Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Glossaires pour les cas d'aphasies

Ce glossaire présente les termes spécialisés utilisés dans les cas d'aphasies proposés comme approche pédagogique des bases neurologiques du langage. Les définitions, sauf précision sur la source, ont été fournies par le Dr Patrick Verstichel, neurologue à l'hopital intercommunal de Créteil.


  • Accident vasculaire cérébral ou AVC

    Les AVC sont des obstructions ou des ruptures (plus rare) de vaisseaux sanguins dans le cerveau, entraînant, dans le premier cas, une ischémie, et dans le deuxième, une hémorragie et un hématome.

    Un AVC sur 2 ou 3 est précédé de signes anonciateurs qui disparaissent en moins de 24h: des troubles passagers de la sensibilité, du langage ou de la vue. Ce sont des AIT (Accidents Ischémiques Transitoires) ou "mini-attaques" (un caillot qui se dissout spontanément par exemple).

    Les symptômes d'AVC sont : une faiblesse soudaine, un engourdissemnt ou picotement au niveau du visage, d'un bras, d'une main ou d'une jambe, voire uen paralysie de la moitié du corps (hémi-plégie), une inadaptatoin du langage ou une perte de la parole, des troubles de la vue (vision double ou cécité), des vertiges (manque d'équilibre, chutes soudaines, perte de coordination, désorientation), des maux de têtes soudains et intenses, des nausées et des vomissements, une augmentation de la tension artérielle (réaction de maintin du débit sanguin cérébral). Les symptômes d'accident vasculaire cérébral dépendent du type d'AVC et de la zone cérébrale atteinte. Les troubles neurologiques sont d'apparition progressive dans les AVC hémorragiques et plus rapides dans les AVC ischémiques. Les symptômes dépendent également de l'hémisphère cérébral atteint: dans la grande majorité des cas, les atteintes de l'hémisphère gauche donnent des troubles du langage, de l'écriture, de l'orientation droite-gauche, alors que les atteintes de l'hémisphère droit donnent des troubles de l'appréciation des distances, des difficultés d'attention et d'habillage.

    Le traitement dépendra du type d'AVC. En cas d'ischémie on pourra utiliser un médicament thrombolytique (destructeur de caillot sanguin), par exemple le t-PA (activateur de plasminogène tissulaire).

    La prévention des rechutes d'AVC consiste à traiter les facteurs de risque vasculaire: surveiler sa tension artérielle, normaliser son taux de cholestérol sanguin, équilibrer correctement un diabète, surveiller son poids, arrêter le tabac, réduire sa consommation d'alcool....

  • Barrière hémato-encéphalique

    Les capillaires sanguins de l'encéphale sont beaucoup plus étanches que ceux du reste du corps. Beaucoup de substances qui peuvent les traverser ailleurs ne le peuvent pas dans le système nerveux central, d'où le terme de "barrière" entre le sang et l'encéphale.

  • Gadolinium

    Le gadolinium est un élément classé dans les terres rares (masse atomique 158), présent seulement à l'état de trace dans la nature. C'est un élément qui, grâce à des électrons célibataires dans ses couches électroniques, possède des propriétés paramagnétiques. Il est utilisé en IRM pour renforcer le contraste et signe en particulier uen rupture de la barrière hémato-encéphalique. Le produit injecté avant l'IRM est un complexe de gadolinium qui laisse des électrons célibataires disponibles mais masque les effets toxiques de l'élément. En raison de son effet paramagnétique, le gadolinium présent dans l'eau accélère les vitesses T1 et T2 de relaxation des protons après leur stimulation par un champ magnétique. Il permet d'améliorer le contraste des images obtenues et de mettre en évidence des lésions. [source]

  • Hématome

    Un hématome est une poche de sang apparaissant généralement suite une hémorragie (hémorragie = saignement, écoulement de sang en dehors de son circuit naturel).

    Dans les AVC, les hématomes sont moins fréquents que les ischémies. Ils sont généralement "profonds" et causent des "aphasies sous-corticales". Parfois lobaires, ils entrainent alors les mêmes symptômes que les aphasies classiques "corticales" (de Broca, de Wernicke...). Dans l'ensemble le pronostic fonctionnel est meilleur qu'avec les infarctus (voir "ischémie").

  • HMPAO ou Hexa Méthyle Propylène Amine Oxime

    L'HMPAO est un complexe liposoluble qui est rapidement éliminé du sang après injection intra-veineuse. Il traverse librement la barrière hémato-encéphalique et reste piégé au niveau du cerveau (du fait de sa transformation en un complexe hydrosoluble). Son taux de fixation est directement proportionnel à celui du débit sanguin cérébral régional et est donc utilisé en scintigraphie cérébrale de perfusion, une fois marqué par un traceur radio-isotopique courant en médecine nucléaire, le Tc-99m (Technetium 99, 20 à 30 mCurie). [source]

  • Ischémie

    Une ischémie est la diminution de l'apport sanguin artériel à un organe. Cette diminution entraîne essentiellement une baisse de l'oxygénation des tissus de l'organe et la perturbation ou l'arrêt de sa fonction. Les ischémies sont dues le plus souvent à des thromboses (caillot de sang obstruant une artère) ou des plaques d'athérome. L'ischémie peut être réversible ou irréversible et entraîner alors un infarctus de l'organe, c'est à dire la mort d'une partie ou de la totalité de celui-ci.

    L'ischémie est la cause la plus fréquente d'aphasie vasculaire. Le plus souvent il s'agit d'infarctus dans les territoires de vascularisation superficiel et/ou profonds de l'artère cérébrale moyenne gauche. Les infarctus dans le territoire de l'artère cérébrale antérieure gauche entraînent une aphasie dynamique (destructions frontales internes). De façon exceptionnelle, un infarctus dans le territoire de l'artère cérébrale postérieure gauche sera responsable d'une aphasie complexe et atypique, en rapport avec une lésion thalamique.

  • Tomographie par émission de positons ou TEP (ou PET)

    C'est une technique d'imagerie permettant l'étude de la distibution d'émetteurs Beta+ (positons) dans un objet. Les positions ont un parcours réduit dans la matière, après dissipation de son énergie cinétique par collisions, le positon s'annihile avec un électron en émettant deux photons (gamma) à 180° l'un de l'autre. Les rayonnements émis lors de cette annihilation fournissent des informations de deux types: la localisation et la quantité des élmetteurs Beta+ dans l'objet. La reconstitution de l'image est analogue à celle de la tomographie classique (SPECT). [source]

  • Tomoscintigraphie ou SPECT

    La tomoscintigraphie axiale transverse par émission de simple photon (SPECT) est une technique qui permet d'obtenir une représentation 3D d'une distribution radioactive. Le détecteur (gamma caméra) est animé d'un mouvement de rotation autour du patient, il réalise l'acquisition d'images scintigraphiques sous différentes incidences. Le traitement mathématique de ces données permet alors de "reconstruire" la distribution volumique. [source]