Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

L'excitotoxicité, une conséquence de l'ischémie cérébrale

Les multiples conséquences de l'ischémie

Les lésions tissulaires consécutives à une ischémie ne s'expliquent pas seulement par la privation en métabolites énergétiques et en oxygène. En effet les lésions sont la résultante de mécanismes complexes variant dans le temps et l'espace.

Le coeur de l'ischémie est le siège d’une nécrose, souvent rapide et secondaire à des processus de mort cellulaire d’origine cytoplasmique où la libération massive de calcium joue un rôle important. En revanche, la zone de pénombre, celle-là même où persiste une certaine perfusion, est le siège de l’apoptose, un processus de mort cellulaire. La maturation des lésions ischémiques est par ailleurs la résultante de la mise en oeuvre d’une succession de processus délétères débutant immédiatement au décours de l’ischémie, tels que l’excitotoxicité ou le stress oxydant, et se prolongeant parfois plusieurs jours, comme l’inflammation post-ischémique. Figure 3.

Image3.jpg
Figure 3: Evolution spatio-temporelle des mécanismes impliqués dans l'ischémie cérébrale (Correspondances en neurologie vasculaire Vol. VI, jan 2006, Deplanque)

 

Au cours du temps, il existe donc un recrutement progressif de la zone de pénombre (c'est à dire d'altérations neurologiques potentiellement réversibles) par le foyer ischémique (c'est à dire de mort neuronale). Cette évolution est contrôlée par une cascade d'événements qui évoluent dans le temps et l'espace et qui sont l'excitotoxicité, l'apoptose et l'inflammation.

Calcium et excitotoxicité.

La conséquence la plus rapide et la plus importante de l'ischémie est l'augmentation de la concentration intracellulaire de calcium pour deux raisons principales: 

  • la déplétion énergétique (car l'ATP est indispensable pour soutenir l'activité des protéines membranaires maintenant la concentration intra-cellulaire en calcium très faible (de l'ordre de 0,1 micromol/ L)),
  • la libération massive d'acides aminés excitateurs comme le glutamate. Cette libération massive s'effectue de manière incontrôlée suite à la dépolarisation neuronale consécutive au stress. La stimulation excessive des récepteurs au glutamate (surtout les NMDA) accroît et entretient l'augmentation intracellulaire de calcium dans la cellule.

Le calcium met alors en jeu plusieurs cascades enzymatiques aboutissant entre autres à l'inhibition de la synthèse protéique et la production de radicaux libres: cela aboutit à la destruction de la cellule et donc à la nécrose.

NO, stress oxydant et ischémie cérébrale.

Le NO apparaît aussi comme un acteur impliqué après une ischémie et il présente un double visage:

  • délétère s'il est produit en raison de l'élévation du calcium intra-cellulaire par la NOsynthase I dans les 10 premières minutes de l'ischémie, puis par la NOsynthase II des cellules astrocytaires et gliales dans les 12 h suivantes. Dans ce cas, c'est l'aspect radicalaire du NO qui conduit à des réactions radicalaires en chaîne: il se produit un stress oxydant.
  • bénéfique s'il est issu de l'activité de la NOsynthase III endothéliale dès la première heure de l'ischémie. Il diminue alors l'agrégation plaquettaire, contrôle le tonus vasculaire et améliore le débit sanguin cérébral.

Le stress oxydant provoque des effets délétères majeurs dans le système nerveux car les neurones ont une mauvaise défense anti-oxydants. Or, l'ischémie et le glutamante conduisent la mitochondrie et surtout la NADPH oxydase à génèrer des espèces réactives oxygénées (ROS) comme l'anion superoxyde.

Inflammation post-ischémique.

Le cocktail calcium, NO, stress oxydant conduit à l'activation de facteurs de transcription (comme NFkB) qui accroissent les effets délétères:

  • augmentation de la synthèse de NOsynthase donc de NO
  • expression de la cyclo-oxygénase 2 ce qui provoque l'apparition de prostanoïdes toxiques et oxydatifs
  • expression de nombreuses cytokines pro-inflammatoires recrutant, activant et regroupant des cellules gliales et des macrophages, ce qui majore les lésions ischémiques.

