Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / EDD / Climat, énergie et développement / Mises en scène pédagogique / Débattre en classe / La controverse "Homme-Climat" dans les manuels scolaires de géographie

La controverse "Homme-Climat" dans les manuels scolaires de géographie

Comment les manuels de géographie de seconde abordent-ils la question du réchauffement climatique global ? Document proposé par HG-Lyon (Académie de Lyon)

Le programme de géographie de la classe de seconde générale et technologique publié dans le B.O. n°6 du 31 août 2000 invite à traiter le thème suivant : « Les sociétés face aux risques ». Il s’agit d’évoquer à la fois les risques naturels majeurs, le rôle de l’homme dans leur aggravation, les risques technologiques  ainsi que l’inégale exposition et réponse des sociétés face aux risques et aux catastrophes.

Devenue une préoccupation majeure à l’échelle nationale comme internationale comme en témoignent, par exemple, l’impact médiatique de figures comme Nicolas Hulot pendant la campagne présidentielle en France en 2007, le succès du documentaire « Une vérité qui dérange » sur l’action d’Al Gore ou encore l’importance des relais médiatiques à l’occasion des différents rapports du GIEC depuis février 2007, la question du réchauffement climatique global tient-elle une aussi grande place dans les manuels scolaires ? Les controverses, portant à la fois sur la réalité et l’ampleur de ce phénomène et la responsabilité de l’homme sont-elles évoquées et comment ? Il est en effet évident que ces choix éditoriaux contribuent pour une bonne part à l’opinion à la fois des enseignants mais surtout des élèves sur la question.

*********************************************************************************************************************************************************************************

 

PRINCIPAUX RESULTATS :

L’analyse porte sur un panel non exhaustif de manuels récents publiés par différents éditeurs.

Sur les 9 manuels analysés, 7 abordent la question du réchauffement climatique en leur accordant une place variable. La composition de l’équipe rédactionnelle ne semble pas être déterminante pour expliquer ces choix. La comparaison de deux mêmes manuels édités à des dates différentes ne permet pas non plus de conclure sur une éventuelle évolution dans la prise de conscience de cette question depuis la mise en œuvre du programme puisque, si le Magnard édition 2005 lui accorde une place un peu plus importante par rapport à l’édition 2001, c’est l’exact opposé chez Bordas.

D’autre part, sur les 7 manuels abordant la question, 5 font part des incertitudes qui subsistent dans la communauté scientifique quant au rôle joué par l’homme dans ce réchauffement ce qui est beaucoup ! Les réflexions géographique et historique fondées sur la prise en compte des échelles spatiales et temporelles favorisent-t-elles cette prise de distance ?...

 

NOTRE GRILLE D'ANALYSE

 

Editeur

Date de parution

Auteurs

La question du réchauffement climatique est-elle abordée ? Quelle est sa place ?

La controverse sur l’ampleur du réchauffement et de ses conséquences est-elle évoquée ?

La controverse sur le rôle de l’homme est-elle évoquée ? Si oui en quels termes ?

Conclusion

Magnard

2001

Coordination  J. JALTA, J.F. JOLY et R. REINERI. Equipe mixte d’enseignants du secondaire (majoritaires) et du supérieur.

OUI

 

2 lignes dans le cours p. 128 sur les risques technologiques

NON

NON

 

Aucune autre cause possible que l’effet de serre anthropique n’est évoquée.

La question est presque totalement passée sous silence.

Magnard

2005

Coordination  J. JALTA, J.F. JOLY et R. REINERI. Equipe mixte d’enseignants du secondaire (majoritaires) et du supérieur.

OUI.

 

Dans la partie cours (p. 136), en 3 lignes, pour évoquer les responsabilités des sociétés humaines dans l’aggravation des risques naturels.

Dans une étude de cas (pp. 146-147) intitulée « Risques et développement durable ».

Dans un point méthode (p. 152) à propos de la situation en Afrique de l’Ouest.

 

NON

OUI.

 

La position n’est pas très claire : alors que le cours, la présentation de l’étude de cas et un document (extrait de Ca m’intéresse, novembre 2005) pointent clairement la responsabilité de l’homme, la légende d’une photo des îles Kiribati évoque la montée des eaux comme «  une des conséquences du réchauffement possible de la planète »

Cette question n’est pas centrale et le lecteur ressort plutôt convaincu à la fois de la réalité du réchauffement et de la responsabilité de l’homme.

Hachette Education

2006

Sous la direction d’A. JOYEUX.

Equipe mixte d’enseignants du secondaire et en classes préparatoires aux Grandes Ecoles.

OUI

 

Un planisphère (pp. 170-171) tiré des travaux du GIEC montrant les risques prévisibles liés au réchauffement climatiques d’ici la fin du XXI° siècle.

Dans le cours :

-en 2 lignes (p. 184) à propos de la diversité des risques technologiques.

