Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Les cellules NK, "Natural Killer"

Les NK : natural killer

Les NK : natural killer

 

Les cellules immunitaires de la lignée lymphoïde

lymphocyte

 

 

caractéristiques

NK

Natural killer

 

 

Distribution

Surtout dans le sang mais aussi dans les organes lymphoïdes (ganglions lymphatiques, rate...) et les tissus (foie, poumons, placenta…) où elles ont un rôle sentinelle.

Elles représentent 70% des leucocytes dans le tissu décidual, partie maternelle du placenta.

 

Signes particuliers

Présence de granules lytiques de perforine et granzyme

Taille

 12 à 14 mm

Demi-vie

7 à 10 jours

Marqueurs

  • récepteurs dits NKR (« NK Receptor ») dont il en existe 2 types * voir  Plus aller plus loin
  • CD 56+
  • CD 16+ : Récepteur de la partie constante des IgG, et donc impliqué dans la reconnaissance indirecte des cellules cibles via les IgG (ADCC=Cytotoxicité Dépendante des Anticorps), * voir  Plus aller plus loin
  • NKp46+ : récepteur activateur
  • Contrairement aux lymphocytes T et B les NK sont CD3  et CD 19 -

Fonctions

  • Elimination rapide par lyse des cellules tumorales ou infectées par des virus. Cette toxicité est soit directe soit dépendante des anticorps (ADCC = Cytotoxicité Dépendante des Anticorps).

* voir  Plus aller plus loin

 

  • Sécrétion massive de cytokines (comme IFNg, TNFa) et de chimiokines qui participent à la régulation de la réponse inflammatoire mais aussi au contrôle de la réponse adaptative (orientation Th1/Th2/Treg). Les NK occupent ainsi une position à l’interface entre l’immunité innée et l’immunité adaptative.