Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Immunité et vaccination / Thématiques / Anciennes ressources (2010) : la réponse immunitaire / Enseigner / Enseigner avec netBiodyn / La mémoire immunitaire / Exploitation pédagogique de modélisations des réponses immunitaires primaire et secondaire

Exploitation pédagogique de modélisations des réponses immunitaires primaire et secondaire

Autour de la notion de mémoire immunitaire : utilisation de deux modélisations mettant en évidence l'existence d'une mémoire immunitaire (modèle "souris2injGRM") ainsi que les modifications du phénotype immunitaire à l'origine de cette mémoire (modèle "constructionmémoire").

 

Place dans les programmes

Pré-requis, point de départ et problématique

Existence d'une mémoire immunitaire

 Support cellulaire de la mémoire immunitaire

 Description des modèles

 Point scientifique sur la mémoire immunitaire

 

 Place dans les programmes

La démarche proposée ci-dessous s'intègre dans la partie du programme d'enseignement obligatoire de Terminale S intitulée "Immunologie".

Elle se réfère au point suivant du programme : "Le premier contact avec l'antigène entraîne une réaction lente et quantitativement peu importante, alors que le second contact entraîne une réaction beaucoup plus rapide et quantitativement plus importante. Cette mémoire immunitaire s'explique par la formation, après un premier contact avec un antigène, de lymphocytes B mémoire et de lymphocytes T4 mémoire. Ces cellules sont plus nombreuses que les lymphocytes B ou T4 vierges, de même spécificité ; elles ont une durée de vie plus longue et elles réagissent très rapidement lors d'un second contact avec l'antigène"."

 

Pré-requis :

Les élèves ont préalablement étudié les composants du système immunitaire et leurs interactions en cas de pénétration d'un agent pathogène dans l'organisme.

 

Point de départ :