Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

L'ECJS et citoyenneté scientifique

Rappel des objectifs officiels de l'ECJS, à discuter dans le cadre de projets EEDD et du traitement de controverses sur le climat...
 
Vous trouverez ci-dessous des extraits d'instructions officielles concernant l'éducation civique, juridique et social (ECJS). Nous avons relevé les indications concernant les enjeux socio-éducatifs de la citoyenneté face aux évolutions des sciences et des techniques, des débats argumentés, de l'utilisation et du traitement de l'actualité en lycée. Les critères d'évaluation de l'ECJS ont été également relevés. Ces données permettront d'alimenter notre réflexion sur les stratégies pédagogiques liées au traitement en classe des controverses sur le climat. On constate curieusement que les disciplines scolaires qui relèvent des sciences expérimentales ne sont pas directement sollicitées en ECJS, bien que le débat argumenté existe dans les disciplines universitaires correspondantes, notamment dans le cadre du processus d'expertise scientifique...On précise pourtant que "la réussite de l'ECJS suppose qu'il soit conduit par une véritable équipe pédagogique apte au travail interdisciplinaire et capable de mener une pédagogie active et inductive, favorisant l'expression orale des élèves."

 
voir aussi le site Eduscol sur l'historique de l'enseignement d’ECJS mis en œuvre à la rentrée 1999-2000.
Principes généraux :
La création d'un enseignement d'éducation civique, juridique et sociale (ECJS) dans chacune des trois classes de seconde, première et terminale des lycées d'enseignement général et technologique, ainsi que dans les lycées professionnels, est une des principales innovations de la réforme 2000 de l'enseignement en lycée. C'est dans ses objectifs et par ses méthodes que cette innovation doit être significative. Concourir à la formation de citoyens est une des missions fondamentales du système éducatif et on ne peut oublier que c'est au lycée qu'une partie des élèves atteignant leur majorité civile.
La citoyenneté est la capacité construite à intervenir, ou même simplement à oser intervenir dans la cité. L'élève pourra exercer sa citoyenneté grâce au savoir, mais un savoir reconstruit par lui, dans une recherche à la fois personnelle et collective. L'éducation civique, juridique et sociale, en tant qu'éducation à la citoyenneté, doit être abordée comme un apprentissage, c'est à dire l'acquisition de savoirs et de pratiques. Concernant le débat argumenté, il met en évidence toute la différence entre arguments et préjugés, le fondement rationnel des arguments devant faire ressortir la fragilité des préjugés. Il doit donc reposer sur des fondements scientifiquement construits, et ne jamais être improvisé mais être soigneusement préparé. Cela implique qu'il repose sur des dossiers élaborés au préalable par les élèves conseillés par leurs professeurs, ce qui induit recherche, rédaction, exposés ou prises de parole contradictoires de la part d'élèves mis en situation de responsabilité et, ensuite, rédaction de comptes rendus ou de relevés de conclusions.

En classe de seconde (hors-série n°6 du 31 août 2000) :
L'organisation de débats argumentés est privilégié car ils placent l'élève en situation de responsabilité. Choisir de les conduire à partir de matériaux fournis par l'actualité renforce la dimension pratique et l'intérêt concret de l'enseignement de l'ECJS.
Le débat argumenté peut s'ordonner selon les étapes suivantes :
  • - Choix d'un thème avec les élèves, ce qui nécessite de le justifier par rapport à l'étude de la citoyenneté.
  • - Organisation du travail préparatoire au débat avec division du travail, travail de groupes et coordination. On peut mobiliser des techniques variées selon le sujet abordé : dossier de presse, recherche de documents historiques ou juridiques, recherche sur cédérom ou sur l'Internet, enquête avec visites ou entretiens, contact avec des personnes qualifiées, rédaction d'argumentaires, etc.
  • - Tenue du débat de façon concertée entre élèves et professeurs (choix d'un président de séance, de rapporteurs, présentation des argumentaires fondés sur des dossiers construits, prises de parole contradictoires, prise de notes, etc.). Les professeurs veillent au respect des règles du débat. Par leurs interventions et la reprise finale, ils clarifient les positions en présence et leurs enjeux. Ils les relient aux notions du programme et les mettent en perspective.
  • - Synthèse orale et écrite et éventuelle diffusion des travaux de la classe (cahiers, exposition, débat dans le lycée, etc.). Le respect des conditions et des règles du débat, en particulier la recherche qu'il suppose d'un accord fondé en raison, constitue déjà en lui-même un apprentissage pratique de ce qui fonde la citoyenneté.
 
