Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Neurosciences / Dossiers thématiques / Perception sensorielle / Vision / ENSEIGNER / Enseigner la vision: analyse des programmes et démarches pédagogiques

Enseigner la vision: analyse des programmes et démarches pédagogiques

Evolution des programmes d'enseignement, démarches pédagogiques - et ressources associées - en relation avec l'enseignement de la vision (programmes de Première 2011)

Analyse de l'enseignement de la vision au fil des programmes de SVT au lycée dans les filières scientifiques et non scientifiques

Période 1983 - 2010

[L'expertise de cette période a été réalisée par Mireille Ranc et Annik Faverjon]

Programmes 1983 :

  • Te D : Sensation et perception: Partie basée sur l’étude de la vision et de la perception visuelle
    • organisation et fonctionnalité de l’œil
    • voix visuelles
    • perception : notion d’aires d’association et de projection
    • la perception de l’environnement est très succinctement abordée.   
  • Te C : Comportements animaux
    • Il est uniquement fait allusion de façon générale aux organes des sens et leur implication dans les comportements.

Programmes 1989 :

  • 2de : Comportements et communication animale
    • Les récepteurs sensoriels sont associés à l’étude des différents stimuli, mais sans aucun détail.
  • Te D et Te C : Communication nerveuse 
    • Uniquement basée sur l’étude du réflexe myotatique et la motricité volontaire. Etude d’une fonction sans mise en relation avec la perception de l’environnement.
  • 1 L  :Communication et vie sociale 
    • les relations interindividuelles portent sur les mécanismes du stress sans faire intervenir les mécanismes de la vision
    • la communication nerveuse est basée sur l’étude des mécanismes cellulaires de la transmission du message nerveux.

Programme 1994 :

  • 2de :Communication et organisation chez un animal
    •  la notion de communication interne entre récepteurs et effecteurs  est développée.
    • L’œil en tant que récepteur n’est pas abordée, ni la perception.
 
  • Te S : Aspects du fonctionnement des centres nerveux
    • Pas de changement notable avec le programme précédent.

Programmes 2000 :

  • 2de :
    • aucune mention des organes sensoriels et de la perception de l’environnement
 
  • 1e S :Plasticité cérébrale
    • La perception de l’environnement dépend de la fonctionnalité des récepteurs et influe (jusqu’à un certain point) sur le développement des aires corticales associées.
    • La vision peut faire partie des exemples étudiés (expériences réalisées sur le chat).
 
  • Te S :
    • Aucune partie du programme ne traite de perception de l’environnement ou de communication nerveuse (partie du programme transféré en 1e S).
 
  • 1e L : La représentation visuelle du monde
    • structure et fonction oeil/rétine
    • voix visuelles
    • Intégration cérébrale : organisation du cortex, perception et plasticité cérébrale, la représentation du monde.
    • seul le programme de 1e L aborde la fonction de la vision en relation avec la perception du monde, mais le temps imparti pour traiter ce thème est très court (5 séances soit 7,5 h)

 

Période 2010 - 2018

Analyse réalisée par Anne Florimond et Nathalie Noris

L'année 2010 est marquée par la mise en place de la réforme des lycées, assortie de modifications importantes des programmes en SVT. Les nouveaux programmes de Première entrent en vigueur à la rentrée 2011. L'un des points remarquables de la réforme est que l'enseignement de la vision est désormais représenté dans toutes les séries de la filière générale.

Un autre point remarquable est que le programme de 1ère L/ES ne fait pas de séparation explicite entre les SVT et la Physique Chimie. Il incombe donc aux professeurs de se répartir les notions (il est toutefois  aisé de le faire, la différenciation entre les deux disciplines apparaît clairement).

Les innovations dans la filière scientifique

(série S)

  • L'enseignement de la vision, disparu en 1994 en même temps que  l'ancienne série D, réapparait en filière scientifique. Le tiers d'un thème (Thème 3C : "De l'oeil au cerveau : quelques aspects de la vision") est désormais dévolu à la vision. Cela représente environ 4  semaines d'enseignement.
  • Une composante "évolution" fait son entrée dans l'enseignement de la vision : au moment de l'étude des photorécepteurs, l'utilisation des gènes codant pour les opsines est préconisée pour d'une part situer l'Homme parmi les Primates et d'autre part révéler le phénomène de duplication.
  • La plasticité cérébrale est étudiée à partir d'exemples en relation avec le cortex visuel ; elle n'est plus basée sur l'étude du cortex somato-sensoriel (programme 1S, 2001).
  • Le programme fait explicitement allusion à l'imagerie fonctionnelle du cerveau pour aborder la fonction visuelle.
  • Le programme invite à une éducation à la santé au travers de l'enseignement de la vision
Les innovations dans les filières non scientifiques (séries L et ES)

Le thème "Représentation visuelle" fait son apparition dans la série ES. Un thème éponyme existait déjà dans la série L. Son contenu est perceptiblement modifié  :

  • Une composante "évolution" fait son entrée dans l'enseignement de la vision : au moment de l'étude des photorécepteurs, l'utilisation des gènes codant pour les opsines est préconisée dans le but de situer l'Homme parmi les Primates.
  • La notion de plasticité du cortex cérébral est renforcée et appliquée à la lecture.
  • La transmission synaptique, déjà abordée dans le cadre du message nerveux nociceptif (programme de ES, 2001) et du message nerveux visuel (programme de L, 2001), est désormais abordée uniquement dans le cadre de la fonction visuelle. Par conséquent, l'effet des drogues est également abordé dans ce cadre.
  • Le programme recommande explicitement de développer le volet éducation à la santé au travers de l'enseignement de la vision en abordant l'effet de la consommation de drogues sur l'organisme tout entier.

 

 Démarches pédagogiques sur l'Organisation fonctionnelle de la rétine

Deux démarches exploitant des cas cliniques d'anomalies de la vision - ayant une origine rétinienne - suivis de l'utilisation du logiciel de Visu -afin de déterminer le rôle des photorécepteurs dans l'élaboration de la perception visuelle.

 

De l'oeil au cerveau : l'organisation des voies visuelles

Une enquête sur l'organisation des voies visuelles, déclinée en deux versions  :

Vision des couleurs et évolution

Les troubles de la vision colorée

Proposition d'activité autour de deux cas cliniques d'anomalies de la vision colorée, qu'il s'agira d'expliquer logiquement à l'aide de connaissances (propriétés des photorécepteurs, génétique de la vision colorée et traitement cérébral des informations visuelles).

Pigments rétiniens et évolution

Propositions de démarches pédagogiques -et ressources associées- en relation avec deux notions sur l'évolution désormais ancrées dans l'enseignement de la vision (classe de Première, 2011) : pigments rétiniens et place de l'Homme au sein des Primates, pigments rétiniens et création de nouveaux gènes par duplication.

 Aires cérébrales et vision

Une proposition de démarche exploitant des cas cliniques d'anomalies de la vision -ayant une origine corticale- suivis de l'utilisation du logiciel EduAnatomist -afin d'identifier les aires cérébrales impliquées dans la vision et de mettre en évidence la présence de structures cérébrales innées dans l'élaboration de la perception visuelle .

Reconnaissance visuelle des mots et plasticité

Une proposition de démarche exploitant des cas cliniques d'anomalies de la vision - couplés à une utilisation du logiciel EduAnatomist- afin d'identifier les aires corticales impliquées dans la lecture et de mettre en évidence une plasticité consécutive à un AVC.

Plasticité corticale en relation avec l'apprentissage de la lecture :

Une variante avec support documentaire, basée sur l'étude d'une cohorte d'individus plus ou moins alphabétisés.