- un paragraphe entier (p. 186) dans une partie consacrée à la multiplication des risques + des documents (p. 187)

 

OUI

 

« L’augmentation de la teneur des gaz à effet de serra focalise l’attention. Mais on en est réduit qu’à des conjectures pour prédire toutes les conséquences d’un réchauffement global. ».

OUI

 

Les auteurs sont très prudents comme le prouve le vocabulaire choisi : « nombreuses incertitudes », « débats », « publications scientifiques contradictoires »

Une très large place est faite à la question qui semble laisser les auteurs, et donc les lecteurs, très circonspects…

Bordas

2001

Sous la direction d’A. BAILLY et d’Y. ANDRE.

Equipe mixte composée d’universitaires (la majorité) et d’enseignants du second degré.

OUI

 

- 3 lignes de cours à propos des risques mondiaux (p. 186)

- un exercice à propos des facteurs responsables de la modification du climat (p. 207)

- un dossier sur les changements climatiques (pp. 208-209)

OUI

 

L‘exercice montre bien la difficulté de prédire l’évolution du climat du fait de la multiplicité des facteurs qui rentrent en compte.

Différents scenarii sont évoqués p. 208.

OUI

 

Alors que les quelques lignes de cours indiquent clairement la responsabilité de l’homme, l’exercice et le dossier sont bien plus partagés. Le document 1 p. 208 est même intitulé : « Les termes du débat ».

La place accordée à la question est importante : elle met en avant les arguments de la majorité des scientifiques mais mentionne aussi ceux des sceptiques.

Bordas

2005

Sous la direction de M. BREJOIN.

Equipe d’enseignants du secondaire + un professeur en classes préparatoires.

NON

 

Il est simplement question de « modification du climat » dans l’évocation des origines des aléas (p. 222)

OUI

Des précautions sont prises par les auteurs quant à l’interprétation de la fréquence des phénomènes extrêmes : « Certains y voient les signes d’une modification du climat ».

NON

La question est presque totalement passée sous silence.

Belin

2006

Sous la direction de R. KNAFOU et la coordination de S. ARIAS.

Equipe mixte réduite de deux universitaires et deux enseignants du secondaire.

NON

NON

NON

Les auteurs ont fait le choix de taire totalement la question.

Est-ce dû aux incertitudes scientifiques qui font qu’ils ne s’autorisent pas à évoquer un sujet si délicat ?

Bréal

2005

Sous la direction d’A.M. GERIN-GRATALOUP et D. PIERRE-ELIEN.

Equipe mixte d’universitaires (la majorité), d’enseignants en classes préparatoires et du secondaire.

OUI

 

Un paragraphe de cours est consacré à la question dans l’évocation des risques climatiques (p. 282).

OUI

 

Les auteurs prennent des précautions : « L’estimation du changement climatique est difficile à établir ».

OUI

 

Les auteurs ne sont pas affirmatifs : « il semble que… »

Ce manuel n’élude pas la question mais n’insiste pas non plus énormément. La position des auteurs est prudente en évoquant l’absence de certitudes.

Nathan

2005

Sous la direction de J.L. Mathieu.

Equipe mixte d’enseignants du secondaire et en classes préparatoires.

OUI

 

Un sous paragraphe dans le cours (p. 198) consacré à la limitation des risques à l’échelle de la planète.

NON

NON

 

Le rôle des activités humaines est présenté comme certain.

Le manuel ne laisse pas une grande place à la question et les auteurs ont fait le choix d’occulter la controverse.

Hatier

2006

Sous la direction d’A. CIATTONI et la coordination de G. RIGOU.

Equipe mixte composée d’enseignants du secondaire (la majorité) et d’universitaires.

OUI

 

- un paragraphe de cours à l’intérieur d’une partie consacrée aux risques climatiques (p. 247)

- un volumineux dossier (pp. 250 à 253) qui tente une synthèse sur les « sociétés et réchauffement climatique ? »

OUI

 

Différents scenarii sont mentionnés (travaux du GIEC).

L’expression d ‘ « éventuel réchauffement » est évoquée dans le dossier par le climatologue J.P. Vigneau (document 4 p. 250).

Les conséquences ne sont par contre pas discutées car « d’ores et déjà sensibles ».

OUI

 

Les auteurs sont très prudents : ils évoquent des « causes discutées », le fait que les « scientifiques débattent de la réalité d’un réchauffement climatique planétaire […] d’origine anthropique ».

« La question d’un éventuel réchauffement par forçage de l’effet de serre est loin d’être résolue » écrit J.P. Vigneau (document 4 p. 250).

La question occupe une place centrale. Les auteurs ont pris soin de proposer un panorama le plus exhaustif possible de l’avancée des connaissances scientifiques en séparant ce qui pose peu ou pas débat et ce qui reste très discuté.