Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL

palynologie

Spores et pollens dans l'ouest des USA et en Nouvelle Zélande

 

Dans le bassin de Raton la position de la limite Crétacé-Tertiaire (KT) a été particulièrement bien étudiée et de plus en plus affinée.
La position de cette limite a été établie avec précision par Tschudy en 1981, elle correspond à un horizon nommé claystone  qui correspond avec une anomalie en iridium et un changement soudain dans la proportion relative des spores de fougère par rapport aux pollens d’Angiosperme. Vingt cinq sites dans le sud du bassin Raton à travers une zone d'environ 1000 km2 montrent ces caractéristiques.

  IRspores 

  • La palynologie des angiospermes :
  Dans la partie nord de la région des montagnes Rocheuses, la limite KT avait été initialement définie sur la base de la disparition de fossiles de pollen du groupement Proteacidites spp et la plupart des espèces de Aquilapollenites.

Dans le bassin Raton, la limite KT est définie uniquement sur la base de la palynologie en raison de l'absence de fossiles de dinosaures. Le pollen Aquilapollenites ne se produit que rarement dans la partie sud de la région des montagnes Rocheuses, les chercheurs ont utilisé l'extinction de l'espèce "Tilia" wodehousei, Trisectoris, et Trichopeltinites sp. en plus de l'extinction de Proteacidites spp.
Une étude de Tschudy (1984) a conclu qu’à la limite KT, l’écosystème terrestre a abouti à l'extinction des plantes dont celles qui constituent le groupement Proteacidites.  Les plantes qui ont survécu présentent trois modes de survie :

  • Le premier mode est indiqué par le pollen de Kurtzipites spp., qui est commune au Crétacé, survit à la limite KT et persiste dans le Paléocène jusqu'à sa disparition vers le milieu du Paléocène.
  • Le second mode est représenté par Psilastephanocolpites sp. Cette espèce est rare dans le Crétacé, mais devient de plus en plus abondant dans le Paléocène, peut-être parce que les plantes qui produisent ce pollen fossile ont été mieux adaptées aux nouvelles conditions écologiques.
  • Le dernier mode se caractérise par des espèces peu touchées par la limite KT et comprend des fossiles comme le pollen Ulmipollenites sp. and Pandaniidites radicus  et Pandaniidites radicus.

Les modes d'extinction et la survie dans le bassin Raton indiquent que les différentes espèces de plantes ont répondu de façon différentes au stress environnemental causé lors de la crise KT.

  •  L’étude des spores de fougère

Dans les études palynologiques du Crétacé du bassin, les spores de fougères constituent généralement 15 à 30 pour cent des microfossiles végétaux.
Juste au-dessus de la limite KT, le pourcentage de spores de fougère augmente considérablement jusqu’à 99 pour cent dans certains sites. Ce fait est inhabituel dans la répartition palynologique du Crétacé supérieur et du Paléocène.
 De façon plus précise, la comparaison des différents sites avec des sites typiques montre :
Une relative abondance des spores de fougère, allant de 70 pour cent à 100 pour cent contrairement aux sites typiques du crétacé supérieur et du paléocène qui eux varient de 10 pour cent à 40 pour cent.
la domination d'une espèce à chaque localité,
L'indépendance de la lithologie (l'anomalie se produit dans le charbon, les schistes carbonés, ou les roches sédimentaires).
 Dans le bassin Raton, la comparaison au niveau de trois localités de l’étude de la limite KT révèle l'abondance relative des spores de fougère.

 

 spores

 

Conclusion :

L’échantillonnage détaillé dans cette zone a révélé la présence anormalement abondante de spores de fougère juste au-dessus du niveau repère « claystone » et ce fait semble être caractéristique de la frontière KT.  Cette abondance de spores de fougère est appelée le "pic de fougère».
Les chercheurs ont attribué le " pic de fougère" au début de la colonisation de ce lieu dévasté lors de la crise par les fougères.  La domination temporaire de fougères à la frontière KT est due à l'élimination des concurrents, et de la tolérance connue des fougères pour les sols déficients en nutriments et acide.
Ces résultats semblent compatibles avec l’hypothèse d'une crise biotique causée par un impact extraterrestre à la fin du Crétacé.

Raton