Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Neurosciences / Actualisation des connaissances / Vision / COMPRENDRE / De Visu / Soutien Scientifique De Visu / Hautes et basses fréquences spatiales

Hautes et basses fréquences spatiales

Ecrit par Françoise Jauzein (enseignante de SVT, chargée d'étude INRP). Source : François Vital-Durand, INSERM Lyon-Bron, Unité Cerveau et Vision



Les images hybrides de Schyns et Oliva présentées dans le module "Images hybrides" du logiciel de visu (ainsi qu'un tableau de S Dali) combinent deux images superposées, ici un grincheux et un heureux, dont l'une est en haute fréquence, l'autre en basse fréquence.

A gauche, le grincheux est en hautes fréquences, l'heureux en basses fréquences. Quand je m'éloigne, je ne vois plus que les basses fréquences, l'heureux.

A droite, l'heureux est haute fréquence, le grincheux en basses fréquences. Quand je m'éloigne, je ne vois plus que les basses fréquences, le grincheux.



Nous ne voyons pas l'image basse fréquence de près parce que notre système visuelle fonctionne préférentiellement en hautes fréquences, comme en témoigne la fameuse image NO SEX CAUSES BAD EYE, (voir ci-dessous). Nous ne voyons les basses fréquences qu'à la distance ou la résolution de notre système visuel (son acuité) nous permet plus de voir les hautes fréquences.


ExamOculPres.jpg
 




Les hautes fréquences sont perçues par la voie Parvocellulaire, dont les champs récepteurs sont petits et analysent les détails d’images présentant des variations de gris avec de hautes fréquences spatiales.

Les basses fréquences spatiales sont perçues par la voie Magnocellulaire dont les cellules ont des champs récepteurs de taille moyenne. Lorsque l’image devient trop petite seul ce système fonctionne. La vision de détail ne « marche » pas.

On peut se rendre compte du fait qu’il ne s’agit pas d’une simple différence entre vision centrale (fovéale) et périphérique, en superposant sur les images la taille de la fovéa (manipulation simple pour l'estimer : le diamètre d'une pièce de 1 euro tenue à bout de bras).

Le changement des images se réalise alors que celle-ci est bien plus petite que la fovéa. Les deux perceptions se font toutes deux en vision centrale.

On peut aussi plisser les yeux et « voir flou », pour (passer dans le système Magno) et voir les basses fréquences


ExamOculLoin.jpg