Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / EDD / Savoirs scientifiques et enseignements (SSE) / Journées d'études SSE 2008 / Interview de Jean-François Rodes

Interview de Jean-François Rodes

Par jauzein — Dernière modification 16/02/2016 16:53
Interview de Jean-François Rodes, professeur agrégé de SVT, professeur d’IUFM à l’Académie de Versailles, actuellement en charge de l’espace Formation du site de La main à la pâte, par Françoise Jauzein (INRP-ACCES), mars 2008.

 

Quelles sont les finalités de l'espace "formation" de La main à La pâte  ?

Cet espace en ligne est destiné prioritairement aux formateurs intervenant dans l’enseignement primaire : maîtres formateurs, professeurs d’IUFM mais peut aussi être utilisé par des conseillers pédagogiques ou des maîtres ressources en sciences.

L’espace formation de La main à la pâte met en ligne des ressources décrivant des activités de formation. Elles sont conçues et testées par des formateurs du primaire et sont destinées à être utilisées en formation continue et non en formation initiale.
Ces ressources ciblent spécifiquement la formation en science et plus particulièrement la démarche d’investigation et la production d’écrit qui lui est associée.
Cet espace qui est récent est destiné à s’enrichir progressivement et à se structurer autour de différents thèmes qui pourraient être :

-         l’initiation à la démarche d’investigation,

-         l’étude d’un point précis de la démarche comme par exemple :
l’observation en sciences, l’utilisation des images scientifiques…  ou le cahier d’expérience
 

 

Qui sont les formateurs intervenant dans l’enseignement primaire ?

Les professeurs d’IUFM (PIUFM) sont des Professeurs du secondaire qui forment les Professeurs des Ecoles (PE) dans leur discipline d’origine. Les PIUFM sont recrutés à la suite d’un concours constitué d’un entretien devant un jury d’universitaires, d’inspecteurs (IPR-IA) et de PIUFM.
Les maîtres formateurs sont recrutés à la suite d’un examen, le CAFIPEMF comportant plusieurs épreuves axées sur la pédagogie et la didactique d’une discipline.
La formation des formateurs est assurée dans le cadre de « la formation de formateurs » qui est une forme de formation continue (donc postérieure à leur recrutement (!))

 

Quelles sont les sources d’information scientifique, dont les enseignants du primaire peuvent disposer?

Si un professeur des écoles a besoin d’une réponse scientifique, il peut avoir recours à

  •       des ressources, c’est à dire des manuels scolaires, des livres à vocation pédagogique, (par exemple « Enseigner la biologie et la géologie à l’école élémentaire » de Tavernier, Bordas )
  •      ses anciens formateurs IUFM, ses conseillers pédagogiques….
  •     le forum de la MAP
  •     le CRDP

Quelles sont les modalités de la formation initiale des professeurs des écoles  dans l’IUFM de Versailles?

Quels sont les volumes horaires de formation initiale en sciences ?

A l’IUFM de Versailles, jusqu’en 2002, la formation scientifique des PE1 correspondait à 60 heures de formation initiale en SVT (30 heures en technologie et 40 heures en Physique-Chimie).
Depuis cette date et suite aux nouveaux plans de formations, globalement identiques dans tous les IUFM, les PE1 n’ont plus qu’une quinzaine d’heures de formation dans chaque discipline scientifique. Cet horaire étant réduit à seulement 6h si ils ont choisi l’Histoire-géographie comme composante majeure au concours.

Pour les PE2, comme pour les PE1, l’horaire de formation en science à été divisé par 3 depuis 2002. Quelque soit leur cursus universitaire, les PE2 ont en moyenne 12 heures de formation dans chaque discipline. Au cours de ces 12 heures, ces stagiaires, qui n’ont en majorité aucune connaissance scientifique, doivent non seulement acquérir ces connaissances, mais aussi se familiariser avec les principaux acquis de la didactique.
Il faut rappeler qu’en SVT par exemple, le programme du primaire touche aussi bien la physiologie humaine, que la biologie végétale, la biologie animale et la géologie… !!!

 Quels sont les formateurs  qui interviennent ?

A l’IUFM, une (grande) partie de la formation est disciplinaire et est assurée par des PIUFM et des PREC (Professeurs des écoles)

Les « PIUFM » sont des professeurs agrégés ou certifiés qui ont un statut de PRAG c'est-à-dire un statut d’enseignant du secondaire détaché dans le supérieur.

Il y a aussi des PREC qui enseignent en formation initiale; ce sont des maîtres-formateurs , recrutés à temps plein ou à temps partiel par l’IUFM, pour la formation initiale des PE, dans leur spécialité disciplinaire ou en formation générale.

