Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL

Les caractéristiques des cellules cancéreuses

Par Naoum Salamé Dernière modification 16/12/2017 10:13

 

 

1 - Quelques caractéristiques des cellules cancéreuses

Durant la fin des années 50, Rubin et Temin ont mis au point un milieu de culture permettant d’obtenir le développement dans des boîtes de pétri, de cellules de la peau, des fibroblastes, prélevées sur un embryon de poulet. La figure ci-dessous montre une observation microscopique d’une telle culture.

Martin_L100.jpg

D'après : Cancer cells in culture

Ils ont alors ajouté à de telles cultures une suspension de virus du sarcome de Rous, virus connu pour être responsable de tumeurs chez le poulet. La figure ci-dessous montre deux boîtes de Pétri, celle de droite avec un apport viral dilué 10 fois par rapport à celle de gauche. Chaque point représente un foyer d’infection. En dessous figure une observation en microscopie électronique d’un tel foyer.

F3.large.jpg

D'après : Robin A. Weiss et Peter K. Vogt : 100 years of Rous sarcoma virus. JEM vol. 208 no. 12 2351-2355. 2011

 La figure ci-dessous montre un foyer de cellules cancéreuses entouré de cellules normales, et schématise un comportement des cellules cancéreuses.

Foci de cellules cancéreuses et non cancéreuses.JPG

Schéma associé au Foci-New.JPG


D'après ce site

Alors qu’en culture, les cellules normales doivent adhérer au support sur lequel elles se développent, ce n’est pas le cas des cellules cancéreuses qui forment plusieurs couches.

 2 - Une autre caractéristique des cellules cancéreuses révélée par la technique des cellules en culture

En 1951, Henrietta Lacks, consulta à l’hôpital Johns Hopkins de Baltimore (USA) où il fut diagnostiqué qu’elle souffrait d’un cancer du col de l’utérus. L’hôpital avait un laboratoire de recherches biologiques dirigé par le docteur George Gey. Son équipe essayait de mettre au point des protocoles de cultures de cellules humaines, mais sans succès, comme toutes les autres équipes dans le monde. Inexorablement, les cellules cessaient de se diviser au bout d’un temps plus ou moins long et mouraient. Le médecin qui opéra Henrietta Lacks de son cancer fit des prélèvements de sa tumeur et les transmis au laboratoire de Gey. Ce dernier fit alors une culture de ces échantillons en utilisant notamment un milieu de culture mis au point précédemment. Ces prélèvements et leur mise en culture l’avaient été sans demander le consentement d’Henrietta Lacks, qui mourut de son cancer quelques mois plus tard.

Rebecca Skloot a consacré un livre « La vie immortelle d’Henrietta Lacks » à cette histoire médicale. Elle relate ainsi les essais de mise en culture des cellules cancéreuses d’Henrietta Lacks : " Non seulement les cellules d’Henrietta survivaient mais elles se développaient à une vitesse prodigieuse… Le volume des cellules filles doublait toutes les 24 heures ; elles s’empilaient par centaines sur des centaines d’autres, s’accumulaient par millions. Elles poussaient comme du chiendent. Tant qu’elles étaient nourries et maintenues au chaud, les cellules cancéreuses d’Henrietta semblaient impossibles à arrêter."

Les cellules cancéreuses d’Henrietta furent appelées Cellules HELA par l’équipe de Gey en prenant les initiales du prénom et du nom. Elles furent distribuées à tous les laboratoires du monde. Des sociétés privées se spécialisèrent dans leur culture pour répondre aux besoins de la communauté scientifique, réalisant ainsi d’importants profits sans que la famille Lacks en profite. On estime à au moins 20 tonnes la masse de cellules Hela ayant été produites à partir des cellules initiales d’Henrietta. Ces cellules ont été utilisées pour des recherches dans de nombreux domaines, la première d’entre elles, en 1952 ayant contribué à la mise au point du vaccin Salk contre la polio et nécessité la mise au point de cultures à l’échelle industrielle.