Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Neurosciences / Actualisation des connaissances / Vision / COMPRENDRE / De Visu / Soutien Scientifique De Visu / Induction chromatique: contraste ou assimilation

Induction chromatique: contraste ou assimilation

Ecrit par Françoise Jauzein (enseignate de SVT, chargée d'étude INRP), d’après un article de Kenneth Knoblauch (INSERM-Lyon, unité Cerveau et vision).



Le changement de l’apparence d’une couleur lors de l’introduction d’une zone lumineuse dans son voisinage est appelée « induction chromatique ».
Quand le changement dans l’apparence colorée consiste en un éloignement de la couleur de la couleur initiale vers celle qui vient d’être introduite dans l’environnement, ce changement est appelé « contraste chromatique ».
Quand le changement dans l’apparence colorée consiste en un rapprochement de la couleur initiale vers celle qui vient d’être introduite dans l’environnement, ce changement est appelé « assimilation chromatique ».

Exemple de contraste chromatique


Une lumière qui apparaît jaune si elle est isolée, apparaîtra vert-jaune si elle est entourée d’une couleur rouge (sa couleur jaune initiale se déplace, sur le diagramme ci-dessous, à l’opposé de la couleur rouge qui vient d’être introduite)

DiagCIE-Lab.jpg
Représentation des couleurs : diagramme CIE



On peut considérer que le déplacement de la couleur perçue vers le vert, lorsque la couleur initiale est placée dans un environnement rouge, vient d’une désensibilisation des récepteurs L causées par une exposition à une couleur de grandes longueurs d’onde, les cônes L sont alors plus saturés et plus désensibilisés que les M et la couleur perçue résulte d’une activation plus forte des M, elle paraît donc plus «verte».

Assimilation chromatique


L’exemple le plus commun est celui de la couleur d’un mur constitué de briques et de mortier : la couleur des briques tend à se rapprocher de celle du mortier.

Lorsque l’on superpose une grille à un fond d’une certaine couleur, la perception colorée de ce fond est modifiée selon la couleur de cette grille, la couleur du fond se rapproche de celle de la grille, mais il faut pour cela que cette grille présente un maillage petit et régulier. Pour que l’assimilation chromatique se produise plutôt que le contraste, il faut superposer un champ de haute fréquence spatiale (nombreuses barres serrées).

Ce qui se produit dans ce cas est que le cerveau interprète la grille comme une transparence, c’est un processus cortical (et dans ce cas toutes les zones colorées juxtaposées présentent une déviation de leur couleur dans la même direction). Ainsi une grille bleue superposée à un fond orange rend ce fond plus bleu.

Si la grille n’a pas les bonnes caractéristiques, on peut assister au phénomène inverse cité plus haut, le contraste chromatique.

Contraste ou assimilation ?


Une transition entre phénomène de contraste et phénomène d’assimilation se rencontre pour des objets de fréquence de 3 à 6 cycles (changements) par degré d’angle visuel, mais d’autres facteurs interviennent comme la taille de la zone testée ou la couleur de son fond.