La « formation générale » est assurée le plus souvent par des professeurs de philosophie et traite de questions sur l’éducation, l’enseignement et la pédagogie en général.
Une partie de la formation des PE2 se fait au cours de stages sur le terrain et est encadrée principalement par des maîtres formateurs de l’IUFM.

La formation en technologie, sciences Physique ou SVT est donc assurée par des enseignants qui ont une licence à minima et une agrégation (et/ou thèse) à maxima

Une évolution récente de la formation initiale des PE2

Depuis l’année dernière, les PE2 sont affectés dans une classe un jour par semaine obligatoirement : c’est le stage filé. Ceci diminue leur temps de formation « théorique » au profit de la formation « pratique ». Pour des raisons d’ordre administratif, la majorité d’entre eux effectue son stage en petite et moyenne section de maternelle.

 

Quels sont les objectifs  de la formation initiale en SVT des PE2 à l’IUFM?

La majorité des PE2 n’a aucune culture scientifique en SVT et présente, pour des concepts classiques, des conceptions erronées proches de celles des enfants qu’ils auront en classe... Pour pouvoir répondre aux impératifs du programme de l’école primaire (même simplifié…), leur formation devrait donc comprendre une mise à niveau de leurs connaissances sur l’ensemble de la physiologie humaine et sur quelques aspects de la botanique, de la zoologie et de la géologie sans oublier une formation solide en didactique de la discipline (démarche d’investigation et ses différents aspects, cahier de science, programmation d’une sortie etc…).

Tout ceci devrait donc être fait en 3 ou 4 séquences de formation réparties sur l’année (et donc séparées souvent de quelques mois !). Pour essayer de répondre aux objectifs de la formation, le formateur doit donc effectuer des choix et laisser à l’autoformation ou à la formation continue une place importante...

Voici, par exemple,  les 4 séances types faites par JF Rodes et quelques uns de ses collègues pour la formation en SVT des PE2 :

  1. Une séance portant sur l’élevage du ténébrion/ver de farine ;
    - d’un point de vue des connaissances, elle permet de faire une mise au point sur certains aspects zoologiques (notion d’insecte, d’arthropode, de développement indirect etc.) et évolutifs.
    - d’un point de vue didactique, c’est une première initiation à la démarche d’investigation et à ses différentes déclinaisons (recherche de documents, démarche d’observation, démarche expérimentale). C’est aussi l’occasion d’aborder la problématique d’un élevage en classe (intérêts, limites)  et de décrire ce que l’on peut faire en cycle 1, 2 ou 3 sur ce thème en relation avec les programmes…

  2. Une séance sur les bourgeons de marronnier
    - d’un point de vue didactique, elle permet de réinvestir les acquis de la séance précédente et d’y associer celui de la dissection comme un des moyens d’une démarche d’investigation.
    On y associe une réflexion sur les moyens qu’ont les élèves pour en rendre compte, sur le rôle des différentes images utilisées par l’enseignant ou produites par les élèves… .
    - d’un point de vue scientifique, c’est l’occasion de revenir sur la croissance des végétaux, la notion de feuille simple/composée, l’utilisation d’une clé de détermination etc…

  3. Une séance consacrée à l’étude du mouvement, à la dissection de la patte de grenouille et à la construction d’un modèle analogique 
    Elle est l’occasion de revenir sur les (nombreux…) aspects physiologiques de la locomotion et d’aborder les aspects didactiques liés au modèle et à la « modélisation ».

  4. La dernière séance ayant lieu souvent au mois de mai, est consacrée à une sortie en forêt (ou au museum) et sera bien sûr l’occasion d’aborder l’exploitation pédagogique d’une sortie  et ses aspects écologiques….

 

A chaque séance, il est demandé aux stagiaires de préparer pour la séance suivante, une séance/séquence portant sur le thème étudié pour l’un des trois cycles de l’école.

Cette formation très dense ( !) ne permet évidemment pas d’aborder de très nombreux aspects de la biologie ni de la géologie. Elle est complétée par une formation « informelle » ayant lieu en différentes circonstances : préparation aux stages en responsabilité, suivi du mémoire quand il porte sur les sciences, formation conjointe avec un professeur de français dans le cadre des « MLAD » (maîtrise de la langue dans d’autres disciplines).

 

Perspectives

La formation des enseignants du primaire en science que ce soit en SVT, en PC ou en  technologie semble à l’heure actuelle très insuffisante. On peut donc souhaiter que l’intégration des IUFM dans les universités et la « masterisation » de la formation des enseignants conduisent à augmenter qualitativement et quantitativement cette formation !