Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

portugal1

Un exemple local : impact des incendies de forêts au Portugal sur les émissions de C

Impact de la déforestation : un exemple local : les incendies récents au Portugal

Un problème est posé :

Le Portugal connait depuis plusieurs étés des incendies majeurs, en 2003, année de canicule, puis en 2004 et 2005. Selon l'expert portugais Domingos Patacho "les incendies libèrent une immense quantité de CO2 responsable du réchauffement climatique".

Ces incendies récents ont des conséquences importantes pour le pays, mais l'impact sur les émissions de CO2 à l'échelle d'un pays est-il sensible ou négligeable ? 

1) Situations de terrain :

puce.gif La forêt portugaise

Sur une superficie totale de 92.000 km2, la forêt portugaise, l'une des plus importantes d'Europe occidentale, couvre environ 3,2 Mha (32.000 km2) soit environ 35% de la surface du pays.

Couvert forestier au Portugal (Sources FAO Forêts Profil de pays)

port_fao_couvert1.gif

port_fao_couvert2.gif

 

puce.gif Occurrences des incendies

- Essentiellement lors des mois d'étés (juillet - août - septembre)  très chauds : 2005 est la pire sècheresse au Portugal depuis 1945, deux ans après la canicule de 2003.

port_surfacetotale_05.jpg

 

 - 60% d'origine humaine (écobuage). L'exode rural massif accélère l'abandon de l'entretien d'un  domaine forestier majoritairement privé.

- Favorisés par la promotion du Pin et surtout de l'Eucalyptus dans le sud du pays. 

 

port_feu_pin.jpeg port_feu_eucalyptus.jpeg

http://sic.sapo.pt/online/noticias/pais/jornalismo%20do%20cidadao
 
On envisage de replanter en pins maritimes et essences locales disparues plus résistantes au feu (chêne, châtaigner). 
 
puce.gif Le bilan des incendies

  "De 2001 à août 2005 plus de 970.000 ha ont brûlé au Portugal, soit entre 20 et 25% de la forêt portugaise, sachant que certaines zones ont brûlé plusieurs fois ces dernières années" (Domingos Patacho - Quercus).

Environ 2,6 millions d'ha de forêt ont brûlé entre 1980 et 2003, mais 450.000 ha en 2003, 130.000 ha en 2004, et 200.000 ha en 2005 

Des conséquences sur l'environnement : la biodiversité (disparition des lapins, aigle de Bonelli menacé...), l'érosion du sol (x 100) avec la perte de 40t de terre /ha parfois sur 30 cm de profondeur, la pollution des eaux de barrage par les cendres...

Lien vers Activité 1 :

Surveillance par satellites et évaluation des surfaces brûlées - calcul par Mesurim

 2) Les flux de carbone et incendies

puce.gif Quelques données statistiques
  • 1) Rejets anthropiques de CO2 au Portugal de 1870 à 2002 (en milliers de tonnes de C)
 

Source: Gregg Marland  Tom Boden Carbon Dioxide Information Analysis Center Oak Ridge National Laboratory Tennessee 37831-6335 

port_c_anthro.gif

National CO2 Emissions from Fossil-Fuel Burning, Cement Manufacture, and Gas Flaring: 1751-2002 *** August 31, 2005 *** 

Fichier xls : Emission de CO2 anthropique au Portugal

 2) Superficie et variation du couvert forestier en 2000 au Portugal

Source : FAO Situation des forêts du monde (SOFO) 2003 (Table 2)

 

Superficie terrestre 

9 150 milliers ha

Superficie forestière 2000

Total des forêtsPourcentage

666 milliers ha

 40,1 %

Plantations forestières

834 milliers ha

Variation du couvert forestier 1990 à 2000

Variation annuelle

57 milliers ha

Taux annuel de variation

+ 1,5 %

  • 3) Surfaces de forêts incendiées de 1980 à 2004 au Portugal
 Source : ministère de l'Agriculture du Portugal  DGRF

par le GFMC (Global Fire Monitoring Center de Fribourg)  

  

icone_port_stat_incendie.jpg

   Agrandir l'image

 

 Fichier xls : Incendies au Portugal de 1980 à 2004

 

 

 

  4) Estimation de la quantité de C par hectare de forêt

 

 

  Source : FAO Situation des forêts du monde (SOFO) 2001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour une forêt de type tempéré européen, on estime (Dixon et al. 1994)  - la densité de C de la végétation au dessus du sol à 32 t de C /ha

 

 

 

 

  - la densité de C du sol forestier à 90 t de C /ha

    Soit un total de 122 t de C / ha

 

On considère qu'au cours des incendies dans ce type de forêts seul le couvert végétal est réellement brûlé (la reprise de végétation compensant à peu près la perte de matière organique du sol).

