Les constellations et les noms d'étoiles

par clea Claude Piguet Philippe Merlin last modified 2010 Oct 05 13:35

Obs. Lyon – Cl Piguet, Ph Merlin

 

 

 Origine et noms des constellations. 

Dès les premières civilisations, les observateurs, pour repérer et désigner plus commodément les étoiles, ont imaginé de réunir celles qui sont apparemment voisines et assez brillantes, par des traits suivant les figures plus ou moins arbitraires qu’elles dessinent dans le ciel. Ainsi sont nées les constellations auxquelles ont été donnés des noms de héros, d’animaux ou d’objets associés à des mythes et des légendes, qui varièrent donc selon les pays.

La nomenclature actuelle s’inspire largement de la mythologie grecque. C’est, semble-t-il, Aratos, médecin et poète à la cour du souverain macédonien Antigonos Gonatas, au IIIème siècle avant notre ère, qui eut l’idée d’attribuer aux diverses constellations des noms tirés des légendes grecques. La carte de l’hémisphère céleste boréal est fondée sur celle établie au IIèmesiècle de notre ère par Ptolémée, qui répertoria 48 constellations. Les constellations australes, en revanche, sont d’origine beaucoup plus récente, les astronomes n’ayant pu observer le ciel de l’hémisphère sud que beaucoup plus tardivement. Ce sont principalement Bayer et Hevelius, au XVIIème siècle puis Lalande et La Caille au XVIIIème siècle, qui les baptisèrent. La plupart ont reçu des noms d’oiseaux ou d’instruments scientifiques.

Le mot « constellation » désigne non seulement la figure formée par un groupe d’étoiles dans le ciel mais également toute une région incluant ces étoiles et délimitée par un tracé, l’ensemble des constellations recouvrant alors toute la sphère céleste. Longtemps, les limites des constellations restèrent imprécises. Des difficultés surgirent lorsqu’il fallut cataloguer les nombreuses étoiles de faible éclat identifiées grâce aux lunettes et télescopes. D’autant que certains astronomes prirent sur eux de désigner à leur gré de nouvelles figures célestes, empiétant sur les anciennes. A la fin du XIXème siècle, on comptait ainsi 108 constellations, dont les limites n’étaient cependant pas unanimement reconnues. A partir de 1922, l’Union Astronomique Internationale a procédé à une révision des constellations. Suivant une suggestion de l’astronome belge E. Delporte, il a été décidé en 1927 de substituer aux courbes des délimitations imaginaires antérieures, des arcs de parallèles et de méridiens. Depuis lors, l’ensemble du ciel est divisé en 88 constellations conventionnellement délimitées. Les noms que portent ces 88 constellations sont des noms latins reconnus dans le monde entier.

Remarque : les étoiles d’une même constellation ne sont qu’apparemment voisines, les distances réelles les séparant dans l’espace pouvant être très grandes.

 

Noms des constellations

 

Nom latin (génitif)

abréviation

Nom français

Andromeda (-ae)

And

Andromède

Antlia (-ae)

Ant

Machine pneumatique

Apus (-odis)

Aps

Oiseau de Paradis

Aquarius (-ii)

Aqr

Verseau

Aquila (-ae)

Aql

Aigle

Ara (-ae)

Ara

Autel

Aries (-tis)

Ari

Bélier

Auriga (-ae)

Aur

Cocher

Bootes (is)

Boo

Bouvier

Caelum (-i)

Cae

Burin

Camelopardalis (-)

Cam

Girafe

Cancer (-cri)

Cnc

Cancer (ou Écrevisse)

Canes (-um) Venatici (-orum)

Cvn

Chiens de Chasse

Canis (-) Major (-is)

Cma

Grand Chien

Canis (-) Minor (-is)

Cmi

Petit Chien

Capricornus (-i)

Cap

Capricorne

Carina (-ae)

Car

Carène

Cassiopeia (-ae)

Cas

Cassiopée

Centaurus (-i)

Cen

Centaure

Cepheus (-i)

Cep

Céphée

Cetus (-i)

Cet

Baleine

Chamaeleon (-ontis)

Cha

Caméléon

Circinus (-i)

Cir

Compas

Columba (-ae)

Col

Colombe

Coma (-ae) Berenices

Com

Chevelure de Bérénice

Corona (-ae) Australis

CrA

Couronne australe

Corona (-ae) Borealis

CrB

Couronne boréale

Corvus (-i)

CrV

Corbeau

Crater (-is)

Crt

Coupe

Crux (-cis)

Cru

Croix du Sud

Cygnus (-i)

Cyg

Cygne

Delphinus (-i)

Del

Dauphin

Dorado (-us)

