Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Se former / FormaTerre / Formaterre 2010 / Les « Alpages » : un système agro-écoloqique modèle

Les « Alpages » : un système agro-écoloqique modèle

ou Fonctionnements et dynamiques de systèmes agro-écoloqiques modèles: le cas des « Alpages » et sa portée générale

Conférence de Jean-Marcel Dorioz

Centre Alpin de Recherche sur les réseaux trophiques ey ecosystèmes limniques, INRA Thonon

Administrativement les « Alpages » sont recensés comme des « unités pastorales d’altitude » ce qui signifie, des ensembles de prairies permanentes (souvent localisées à l’étage subalpin) utilisées pendant la saison d’été par un ou des troupeaux. Depuis quelques années le rôle de ces espaces dans la construction de l’identité de l’agriculture alpine et dans la biodiversité et la qualité des terroirs de montagne, est mieux reconnu, d’où l’intérêt de mieux comprendre leurs fonctionnements agroécologiques.

Un premier rappel s’impose : les Alpages sont un héritage. Un héritage historique naturel et humain complexe, fait de milieux végétaux spécifiques, de traditions, de pratiques agronomiques, de produits reconnus, voire de structures sociales, le tout s’organisant en un système original. La « co-évolution » séculaire entre hommes-pratiques-troupeaux et ressources naturelles (dont les sols) est au cœur du fonctionnement de ce système soumis à toute une série de forcages naturels et socioéconomiques. Nous essayerons de décrypter ces interactions pour proposer un modèle général du fonctionnement agroécologique de ce type de territoires à la fois très anthropisés et très « naturels », mettre en évidence les grands facteurs d’organisation du système (dynamique , le reyclage et de dispersion des nutriments, phénologie , traits de végétation, pentes et types de sols….) et leurs facteurs de variations au cours de l’histoire récente et selon les conditions régionales .

Les milieux alpages participent et subissent aussi des dynamiques. Ainsi, les usages et les fonctions associés à ces espaces, et par conséquent les pratiques qui y sont appliquées, ont largement évolué depuis les années 60, enclenchant des dynamiques végétales désormais bien visibles et des changements plus subtils, notamment sur les sols. Depuis peu, de nouveaux enjeux ,extérieurs à l’exploitation agricole, sont affectés à ces espaces qui deviennent désormais stratégiques pour la biodiversité, le patrimoine culturel, parfois pour les ressources en eau, souvent pour le développement touristique. Il faut aussi compter sur les changements climatiques annoncés. Face à ces évolutions, on peut légitimement se poser des questions sur le devenir, la durabilité, de ce patrimoine et des ressources qu’il génère. Ces questions seront examinées essentiellement à partir du modèle conceptuel établi préalablement à partir de l’analyse du fonctionnement agro-écologique du système “alpage”.

Fleche_retour.png