Pour l'utilisation de l'actualité en ECJS, le programme de la classe de seconde précise que l'événement brut n'existe pas en lui-même, il n'existe qu'à travers le médium qui le fait connaître. Il est différemment reçu selon les représentations dominantes du moment. Prendre de la distance par rapport aux faits communiqués est donc essentiel à l'éducation du citoyen. On préconise aussi d'insérer l'événement étudié dans son contexte spatio-temporel. Cela suppose des recherches indispensables à la compréhension des faits, en mobilisant les méthodes comparatives des sciences humaines et sociales. On peut ainsi contribuer à relativiser la portée affective ou passionnelle des événements au profit d'une analyse plus rationnelle. Un des obstacles à l'étude sérieuse de l'actualité tient à la tyrannie du présent qui chasse de la mémoire immédiate les événements précédents.
Il faut également tenter d'identifier les différentes interprétations produites sur le même événement. Les faits précis mis en lumière ou occultés, les arguments choisis ou réfutés ou ignorés, le choix des mots, la hiérarchie des termes, sont autant d'éléments d'analyse des discours tenus. Dans ce programme de seconde, on propose aussi de partir de l'événement pour aboutir à des notions de programme. Les thèmes d'entrée dans le programme peuvent dinc être utilement saisis par un événement tiré de l'actualité récente.

On précise qu'il s'agit de confronter la citoyenneté aux transformations du monde contemporain. L'État et les sociétés démocratiques sont confrontées à de nouveaux défis qui mettent à l'épreuve la citoyenneté, notamment les évolutions de la science et de la technique, les exigences renouvelées de justice et d'égalité, la construction de l'Union européenne et la mondialisation économique, culturelle, juridique et politique. Ces évolutions obligent les hommes à toujours repenser leurs droits et leurs libertés, ce qui suscite des débats dans l'espace public. La tension entre les intérêts particuliers et l'intérêt général, des expressions nouvelles de violence et d'atteinte aux libertés, exigent des réponses juridiques sans cesse adaptées. Le débat démocratique amène à interroger les normes et les valeurs sur lesquelles repose le droit et à les confronter à des conceptions différentes de l'éthique et à l'idée de droits de l'Homme. Ces évolutions transforment l'exercice de la participation politique et les formes de la conscience des citoyens, en amenant à repenser les questions de la souveraineté, de la liberté, de la responsabilité, de la justice et du droit.

L'ECJS a pour mission de souligner les enjeux civiques et politiques de ces évolutions, en particulier à travers le débat argumenté, fondé sur le savoir et portant sur des questions suscitées par l'actualité, répondant aux préoccupations des élèves : la connaissance et la capacité de se servir de sa raison permettent de décider et d'agir librement.

 
Huit notions constituent le programme :
  • - liberté
  • - égalité
  • - souveraineté
  • - justice
  • - intérêt général
  • - sécurité
  • - responsabilité
  • - éthique.
Leur maîtrise et leur articulation permettent de comprendre le sens des débats qui se déroulent dans l'espace public des sociétés contemporaines.