Dor

Dorade

Draco (-nis)

Dra

Dragon

Equuleus (-i)

Equ

Petit Cheval

Eridanus (-i)

Eri

Éridan

Fornax (-acis)

For

Fourneau

Gemini (orum)

Gem

Gémeaux

Grus (-is)

Gru

Grue

Hercules (-is)

Her

Hercule

Horologium (-ii)

Hor

Horloge

Hydra (-ae)

Hya

Hydre femelle

Hydrus (-i)

Hyi

Hydre mâle

Indus (-i)

Ind

Indien (Oiseau)

 

Nom latin (génitif)

abréviation

Nom français

Lacerta (-ae)

Lac

Lézard

Leo (-nis)

Leo

Lion

Leo (-nis) Minor (is)

LMi

Petit Lion

Lepus (-oris)

Lep

Lièvre

Libra (-ae)

Lib

Balance

Lupus (-i)

Lup

Loup

Lynx (-cis)

Lyn

Lynx

Lyra (-ae)

Lyr

Lyre

Mensa (-ae)

Men

Table

Microscopium (-ii)

Mic

Microscope

Monoceros (-otis)

Mon

Licorne

Musca (-ae)

Mus

Mouche

Norma (-ae)

Nor

Règle

Octans (-tis)

Oct

Octant

Ophiuchus (-i)

Oph

Ophiucus (ou Serpentaire)

Orion (-is)

Ori

Orion

Pavo (-nis)

Pav

Paon

Pegasus (-i)

Peg

Pégase

Perseus (-i)

Per

Persée

Phoenix (-cis)

Phe

Phénix

Pictor (-is)

Pic

Peintre (Chevalet du)

Pisces (-ium)

Psc

Poissons

Piscis (-) Austrinus (-i)

PsA

Poisson austral

Puppis (-)

Pup

Poupe

Pyxis (-idis)

Pyx

Boussole

Reticulum (-i)

Ret

Réticule

Sagitta (-ae)

Sge

Flèche

Sagittarius (-ii)

Sgi

Sagittaire

Scorpius (-ii)

Sco

Scorpion

Sculptor (-is)

Scl

Sculpteur (Atelier du)

Scutum (-i)

Sct

Ecu (de Sobieski)

Serpens (-tis)

Ser

Serpent

Sextans (-tis)

Sex

Sextant

Taurus (-i)

Tau

Taureau

Telescopium (-ii)

Tel

Télescope

Triangulum (-i)

Tri

Triangle

Australe (-is)

TrA

Triangle austral

Tucana (-ae)

Tuc

Toucan

Ursa (-ae) Major (-is)

UMa

Grande Ourse

Ursa (-ae) Minor (-is)

Mmi

Petite Ourse

Vela (-orum)

Vel

Voiles

Virgo (-inis)

Vir

Vierge

Volans (-tis)

Vol

Poisson volant

Vulpecula (-ae)

Vul

Petit Renard

 

NB: Le génitif est utilisé pour marquer l'appartenance. Par exemple, si on veut parler de l'étoile a de la constellation Vulpecula on dira a Vulpeculae (prononcer Vulpeculé).

 

Dénominations des étoiles.

 

Les étoiles les plus brillantes reçurent notamment des arabes, au Moyen Age, des noms propres que l’usage a conservé.  En 1603, l’astronome allemand Bayer eut l’idée d’introduire une nomenclature simple et rationnelle, utilisant les lettres de l’alphabet grec :

 

 

α alpha            ι iota             ρ rho

β bêta             κ kappa          σ sigma

γ   gamma         λ   lambda       τ tau

δ delta             µ   mu           υ upsilon

ε epsilon           ν nu              ϕ phi

ζ dzêta            ξ ksi              χ khi

η êta               ο omicron         ψ psi

θ thêta            π pi               ω oméga

 

 

A quelques exceptions près, dans chaque constellation, l’étoile la plus brillante est désignée par α, celle d’éclat immédiatement inférieur par β, puis γ et ainsi de suite. Lorsque l’alphabet grec est épuisé, on utilise l’alphabet latin, puis les nombres. Encore ne parvient-on ainsi qu’à désigner les étoiles visibles à l’œil nu (environ 3000 pour les deux hémisphères).

Le nom officiel d’une étoile s’obtient en faisant suivre la lettre qui désigne cette étoile du génitif du nom latin de la constellation à laquelle elle appartient (α Lyrae pour Véga).

Les étoiles d’éclat plus faible, révélées par les lunettes et les télescopes, sont désignées seulement par leur numéro d’ordre dans des catalogues de référence.

 

 

 

 

 

Retour.gif

 

 

 

 

 


Personal tools