Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Géosciences / Temps géologiques / Evènements qui marquent / comprendre / Origine de l'oxygène

Origine de l'oxygène

 

L'atmosphère terrestre est originale. Contrairement aux atmosphères de Vénus et de Mars, très riches en CO2 (respectivement 97 % et 95 % de ce gaz), l'atmosphère terrestre en contient très peu (0.038 %), elle est riche en diazote (78 %) et en dioxygène (21 %).

 

 Quel est l'origine de cet atmosphère ?

 
  • Première hypothèse:
    l'atmosphère proviendrait de la nébuleuse solaire. Dans cette hypothèse, on devrait retrouver une grande quantité d'hydrogène et  d'hélium, or ces  gaz sont pratiquement absents dans l'atmosphère terrestre. Brown en 1952 remarqua que la quantité de gaz rares normalisée au silicium total de la Terre solide étaient respectivement  107 et 1011 fois plus faible en Xe et en Ne que dans le système solaire.
    Alors, si la Terre a eu une telle atmosphère dite primaire, elle l'a perdu. La gravité de la Terre étant trop faible pour maintenir des gaz si légers  auraient été balayés par le vent solaire. Brown introduisit alors l'idée d'une atmosphère secondaire.
  • Deuxième hypothèse:
    L'atmosphère proviendrait d'un dégazage précoce de la Terre. En 1951, Rubey essaya de montrer que l'atmophère terrestre pouvait provenir de la Terre elle-même, et notamment de l'altération du granite (roche qui contient effectivement des éléments volatils) mais sa conclusion fut que le volume de roches estimé ne pouvait avoir fourni la quantité de gaz atmosphérique. Il considéra alors comme nouvelle hypothèse, le volcanisme. Effectivement la composition des gaz volcaniques pouvait expliquer la composition de l'atmosphère terrestre. Il proposa l'origine volcanique. Le dégazage progressif aurait permis une augmentation de la pression atmosphérique.
    Les études récentes confirme cette hypothèse en démontrant un dégazage très rapide.
    Lors d'un forage au nouveau Mexique, Butler en 1963, découvrit  un excès de Xénon-129 par rapport à la composition isotopique atmosphérique, résultat confirmé par Allègre en 1982.
    L'isotope 129Xe est produit par la désintégration de l'iode-129 présent dès l'origine de la Terre. La demi-vie de l'iode 129 est de 17 millions d'années. Compte-tenu de son abondance, les géologues estiment que l'iode 129 avait totalement disparu 200 millions d'années après formation de la Terre. L'excès de xénon dans les roches s'explique par le fait qu'il a été piégé dans celles-ci  avant la désintégration totale de l'iode-129 soit environ 160 millions d'années après la formation de la Terre.
    L'étude d'autres éléments tel l'argon montre que le dégazage s'effectue toujours mais à vitesse très lente. Ainsi le dégazage s'est effectué principalement lors des 160 premiers millions d'années et il se poursuit actuellement.

 

fleche.gif Retour vers les marqueurs du temps

 

Origine du dioxygène.

 

 

 
Amosphere1Amosphere1 Amosphere1
 

 

 
Évolution de la composition chimique relative
de l'atmosphère terrestre
(doc université de Poitiers)
 

  

Dans les hautes couches de l'atmosphère, H2O peut se dissocier. H2, trop léger est perdu et l'atmosphère s'enrichit peu à peu en O2.  Ce processus est trop lent pour expliquer la concentration actuelle de l'atmosphère en dioxygène qui provient donc essentiellement de la photosynthèse même si ce n'est pas forcément avec exactement les mêmes mécanismes que ceux que nous connaissons aujourd'hui.

 

CO2 + H2O + énergie solaire==>  CH2O (hydrate de carbone) + O2

 

 

 Atmosphere2

 
 

 Oxygénation de l'atmosphère

 


Dans les premiers âges de la Terre, soit entre -4000 et -2500 Ma, on pense que la production O2 atmosphérique n'était effectuée que par l'action du rayonnement UV . Il y a 2200 Ma, les évaluations du taux de dioxygène sont de 0,15% du niveau actuel dans l'atmosphère. Les premières traces d'oxydation  sont apparues dans l'hydrosphère  vers 2000 Ma.

Ce n'est que lorsque les substances réductrices présentes dans l'hydrosphère puis dans l'atmosphère ont été oxydées  (en particulier des sulfures et des ions ferreux ) que la concentration en dioxygène atmosphérique a commencé à croître.

 

A la fin du Précambrien, au moment où commence la diversification de la vie, on évalue que l'atmosphère avait atteint un niveau de dioxygène comparable au niveau actuel.

 

 fleche.gif Retour vers les marqueurs du temps

 

Indices de l'apparition de la photosynthèse:

 

Des structures semblables aux algues bleues ont été mises en évidence par F.S. Barghoorn en Afrique du Sud dans des stromatolites datés de 3100 Ma (Fig Tree ). Dans ces formations calcaires, on trouve des molécules de phytane et de pristane qui sont issues de la rupture de la molécule de chlorophylle. Elles seraient donc la preuve indirecte de l'existence d'une photosynthèse émettrice de dioxygène.

Cette information est corroborée par trois phénomènes:

  • Absence de couches rouges avant 2000 Ma (Teneur en dioxygène très faible, insuffisante pour oxyder du fer)
  • Disparition des dépôts d'uranite après 2 Ga (le dioxygène en oxydant l'uranite la rend soluble).
  • Modification du rapport du carbone.
      Il existe deux isotopes stables du carbone,  12C et 13C dont on sait aujourd'hui déterminer le rapport 13C / 12C dans la matière minérale ou organique.  Ce rapport est souvent exprimé par rapport à un échantillon standard ainsi :

  deltaC13

Lorsque les organismes actuels effectuent la photosynthèse, ils utilisent de préférence le 12C. Il en résulte que le rapport 13C / 12C de la matière organique produit par photosynthèse est inférieur au rapport du standard : leur delta 13C est donc négatif.

 

Schidlowski a fait le bilan de toutes les déterminations du delta 13C effectuées, voir le graphique ci-dessous.

Atmosphere3

Dans la formation d'Isua, le delta 13C moyen des matières organiques est de l'ordre de -10 pourmille  , donc très supérieur à l'actuel qui est d'environ - 25pourmille l'activité photosynthétique était donc très faible il y a 3800 Ma. Il y a 3500 Ma, le delta 13C moyen des matières organiques fossiles baisse à - 25pourmillepourmille. Ce changement est dû à l'activité photosynthétique, aucune autres modifications isotopiques de l'environnement n'ayant été enregistrées puisque le delta 13C des calcaires ne change pas, restant à sa valeur actuelle de 0 pourmille.

Quels sont les principaux fournisseurs de ce dioxygène ?  les bâtisseurs de stromatolites

 

Sources de l'information :

    • Chroniques de la vie sur Terre pendant quatre milliards d'années - Hugo Fournier - Editions Publibook
    • L'environnement de la Terre primitive. Presse universitaire de Bordeau. Sous la direction de Muriel Gargand, Didier Despois, Jean-Paul Parisot.
    • Cours en ligne de géologie de l'université de Laval

 

fleche.gif Retour vers les marqueurs du temps