La production de facteurs pro-inflammatoires présente malgré tout un effet neuroprotecteur: par exemple le TGF béta limite l'extension des lésions en se fixant sur des récepteurs des neurones et des astrocytes. Ces dernières cellules libérent en réponse au TGF une protéine inhibitrice de l'activateur de plasminogène (PAI-1): alors que l'activateur tissulaire du plasminogène (t-PA) stimule la mort neuronale, le PAI-1 joue le rôle exactement inverse. Cette protéine se fixe aux récepteurs NMDA qu'elle clive partiellement et limite ainsi l'entrée de calcium dans les cellules.

Apoptose

L'apoptose va compléter plus tardivement ce tableau négatif et ce processus cellulaire se retrouve surtout dans la zone de pénombre.

Les caspases sont des protéases intra-cellulaires à cystéine au site actif clivant leur substrat après un aspartate: ces enzymes participent à l'induction, l'amplification et l'exécution de l'apoptose. Il a été montré que ces enzymes sont actives dans les neurones et les oligodendrocytes dans le coeur et la pénombre après ischémie focale. L'utilisation expérimentale d'inhibiteurs des capases  comme des tétrapeptides de synthèse mimant le substrat réduit la perte neuronale mais ne peut encore pas annuler les déficits mnésiques induits par la lésion (Gillardon et al, Brain Res, 1996, 40, 254-260). Ainsi, les lésions aiguës du système nerveux central apparaissent ainsi en bonne position pour bénéficier d’une ouverture thérapeutique anti-apoptotique à une échéance qu’il est encore difficile de préciser, mais qui n’appartient plus au domaine de la fiction.

A propos de l'apoptose, il est très important de présenter les rôles des microparticules apoptotiques. En effet, des plaques carotidiennes d'athérome sont présentes chez 40 à 50% des patients ayant un infarctus cérébral et en sont la cause directe chez 10 à 30% des cas environ: la rupture de la plaque peut conduire à une obstruction complète de certaines artères à cause du développement d'un énorme thrombus. Or, dans ces plaques, se trouvent des cellules apoptotiques contribuant aux phénomènes inflammatoires conduisant à la rupture de la plaque: les microparticules apoptotiques relarguées pourraient servir de marqueurs sanguins annonciateurs du la rupture.

→ L'apoptose et les microparticules apoptotiques

L'apoptose (ou mort cellulaire programmée; MCP) est définie par des critères précis à l'échelle cellulaire et moléculaire (condensation du cytoplasme, condensation de la chromatine, fragmentation de l'ADN...). La formation de corps apoptotiques ou microparticules apoptotiques (MPA) est un des événements les plus remarquables: il s'agit de "fragments" (entités entourées de membrane plasmique et contenant du cytoplasme modifié)  de la cellule apoptotique qui seront éliminés par des macrophages.

Plusieurs données expérimentales indiquent un rôle pro-inflammatoire de l'apoptose dans l'athérosclérose: ainsi, les MPA sont capables d'induire une activité inflammatoire des cellules endothéliales qui se mettent à produire des cytokines (Il 6) et des chimiokines (MCP-1). L'induction et la pérennisation de la réponse immuno-inflammatoire dans la paroi artérielle à l'origine du développement des plaques d'athérosclérose sont donc liées à la production de MPA.

→ L'apoptose, un processus à potentiel coagulant

Des expériences menées in vitro suggèrent que les cellules apoptotiques augmentent aussi la thrombogénèse: ces cellules expriment dans leur feuillet externe plus de phosphatidyl-sérine (PS). Ceci conduit à une augmentation de l'activité du facteur tissulaire (FT): PS et FT favorisent alors la formation des complexes catalytiques de la coagulation donc cela est en faveur d'une propension accrue à la  formation de caillots.

D'autre part, la plaque d'athérome contient des MPA, dont la membrane est riche en PS: les plaques d'athérome ont donc une activité pro-coagulante. Lors de la rupture des plaques, il y a libération de nombreuses MPA qui conduisent à la formation de thrombus.

Pour résumer, les MPA provoquent l'apparition des plaques et leur développement dans un contexte inflammatoire. Ces MPA sont ensuite érodées des plaques et présentent un potentiel élevé de thrombogénicité d'où la dissémination et la persistance d'un état procoagulant.

Chez de nombreux patients atteints par des infarctus du myocarde ou des AVC, il a été observé des taux significativement plus élevés de ces MPA circulantes. Ces MPA constituent donc un marqueur fiable de la présence d'une complication thrombogène d'une plaque d'athérome quelque soit sa localisation et pourrait constituer un marqueur pronostic de récidives ischémiques.

Mallat et al, Circulation 1999; 99: 348-53

Mallat et al, Circulation 2000; 101: 841-3

Retour