Quatre thèmes sont proposés en classe terminale :
  • - la citoyenneté et les évolutions des sciences et des techniques
  • - la citoyenneté et les exigences renouvelées de justice et d'égalité
  • - la citoyenneté et la construction de l'Union européenne
  •  - la citoyenneté et les formes de la mondialisation.
A propos du thème "la citoyenneté et les évolutions des sciences et des techniques", on rappelle que les progrès des sciences et des techniques dans tous les champs de l'activité humaine, la production, la consommation, la médecine... bouleversent les formes de l'existence, les rapports des hommes entre eux, la perception de l'espace et du temps, le corps humain lui-même. Ils suscitent des interrogations et des exigences nouvelles en matière de droits, de justice, de liberté, de responsabilité, de sécurité, par exemple dans les domaines de la bioéthique, de la prévention des risques naturels ou techniques, de la mondialisation des réseaux de communication, de la santé, de la qualité de la vie, de l'environnement, de l'avenir de la planète... Ils modifient aussi les conditions d'exercice de la citoyenneté. Les questions soulevées par ce thème peuvent être :
- Faut-il fixer des limites aux progrès des sciences et des techniques et en fonction de quels principes ?
- Comment État et citoyen peuvent-ils contrôler démocratiquement ces transformations ? Comment garantir l'indépendance des décisions démocratiques dans des domaines qui requièrent des savoirs spécialisés ? Quel rôle les experts doivent-ils jouer ? Existe-t-il un risque de technocratie ?
- Peut-on garantir un égal accès de tous les citoyens aux bénéfices des sciences et des techniques ?

- Face à ces complexités et à ces défis, comment permettre l'exercice de la citoyenneté ?

L'actualité, qu'elle soit locale, nationale, européenne ou internationale, peut fournir la ou les questions se rapportant au sens que prend la citoyenneté devant les grands enjeux des transformations du monde contemporain. Il conviendra de relier les questions posées par l'actualité aux éclairages que fournit l'histoire.
L'évaluation se fait sur les critères suivants :
  • - recherche et analyse de l'information ;
  • - qualité des productions (écrites, orales, audiovisuelles, numériques, multimédias...) ;
  • - aptitude à argumenter dans un débat ; 
  • - maîtrise des connaissances.

    Dans l'enseignement professionnel
    (enseignement professionnel : hors-série n°2 du 30 août 2001) :
Les finalités de l'éducation à la citoyenneté sont la formation d'une opinion raisonnée, l'aptitude à l'exprimer, l'acceptation du débat public.
L'utilisation et le traitement de l'actualité en classe est envisagée, avec deux soucis : d'une part être susceptible d'intéresser les élèves, d'autre part éclairer une des dimensions de la citoyenneté.
Les démarches suivantes sont préconisées :
  • - diversifier les sources pour attester la réalité des faits ;
  • - replacer l'événement dans son contexte et dans la chaîne historique ;
  • - repérer et analyser les interprétations divergentes et contradictoires ;
  •  - relier l'événement aux enjeux civiques contenus dans le programme.
La circulaire rappelle que l'ECJS doit satisfaire la demande, exprimée par des lycéens lors de la consultation sur les savoirs au lycée (rapport Mérieu, décembre 1997-mai 1998), de pouvoir s'exprimer et débattre à propos de questions de société. Le "débat argumenté" apparaît donc comme le support pédagogique privilégié de ce projet. On précise qu'il ne s'agit pas d'ériger la pratique pédagogique du débat en panacée et en méthode exclusive mais l'essentiel est de rechercher une expression orale raisonnée et maîtrisée des élèves (exercice de communication).

D'après les rédacteurs, la réussite de l'ECJS suppose qu'il soit conduit par une véritable équipe pédagogique apte au travail interdisciplinaire et capable de mener une pédagogie active et inductive, favorisant l'expression orale des élèves.

Concernant le partenariat, la participation d'intervenants extérieurs, témoins dans un champ social étudié, est évidemment souhaitable, comme une source d'information fiable pour les élèves et non pas comme substitut au débat entre les élèves.

Les critères d'évaluation de l'ECJS sont proposées :
  • - recherche et analyse de l'information ;
  • - qualité des productions (écrites, orales, audiovisuelles...) ;
  • - aptitude à argumenter dans un débat ;
  • - mobilisation des connaissances.