Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Proposition 3 - Les notions de gènes suppresseurs de tumeurs

3 - Les notions de gènes suppresseurs de tumeurs

 

La lecture de ces deux documents sensibilisent à l’idée de l’existence au sein des cellules normales d’un mécanisme génétique qui s’oppose à leur cancérisation.

icone document.jpg Document « Une hypothèse ancienne sur l’origine des cancers »

icone document.jpg Document « Les expériences de fusion cellulaire »

 


Le gène P53 est un des principaux gènes en jeu. Son action peut être analysée à partir des documents suivants :

icone document.jpg « Données expérimentales chez la souris »

et

icone document.jpg « Les informations fournies par l’analyse de données génétiques chez l’Homme »

Le premier document révèle qu’en l’absence d’allèle P53, les souris ont une fréquence élevée de tumeurs qui apparaissent de manière précoce. Cela indique que les allèles P53 des cellules s’opposent normalement à la cancérisation, ce qu’on traduit par gène suppresseur de tumeur, terme un peu ambigu. Il veut dire seulement que la protéine codée par le gène bloque l’entrée de la cellule dans un processus cancéreux.

Le deuxième document repose sur l’arbre généalogique d’une famille où plusieurs membres sont atteints d’une tumeur à un jeune âge (syndrome de Li-Fraumeni) pouvant atteindre des organes divers. Il s’agit donc d’un cas de cancer héréditaire ou plus précisément de prédisposition à développer une tumeur. L’analyse de l’arbre révèle l’implication du gène P53 dans la genèse des  tumeurs car les sujets atteints ont deux allèles mutés P53 dans leurs cellules cancéreuses. Un allèle provient d’un des  parents et l’autre résulte d’une mutation somatique du deuxième allèle normal dans une cellule. L’expérience de transfection indique que l’allèle normal limite nettement la prolifération de cellules cancéreuses en culture, ce qui n’est pas le cas de l’allèle muté. Cela confirme le statut de gène suppresseur de tumeur de P53.

icone document.jpg On peut également consulter le document « Mode d'action de la protéine P53 ».

 

[Pour obtenir des informations sur la façon dont agit le gène P53, il faut consulter les informations fournies par le document « Les fonctions des protéines P53 normale et mutantes »}.