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

La végétation source naturelle de méthane

Bref résumé d'une article paru dans la revue La Recherche n°395 Mars 2006

La Recherche n°395 Mars 2006

Source : F.Kepler et al., Nature, 439, 187, 2006

La  végétation, source naturelle de méthane.

Les plantes terrestres n’émettent pas que du dioxygène et du dioxyde de carbone, elles produisent aussi du méthane. Il y a quelques mois, Franck Keppler, du Max Planck Institute for Nuclear Physics, à Heidelberg, et ses collègues ont remarqué que les débris végétaux sur lesquels ils travaillent dégagent du méthane. Une série d’expériences est menée sur des plantes des régions tempérées et tropicales. Ils stérilisent les échantillons en les bombardant avec des rayons gamma afin de s’assurer que des bactéries ne sont pas en cause : ces plantes continuent de produire du méthane. Ils estiment que la végétation terrestre émettrait 63 à 236 millions de tonnes de méthane, c’est à dire presque autant que les zones humides du globe.

Jean Claude Germon de l’INRA, à Dijon, met cependant en garde sur le fait que « On ne peut toutefois passer de la fiole à l’écosystème sans faire des mesures en conditions réelles ».

Philippe Ciais, du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, à Saclay signale que « Une plante, à l’ombre ou soumise à un stress hydrique, n’émettra pas forcément la même quantité de méthane ».

Cette source de méthane serait passée inaperçue, explique Philippe Ciais, car les sources connues suffisaient à expliquer les quantités de méthane atmosphérique.

De plus les régions tropicales censées émettre les trois quart du méthane végétal sont sous-équipées en stations de mesures. Dans ces régions plusieurs sources coexistent : feux de brousse, les zones humides, les rizières….

Cette découverte soulève le problème suivant :

Cette source de gaz à effet de serre a toujours existée mais qu’en sera-t-il si, les forêts gagnent du terrain ou deviennent plus actives ?