Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Causes des AVC

Il est nécessaire de distinguer les deux grands types d'AVC : ischémiques et hémorragiques

Pour les AVC ischémiques

Les AVC ischémiques sont le plus fréquemment causés par trois facteurs induisant un arrêt du flux sanguin dans une artère :

  • un caillot (thrombus) provenant d'une lésion de la paroi d'une grosse artère cervicale (artère carotide interne ou vertébrale) ou de l'aorte. Il s'agit le plus souvent d'un rétrécissement (sténose) de l'artère par athérothrombose ;
  • un caillot issu du coeur (embolie cardiaque), lorsqu'il existe des troubles du rythme cardiaque ou une maladie cardiaque ;
  • un caillot qui s’est formé dans d'une petite artère à l’intérieur du cerveau, ce qui est fréquent chez les diabétiques ou les personnes souffrant d’hypertension.

Il existe aussi d’autres causes, moins fréquentes.

Ainsi, chez les adultes jeunes, la cause principale est une rupture dans la paroi de l'artère carotide interne ou de l'artère vertébrale. Un hématome se forme alors dans l’espace formé, rétrécissant l’intérieur de l’artère, ce qui provoque un ralentissement de la circulation du sang. Cet hématome peut être à l'origine d'un infarctus cérébral. Des symptômes, en rapport avec l'hématome de la paroi artérielle, peuvent apparaître : maux de tête inhabituels, souvent localisés à la moitié du crâne (hémicrânies), cervicalgies (douleurs cervicales), torticolis (contractures douloureuses au niveau du cou), irritation du nerf sympathique qui longe l'artère carotide interne, se manifestant par une chute de la paupière, un rétrécissement de la pupille (signe de Claude Bernard Horner), un acouphène pulsatile (souffle rythmé par le coeur, perçu dans l'oreille). Les déchirures de la paroi de l’artère peuvent être la conséquence d’un traumatisme comme une strangulation, un coup du lapin, des manipulations cervicales ou un mouvement brusque de la tête, revers violent au tennis...).

Une autre cause possible d’un AVC ischémique chez l'adulte jeune est une anomalie héréditaire de la coagulation favorisant les caillots. Une artère obstruée peut-elle se « déboucher » ? Oui, dans environ 80% des cas, l'artère se débouche (on dit qu’elle se reperméabilise) spontanément. Les lésions cérébrales dues à l'interruption de la circulation sanguine dépendent du délai de cette reperméabilisation. Si l'artère se débouche rapidement, les symptômes régressent : ce sont les accidents transitoires. Si l'artère reste obstruée plus de 6 heures, les lésions sont formées et les traitements fibrinolytiques, destinés à dissoudre les caillots, ne sont efficaces que s’ils sont administrés dans les trois premières heures qui suivent le début des symptômes, donc avant la constitution de lésions cérébrales irréversibles. D’où l’importance d’un diagnostic et d’une prise en charge les plus rapides possibles.

 

Pour les AVC hémorragiques

Les hémorragies cérébrales liées à la rupture d’un vaisseaux peuvent être favorisées par l'hypertension artérielle, le diabète, l'alcoolisme et les troubles de la coagulation sanguine (en particulier lors de la prise d'un traitement anticoagulant). Chez les personnes jeunes, la rupture est souvent liée à une malformation d’un vaisseau sanguin (anévrisme artériel, malformation artério-veineuse ou cavernome), à une anomalie héréditaire de la coagulation favorisant les hémorragies ou à la prise de toxiques.

(Un anévrisme (ou anévrysme) est une dilatation localisée de la paroi d'une artère aboutissant à la formation d'une poche de taille variable, communiquant avec l'artère au moyen d'une zone rétrécie que l'on nomme le collet. Sa forme habituelle est celle d'un sac, son diamètre pouvant atteindre plusieurs centimètres.)

Quelque soit le type d’AVC et sa cause possible, la détection d’un signe caractéristique nécessite un traitement d’urgence afin de minimiser le risque de paralysie voire de décès. Cette détection impose un diagnostic rapide et précis.

Retour