Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Immunité et vaccination / Thématiques / Réaction immunitaire innée / Ressources documentaires

Ressources documentaires

Immunité innée

 

Cette page vous propose des ressources documentaires accessibles pour un usage en classe autour de l'immunité innée. Nous proposerons des ressources concernant les autres parties en septembre 2013.

 

Immunité innée : barrières naturelles et réaction inflammatoire

 

Recrutement des leucocytes (vidéo) :

Cette vidéo montre comment les leucocytes arrivent sur le site de l'inflammation : attraction des leucocytes par les chimiokines, tethering sur l'endothélium, rolling, margination et diapédèse.

Source : Janeway's Immunobiology, 7th Edition - Murphy, Travers & Walport

 

Chimiotactisme neutrophile (vidéo) :

L'expérience filmée ici consiste à libérer des chimiokines grâce à une micropipette à la surface d'une boite contenant des neutropiles. Ces derniers détectent le gradient de chimiokines (concentration forte proche de la source - la micropipette -, et qui diminue progressivement plus on s'en éloigne) et se dirigent vers la source.

Source : www.freesciencelectures.com, 2007

 

Attraction des neutrophiles au site d'une infection bactérienne :

Source : Article publié dans Journal of Cellular Biology 2006 ("Neisseria meningitidis infection of human endothelial cells interferes with leucocyte transmigration by preventing the formation of endothelial docking structures", Doulet N et al, JCB 2009)

Dans cette expérience, des cellules endothéliales humaines sont cultivées dans des boites, puis infectées (B) ou non (A) par des bactéries Neisseria meningitidis. Des neutrophiles sont alors ajoutés à chacune des deux cultures (non infectée et infectée par la bactérie). Les neutrophiles migrant sont colorés en rouge et les colonies bactériennes en vert et entourées de blanc. Des photos sont prises à différents temps après ajout des neutrophiles (temps indiqués en minutes sur les photos)

A) On voit ici un neutrophiles qui adhère aux cellules endothéliales (non infectées) puis bouge vers une jonction intercellulaire et passe sous la couche de cellules endothéliales par diapédèse. Le neutrophile a une apparence plus sombre et continu à bouger (voir aussi vidéo).

B) Ici la culture de cellules endothéliales a été infectée par des bactéries. Le neutrophile qu'on observe sur les photos se dirige rapidement vers la colonie bactérienne, avec une vitesse moyenne de 0,6µm/s (voir aussi la vidéo).

 Neutro Neisseria

 

 

 

 

Attraction des neutrophiles au site d'une inflammation "stérile" (induite par la libération de signaux de danger provenant du soi, et non par une infection) :

Source : Article paru dans le journal Science en 2010 ("Intravascular danger signals guide neutrophils to sites of sterile inflammation", McDonald B et al, Science 2010)

Dans cette expérience, des souris ont été anesthésiées puis ouvertes, et leur foie a été soumis sur une petite surface très localisée à une forte chaleur. Cette agression entraine la mort des cellules du foie (hépatocytes)  localement, et ainsi la libération de signaux de danger (ou DAMP pour Danger Associated Molecular Pattern). Ces signaux de danger vont activer la production de médiateurs de l’inflammation par les cellules avoisinants la lésion, et notamment des molécules chimiotactiques qui vont attirer les neutrophiles.

On peut voir sur ces photos les hépatocytes lésés en rouge et les neutrophiles en vert :

a ) Attraction des neutrophiles vers la lésion (barre sur la première photo = 200µm) : photos prisent à 0, 1h et 2h après l’induction de la lésion par la chaleur.

b) Photo de gauche : neutrophiles étant arrivés sur le site de la lésion.

Photo de droite : les souris ont été préalablement traitées avec un inhibiteur du récepteur reconnaissant la molécule chimiotactique libérée au niveau de la lésion. Les neutrophiles ne peuvent alors plus détecter le gradient formé par les molécules chimiotactiques et donc pas arriver au site de l'inflammation.

 Neutrophile inflammation stérile

 

 

L'immunité adaptative, prolongement de l'immunité innée

 

Mémoire et vaccination

 

Perturbations du système immunitaire