Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Épidémiologie et santé / Education à la santé / Cancers du sein / Les risques de cancer du sein / Prise de pilule et risque de cancer du sein : études contradictoires

Prise de pilule et risque de cancer du sein : études contradictoires

Le document se présente sous la forme d'un tableau compilant les résultats d'études récentes sur le lien entre "prise de pilule et survenue d'un cancer du sein". Il autorise ainsi une activité pédagogique de mise en relation de données.

A propos du lien entre la survenue d'un cancer du sein et la prise de la pilule, il semble que l'on puisse dégager des modifications dans les affirmations du corps médical, en fonction des dates de parution des études :

  • avant 2005: les résultats d'études affirment plutôt qu'il n'y a pas de lien entre cancer du sein et prise de pilule jusqu'à 45 ans et qu'après 45 ans le risque augmente
  • en 2005 et après les publications du CIRC: le lien entre le cancer du sein et la prise de pilule contraceptive est réaffirmé.


PARUTIONS AVANT 2005


PARUTIONS EN 2005 ET APRES

http://caducee.net/DossierSpecialises/reproductive/
planification-familiale-ist/
cancer-sein-contraceptifs.asp
(2001)

L'étude dont les résultats sont présentés dans cet article a porté sur 394 soeurs et filles, 3002 petites filles et nièces de femmes ayant déclaré un cancer du sein entre 1944 et 1952. Chez les soeurs et les filles de ces femmes qui ont utilisé un contraceptif oral de type pilule combinée fortement dosée avant 1975, le risque de déclarer à son tour un cancer du sein est 5 fois supérieur à celui des soeurs et des filles n'ayant pas pris ce type de traitement.

Avant 1975, les pilules combinées contenaient une association de progestatif et d'oesrogène. L'oestrogène, dans ce cas, est le mestranol et sa quantité dans les pilules prises par les femmes de l'étude montait jusqu'à 150 µg. Après 1975, la plupart des pilules combinées commercialisées ne contiennent plus de mestranol mais de l'éthinyloestradiol à une quantité de 50 µg ou moins.

Ce type de pilule augmentait donc le risque de cancer du sein des femmes ayant une histoire familiale particulière pour cette maladie.

Mais ce type de pilule a un effet protecteur en ce qui concerne le cancer de l'ovaire.

http://www.lalibre.be/article.phtml?id=12&subid
=124&art_id=212380
(24/03/2005)

L'étude a été menée avec de 2000 femmes australiennes et nord américaines, aussi bien canadiennes qu'étatsuniennes. Ces femmes avaient des antécédents familiaux de cancer du sein les exposant à un haut risque de développer la maladie. Les résultats démontrent que les femmes porteuses de la mutation BRCA1 voient leur risque divisé par quatre après la prise d'une pilule contraceptive.

Les chercheurs ont été surpris par leurs résultats car ils pensaient trouver le contraire, ils ne savent pas expliquer l'origine métabolique de ce qu'ils observent mais ils pensent que cela peut être relié à un effet similaire de la prise de pilule sur la diminution du risque de cancer de l'ovaire.

La prise de contraceptif oral ne semble pas avoir d'influence chez les femmes prédisposées au cancer du sein par la mutation BRCA2.

http://www.cbcn.ca/french/
fr_news.php?browse&63
(26/03/2002)

Cette étude porte sur 100. 000 femmes et analyse leur mode de vie et leur santé. La plupart des femmes de l'étude prenanient de contraceptifs oraux. 1.000 d'entre elles ont déclaré un cancer du sein au cours des huit années de l'étude. Il s'agit de contraceptifs faiblement dosés en hormones. Les résultats indique un lien entre l'âge, la déclaration de la maladie et la prise de pilule. Après 45 ans la pilule doublerait le risque de cancer du sein.

http://rfi.fr/actufr/articles/068/article_37908.asp (07/08/2005)

"Le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer), dépendant de l’OMS, vient de classer la pilule contraceptive parmi les produits cancérogènes du «groupe 1», ceux dont l’action est «certaine»" d'après RFI actualités.

Un groupe de 21 chercheurs venant de 8 pays différents rendent publics les réésultats suivant : la pilule diminue le risque de cancer de l'ovaire et de l'endomètre, mais augmente celui du sein, du col de l'utérus et du foie.

Les hormones oestrogènes contenues dans chaque comprimé sont responsables de ce risque plus élevé. En effet elles sont plus concentrées dans la pilule contraceptive que lorsqu'elles sont libérées par les ovaires naturellement.

http://www.infobebes.com/htm/actu/
article.asp?id_art=2593
(30/06/2002)

L'étude américaine porte sur un groupe de 9.200 femmes âgées de 35 à 64 ans. Les résultats montrent que les femmes qui prennent la pilule n'ont pas un risque significativement plus élevé de déclarer un cancer du sein que celles qui ne la prennent pas.

