Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Extraits, première, Variation génétique et santé

Série S – Thème 3B

Variation génétique et santé

 

Quelques éléments de réflexion sur cette partie du programme

Le thème 3B prolonge le thème 1A (Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique. Il s’agit ici aussi de s’inscrire dans le paradigme évolutif pour comprendre en quoi la variabilité du génome d’un individu ou d’un agent pathogène peut avoir une incidence en termes de pathologie.

Il ne s’agit pas d’enseigner aux élèves le détail des mécanismes biologiques souvent complexes mis en jeu (cancérisation, résistance chez les bactéries par exemple…), mais plutôt de les amener à réfléchir à certains enjeux en termes de santé individuelle ou collective et de recherche médicale.

L’approche à privilégier ici est donc avant tout éducative. Il s’agit d’amener les élèves à comprendre l’influence réelle du génome en terme de santé et pourquoi nous sommes tous « génétiquement inégaux » face à la maladie.

Les élèves aborderont dans ce thème l’effet d’une maladie génétique héréditaire, permettant de comprendre la prédictibilité de ce type de pathologie comme les thérapies envisageables. Ils seront aussi amenés à comprendre que certaines pathologies sont multifactorielles, le génome constituant un facteur de risque, augmenté ou pas par des facteurs exogènes comme le mode de vie ou le milieu.

Seule l’épidémiologie, par son approche statistique, facilite l’identification des facteurs responsables, permettant d’apporter aux personnes susceptibles de telle ou telle pathologie une information cohérente. Cette logique s’applique aussi pour les facteurs induisant une cancérisation, autorisant le choix de mesures de santé publique pour en limiter la prévalence. Par ailleurs, l’étude de la résistance bactérienne aux antibiotiques montre en matière de santé, l’importance des notions de variabilité et de sélection naturelle, déjà abordées en classe de seconde, mais appliquées ici aux microorganismes pathogènes.