Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / EDD / COP : simulation des conférences sur le changement climatique / III - Organiser des négociations COP en classe et en formation / Organiser des négociations sur les changements climatiques en classe et en formation

Organiser des négociations sur les changements climatiques en classe et en formation

Préparation et déroulé d'une simulation

La préparation n'est pas la même lorsqu'on adresse à un public jeune ou à des adultes. Le concept COP in MyCity est suffisamment souple pour s'adapter à des situations et des publics très différents.

  • Avant la négociation, nous proposons un kit pédagogique aux classes participantes (attribution des roles, fiches pays, des fiches de négociations). Ce kit est adapté au public lycéen à partir de celui développé par Cop in MyCity permet aux délégués négociateurs de se familiariser aux enjeux et contraintes des états ou groupes qu'ils représentent, de préparer un argumentaire pour les négociations, de s'organiser et de se répartir les tâches et les rôles;

  • Pendant la négociation, l'espace du musée (un amphithéatre, des salles de sous-commissions et un hall de déambulation ) permet aux membres des délégations de rencontrer leurs homologues, de rédiger leurs positions ou déclarations communes, de présenter leurs engagements en salle plénière, et de signer l'accord final. En général, les lycéens participent pour la première fois à une simulation de Conférences des Parties. Il est donc essentiel d'installer un espace et un environnement qui reproduise au mieux la structure d’une conférence COP. Les protagonistes sont présidents, diplomates, secrétaires, journalistes, ambassadeurs, lobbyistes, représentants de la société civiles, ONGs et acteurs. Tous négocient pour défendre les intérêts (économiques, politiques et sociétaux) de leurs pays ou d'un groupe de pays ou d'une ONG ou d'un lobby et s'engagent en même temps à faire diminuer les émissions domestiques de gaz à effet de serre. Les objectifs du jeu de rôle sont multiples. Mais on retient celui de percevoir la nature des défis écologiques à relever pour la planète (en particulier pour préserver les sociétés humaines) et celui de la diversité des problématiques des États et la complexité de la construction d’un accord qui tienne compte des intérêts de chacun au delà du fait que tous perçoivent aujourd’hui l'urgence absolue du changement climatique. Les élèves forment des groupes qui incarnent les délégations étatiques. Les groupes élaborent leurs engagements qu'ils présentent de manière argumentée aux autres délégations en séance plénière. Tous doivent se positionner pour contribuer à faire baisser la température globale de la Terre. En amont dans les classes, les élèves se familiarisent aux enjeux et contraintes des Etats qu’ils représentent.  

  • Après la négociation, l'espace de ressources fournit aux enseignants intéressés des suggestions ou des garde-fous pour organiser leur propre événement dans leur établissement. Les pages sont également proposées en mode Wiki, il est recommandé aux délégués de contribuer sur leur page afin de construire en commun la position de départ et les axes de discussion les plus appropriés.

 

Organiser des négociations sur les changements climatiques en classe et en formation

Les questions liées aux bouleversements du climat nous sont livrées par les médias d'information en continu lors des grands rassemblements planétaires (Sommets de la Terre et Cop). Nous sommes alors précipités dans l'urgence des catastrophes naturelles, des pollutions industrielles, des extinctions d'espèces, des destructions environnementales, du rétrécissement des espaces sauvages, de la fonte des glaces, du déplacement massif des populations. Or nous devons prendre le temps de réfléchir sur le présent et sur l'avenir, à la fois pour sortir d'un sentiment d'impuissance et pour définir quelles sont les choses importantes dans notre vie. Comprendre pour agir. Tout indique que notre monde est en train de changer sous nos yeux à grande vitesse. Sous la pression de forces multiples qui se combinent les unes aux autres, nous assistons à des événements inédits qui se répercutent à l'échelle de la planète entière que ce soit dans nos sociétés humaines ou dans les écosystèmes non humains. Parmi ces forces, on cite la démographie, la mondialisation, la technologie et la nature. En 2050, il y aura 9,7 milliards d'êtres humains, avec des poussées de populations en Afrique et en Asie et des reculs en Europe et en Russie. Plus de 60% de la population mondiale vivra en ville, changera de pays pour étudier ou travailler, utilisera de plus en plus de technologies dans des fonctions ou des métiers nouveaux. Le monde d'aujourdhui-demain est un monde de flux, de circulation des personnes, des idées et des informations, des biens et des capitaux qui font craquer nos modèles de sociétés, nos systèmes politiques, nos économies, notre carte du monde. Il va falloir inventer de nouveaux mode d'organisation. Ce sont les jeunes générations qui ont/auront cette charge immense de relever les grands défis du XXIème siècles. Cela commence à l'école où on peut construire avec les élèves des débats qui questionnent notre vision du quotidien et qui élargissent à une dimension plus grande du monde.