Il ne semble pas y avoir de lien entre l'existence d'antécédents familiaux et la prise de pilule ni entre l'âge de début de cette prise de pilule et la maladie.

http://www.e-sante.fr/magazine/
article.asp?idarticle=9462&idrubrique=22
(28/11/2005)

Les contraceptifs oraux augmentent le risque de cancer du sein et le risque est proportionnel à la durée de l'utilisation de ce contraceptif. Il semble aussi que certains contraceptifs combinés soient cancérigènes.

Les contraception progestatives ne font pas l'objet de résultats aussi nets, les données manquent à leur sujet.

http://www.pharmacorama.com/
ezine/lupourvous38.php
(25/07/2002)

Sur ce site on peut lire de façon succinte trois résultats d'étude épidémiologique : En

- l'étude CASH de 1986 (Cancer and Steroid Hormone) montrait qu'il n'y avait pas de modification du risque de cancer du sein par la prise de la pilule contraceptive.

- une méta-analyse de 54 études épidémiologiques montrait que le risque de cancer du sein était légèrement plus élevé chez les femmes qui prenaient la pilule contraceptive que chez celles qui n'en prenaient pas.

-une étude de 2002 qui à nouveau indique que le risque de cancer du sein n'est pas significativement plus élevé chez les femmes de 35 à 64 ans qui ont pris la pilule contraceptive pendant plusieurs années.

http://www.esculape.com/gynecologie/
pilule_cancer_2006.html
(janvier 2006)

"Les représentants du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), de la Fédération Nationale des Collèges de Gynécologie Médicale (FNCGM) et de la Société Française de Gynécologie (SFG) craignant une lecture caricaturale des données scientifiques rappelées par le CIRC, tiennent à faire la déclaration suivante :

Face à l'augmentation des cancers du sein sous pilule relevée par les travaux du CIRC, les responsables du CNGOF, de la FNCGM et de la SFG soulignent que celle-ci est faible et que ce risque disparaît dix ans après la fin de l'utilisation de cette contraception."

Le fait de vivrre dans un pays à haut niveau économique, d'avoir des enfants après 30 ans sont des éléments qui favorisent la survenue d'un cancer du sein.

http://www.essentielles.net/
static/news/118.htm
(29/07/2002)

Une étude récente de type cas-témoin a été conduite par les chercheurs américains du Centre de prévention et de contrôle des maladies (Center for Disease Control and Prevention) et de l’Institut national de Santé (National Institute of Health) sur un échantillon de plus de 9 000 femmes âgées de 35 à 64 ans indique 4 575 femmes atteintes de cancer du sein diagnostiqué entre 1994 et 1998 et 4 682 en bonne santé. 77 % du premier groupe et 79 % du second prenaient ou avaient pris la pilule.

Les chercheurs précisent que quels que soient les critères envisagés, durée de la prise de contraceptif, âge de début de la prise, temps écoulé depuis la dernière prise, celles qui avaient pris la pilule ne présentaient pas un risque plus élevé de cancer du sein. Le risque relatif de cancer du sein était entre 0,8 et 1,3 parmi les utilisatrices actuelles de pilule et entre 0,8 et 1 parmi les anciennes utilisatrices. Ils n'ont relevé aucune différence non plus en relation avec le type de la personne, caucasien ou noir, son poids, le type de pilule utilisée, le statut hormonal (ménopause ou pas) ou l'existence d'antécédents familiaux de cancer du sein.

 

http://news.doctissimo.fr/article1036.html (13/12/2002)

Différentes études menées dans des pays occidentaux sur un faible nombre de femmes semblent montrer une différence pour le risque de cancer du sein après une prise de pilule, d'une part entre les femmes prédisposées génétiquement et celles qui ne le sont pas et d'autre part entre les femmes prédisposées avec le gène BRCA1 et celles prédisposées avec le gène BRCA2. Le travail épidémiologique a été conduit par une équipe internationale chez 2 600 femmes de 11 pays différents toutes porteuses des mutations génétiques BRCA1 ou BRCA2. La moitié utilisait la pilule, l’autre non. Le surrisque n'était pas très élevé pour les femmes porteuses de BRCA2 mais plus important pour les femmes porteuses de BRCA1.

Chez ces mêmes femmes la pilule contraceptive se révèle faire baisser le risque de cancer de l'ovaire.

 

 

http://www.novartis.fr/a_public/
a02_pathologies/a02_04_sein/
a02_04_01_vie_intime.shtml
(2003)

Il semble désormais acquis que la prise d'un contraceptif oral n'augmente pas le risque de cancer du sein. De même le port de soutien gorge à baleines, l'exposition des seins au soleil, la réception de coups sur la poitrine ne l'augmentent pas non plus.