Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Météo, climats et paléoclimats / Systèmes climatiques / Environnement global / Démarches / Les courants océaniques profonds / Voir un courant océanique profond(démarche illustrée)

Voir un courant océanique profond(démarche illustrée)

Mise à jour : 14/08/2001

Démarche proposée par Thierry Lhuillier, Lycée Claude de France, Romorantin 
Relue par Laurent Mémery, LODYC, CNRS

De manière simplifié, nous allons présenter les résultats de l'activité 1 présentée dans la rubrique démarche. 

Montrer que l'océan n'est pas une masse d'eau inerte


 

 

icon_a6.gif

Les CFC, présents dans l'air, se dissolvent dans l'eau de surface. On observe très peu de diffusion vers le fond car, dès 500 mètres de profondeur, l'eau ne contient plus de CFC. 

Ceci est trompeur car à l'ouest de la section, on observe deux noyaux de profondeur contenant un peu de CFC. L'un est positionné vers 1700 m de profondeur, l'autre vers 4000 m. 

Ces CFC n'ont pas pu diffuser de la surface et proviennent obligatoirement d'un courant profond soit en provenance du Nord, soit en provenance du Sud. 

L'observation des autres sections permet de préciser l'origine de ce courant


 

ic_atlcf.gif Quatre sections sont proposées en liens : deux au Sud, deux au Nord. 


La concentration des CFC profonds augmente lorsque l'on va vers le Nord et devient rapidement nulle vers le Sud. Sur la section A01E, on observe une concentration élevée des CFC en surface à l'Ouest de la coupe. On observe également de ce côté une faible différence de concentration entre la surface et la profondeur. L'origine des CFC profonds est donc la mer du Groenland. 

 

Pour approfondir :

 

L'origine des deux noyaux est différente. Le noyau observé vers 1700 m provient de la plongée des eaux de la mer du Labrador (section A01W). Le noyau de 4000 m provient lui de la plongée des eaux de la mer du Groenland (section A01E) 

L'augmentation des concentrations en CFC observée en surface lorsque l'on monte vers le Nord s'explique par l'augmentation de la solubilité des gaz lorsque la température de l'eau diminue. 

Comprendre la cause de cette plongée. 

 

Cette partie peut avoir lieu après un TP mettant en évidence le rôle de la température et de la salinité sur la densité de l'eau.
 

ic_plong.gif Après avoir chargé la configuration plongée.cfg, un double clic sur les quatre zones indiquées fait apparaître les graphes suivants :

La configuration Scatter.cfg donne une vision plus synthétique. 
 

ic_scatt.gif Après avoir chargé la configuration scatter.cfg, un double clic sur la mer du Groenland fait apparaître en rouge les profils de ce point.

Pour approfondir :

 

Le même phénomène est observable en mer du Labrador pour l'Eau Nord-Atlantique de fond ainsi qu'en mer de Weddell pour l'Eau Antarctique de fond.

Il est intéressant de noter, qu'à la même latitude que dans l'Atlantique Nord, on n'observe pas de convection hivernale au nord du Pacifique. Cela peut permettre aux élèves de proposer des hypothèses et tenter de les valider par une étude du Pacifique Nord. " 

 

flèchean retour.gif