Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Résumé de l'intervention de Habib Benali

Modèles de la connectivité fonctionnelle en IRMf : Application à l’étude de l’apprentissage moteur chez l’homme

 

 

Résumé : L’apprentissage d’habiletés motrices réfère au processus durant lequel la précision spatiale et temporelle de mouvements, produits seuls ou en séquence, s’améliore avec la pratique.

De nombreuses études chez l’humain et chez le singe ont montré que ce processus mnésique s’effectue suivant certaines phases distinctes, et que les régions corticales motrices du lobe frontal, le striatum, et le cervelet jouent un rôle primordial dans ce type de mémoire. En s’appuyant sur une recension exhaustive des travaux d’imagerie cérébrale, Doyon et ses collègues (Doyon & Ungerleider, 2002; Doyon et al., 2003; Doyon & Benali, 2005) ont récemment proposé que la plasticité cérébrale observée dans les structures cérébrales formant les systèmes cortico-striatal et cortico-cérébelleux durant l’acquisition d’une habilité motrice, dépend non seulement du stade atteint (c’est-à-dire des phases rapides et lentes ou de la consolidation, l’automatisation, ou la rétention), mais aussi du type d’apprentissage moteur.

Nous présenterons des modèles de connectivité fonctionnelles pour l’étude de l’apprentissage moteur et en particulier de l’adaptation sensori-motrice (Marrelec & al, 2005, Bellec  & al, 2006).