Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL

Les mécanismes de destruction des LT4

Par alain pothet - nathalie noris — Dernière modification 29/09/2017 15:55

1. Par production de virus

L'infection des lymphocytes T4 par certaines souches de l'HIV-1 a pour conséquence la formation de cellules géantes (syncitium). La mise en place de ces cellules géantes obéit à la chronologie suivante :

- il y a interaction, à la surface des cellules infectées, de la protéine gp120 de l'enveloppe virale avec le CD4 et les corécepteurs de la surface d'autres cellules LT4, infectées ou non ;

- après cette liaison, l'action d'autres molécules d'adhésion cellulaire assemble les cellules en une grosse masse multinucléée avec une membrane fusionnée en forme de ballon caractéristique, qui finalement éclate.

Il existe de plus une cause directe de diminution du nombre de LT4, liée à l'infection directe. De grandes quantités de virions sont produites par les LT4 infectés : jusqu'à un milliard de virions sont libérés chaque jour et détruisent continuellement des LT4 hôte supplémentaires. La demi-vie d'un LT4 activment infecté est inférieure à 1.5 jours. 

 

2. Par autodestruction

Un autre processus aboutissant à la mort des cellules T4 non infectés est mis en jeu.

Des cellules T4 intactes peuvent se lier à des cellules T4 infectées par le biais de leur récepteur CXCR4 qui reconnait les protéines virales (gp120) exprimées à leur surface. La liaison CXCR4/gp120 active la voie de destruction par apoptose ainsi que des processus d'autophagie.

 

 3. Par action des lymphocytes T cytotoxiques

voir le point scientifique