Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Géosciences / Temps géologiques / datation isotopique / comprendre / Les limites de cette méthode

Les limites de cette méthode

Par ftrouillet — Dernière modification 19/09/2017 09:50

 nbsp;

Conditions d'utilisation de la méthode de datation au carbone 14

  • Cette méthode ne s'applique qu'aux matériaux organiques et exclue donc les matériaux d'origine minérale.
  • La période de demi-vie du C14.jpg est de 5 730 ans : la quantité de C14.jpg est donc divisée par deux tous les 5730 ans. On est donc limité dans le temps et des datations au delà de 50 000 ans (8 périodes) sont impossibles. Pour des âges plus anciens, il faudra avoir recours à d'autres méthodes. (Voir la datation en géologie.)
  • Cette méthode suppose que le rapport rapportC.jpg soit resté constant depuis la mort de l'échantillon à dater.
  • Elle suppose également que le système de l'échantillon à dater soit resté fermé après sa mort.

 

Quelques divergences de résultats

  • Dès 1960, on observe des divergences entre les âges déterminés par la datation au carbone 14 et les âges déterminés par l'archéologie ou la dendrochronologie (méthode de datation des arbres précise à une année près basée sur un comptage de leurs cernes de croissance).

 

Des explications

  • Tout d'abord, on ne peut pas supposer que le taux de production du C14.jpg en haute atmosphère soit constant. En effet, il varie au cours du temps suite aux  fluctuations des champs magnétiques terrestre et solaire ce qui engendre des variations spatiales et temporelles du flux de protons cosmiques à l'origine de la formation du carbone 14 en haute atmosphère. 
  • Ensuite, les changements climatiques et le rejet massif de carbone fossile dans l’atmosphère depuis la révolution industrielle ont modifié la quantité totale de carbone dans les trois réservoirs de carbone (atmosphère, océans et biosphère).
  • Par conséquent, le rapport r = rapportC.jpgn'est pas constant dans le temps. 

 

Une solution : apporter des corrections !

  • On va construire des courbes d'étalonnage pour calibrer les dates obtenues par la datation au carbone 14. Les constructions reposent sur des données obtenues par différentes méthodes de datation (dendrochronologie, archéologie, utilisation d'autres radioisotopes ...) et sur l'utilisation de modèles informatiques et mathématiques. Grâce à ces courbes, on pourra déterminer l'âge calendaire d'un échantillon en déterminant son "âge carbone 14 conventionnel".

calibra1.gifcalibra1.gif

 

Exemple de courbe de Correction-Calibration pour les dates radiocarbone

(Centre de Datation par le RadioCarbone, Université Claude Bernard Lyon 1)

 

  • On sera également amené à corriger le résultat d'une datation liée à la révolution industrielle en fonction du lieu de prélèvement de l'échantillon. En effet, le dioxyde de carbone produit par les combustibles fossiles est dépourvu de C14.jpg suite à la durée d'enfouissement très longue des matières organiques à l'origine du carbone fossile. De fait, les échantillons datés semblent plus âgés !

 

fleche.gif Retour