Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL

Polymorphisme du gène MC1R dans les populations africaines

Par salame — Dernière modification 18/07/2021 18:38

Polymorphisme du gène MC1R dans les populations africaines

Des mutations de MC1R peuvent entraîner des changements dans la couleur du pelage chez la souris. Les chercheurs ont supposé que des mutations du gène MC1R humain pouvaient aussi avoir un impact sur la pigmentation de la peau et donc sur la couleur de celle-ci. Pour cela, ils ont séquencé le gène chez de nombreux individus dans de nombreuses populations humaines.

On dispose de tous les allèles trouvés chez les africains de l’Afrique équatoriale, à peau très sombre. Fichier MC1R-Africains.edi.

Le tableau ci-dessous renseigne sur la fréquence des divers allèles dans les populations africaines.

Séquence ancestrale : 44%

Séquence T314-ACG : 44,6%

Allèle S47I : 0, 4%

Allèle L50L : 1, 3%

Allèle L99I : 0, 4%

Allèle A103A : 0, 4%

Allèle L106L : 1, 7%

Allèle I168I : 0, 4%

Allèle F196L : 2, 1%

Allèle V265V : 1, 3%

Allèle C273C : 0, 4%

Allèle F300F : 3%

 En 2000, Harding et al. représentaient ainsi l’histoire évolutive des allèles du gène MC1R trouvés en Afrique.

Filiation entre allèles africains MC1R-.jpg

A cette époque on n’avait identifié que 5 allèles. Depuis on a trouvé 7 autres allèles qui sont pris en compte dans le fichier de séquences.

A partir de l’analyse de l’ensemble de ces séquences, on peut compléter l’arbre représentant l’histoire évolutive des allèles africains.

On a étudié le polymorphisme de nombreux autres gènes dans les populations. Très généralement le polymorphisme et donc la diversité des allèles, est plus élevée dans les populations africaines que dans celles des autres continents.