De plus seuls 85% de ce C sont réellement dégagés sous forme de CO2, 15% du C se retrouvant sous forme de charbon de bois après l'incendie.

 

Activité 2 :  Estimation des flux de Carbone

 

 

Questions 1 : En utilisant les données 1) 2) 3) et 4) estimez :

 

 

 La quantité de C fixée par l'augmentation du couvert forestier de 1990 à 2000 compris

 

    • La quantité de C dégagée dans l'atmosphère par les incendies (forêts et broussailles) de 1990 à 2000 compris

    • La quantité de C dégagée dans l'atmosphère par les incendies (forêts et broussailles) de 2001 à 2004 compris

       

 Question 2 : Comparez la quantité de C émis dans l'atmosphère par les incendies de 2002 à la quantité totale de C d'origine anthropique (combustions de carburants fossiles et fabrication de ciments) émise durant la même année 2002 (donner un pourcentage).

 

 

 

Question 3 : Au vu de ces résultats, pensez-vous que des incendies majeurs répétés puissent avoir une influence sur l'évolution du climat à l'échelle locale , à l'échelle mondiale ? 

 

 

 

 Eléments de réponses : 

Q1-1 : 57.000 ha x 11 ans x 122 t de C = environ + 76,5 millions de t de C en 11 ans
Q1-2 : 1.181.636 ha x 32 t de C x 85% = environ - 32 millions de t de C en 11 ans
Q1-3 : 791.516 ha x 32 t de C x 85% = environ - 21,5 millions de t de C en 4 ans
 
Q 2 : 124.411 ha x 32 t de C x 85% = 3,4 millions de t de C émis par les incendies 2002 par rapport à une émission anthropique d'environ 17 millions de t pour la même année 2002, soit un rapport d'environ 20%.
puce.gif

Au bilan : La part des incendies de foréts est loin d'être négligeable sur le bilan global du rejet de CO2  au Portugal :

Estimation  de l'influence du changement d'utilisation de la terre et de la forêt sur les émissions des gaz à effet de serre au Portugal entre 1990 et 2003 (en milliers de tonnes de C)
icone_port_puitsC.jpg
Agrandir l'image

Fichier xls : Efficacité du puits de C au Portugal

Institut de l'environnement  2005 (Commission du Portugal à l'agence de l'environnement et à la convention européenne des Nations Unies pour les changements climatiques)

 

 

 

Source : Quercus A.N.C.N (Association nationale de protection de la Nature) 

De 1990 à 2002 l'évolution de la couverture végétale a permis d'augmenter la fixation de CO2 de près de 7 millions de tonnes.

La désertification par les incendies au Portugal depuis 2002  montre une nette inversion de cette tendance :
on observe une diminution de l'efficacité du puits de C que représente la couverture végétale, par la disparition de vastes zones forestières dégradées en écosystèmes moins efficaces.

  

3) En Conclusion :

Source : FAO www.fao.org/forestry/site/11747/fr (SOFO) 2001
 
puce.gif Stockage du C par les écosystèmes forestiers
 
Les écosystèmes terrestres constituent un réservoir de l'ordre de 2200 Gt de C (FAO 2001). Les forêts, tous types confondus, représentent plus de la moitié de ce stock (1200 Gt de C), avec une prédominance des forêts boréales et tropicales. Le carbone est retenu dans la biomasse vivante (bois sur pied, branches, feuilles et racines) mais aussi dans la biomasse morte (litière, débris de bois, matière organique du sol et produits forestiers), pour une part plus importante dans les écosystèmes de climats frais où la décomposition de la matière organique est moins rapide.
 
puce.gif Flux de C et écosystèmes forestiers
 
A l'échelle mondiale, les forêts contribuent pour environ 100 Gt de C par an (soit 80%) aux échanges entre végétation, sol et atmosphère. En changeant l'affectation des terres, le déboisement a une incidence importante sur les flux de C : Entre 1850 et 1980, on estime que plus de 100 Gt de carbone - soit environ un tiers des émissions anthropiques totales de carbone de la période - ont été libérées dans l'atmosphère par suite de changements dans l'utilisation des terres (Houghton, 1996). Dans les années 80, les déboisements  ont provoqué un quart des émissions anthropiques totales de CO2 (Houghton, 1999), soit 2 à 2,4 Gt de C par an, en majorité par brûlage de la biomasse des forêts tropicales
monde_faoc_chgmterre.gif
Emission de C dérivant d'un changement d'affectation des terres (FAO 2001)
puce.gif Forêts et puits de C

Les projet de gestion de la biosphère terrestre, préconisent de conserver ou  fixer entre 60 et 87 Gt de carbone dans les forêts les 50 années à venir, en compensant les émission mondiales de C  dues à la déforestation par une conservation et un renforcement des forêts existantes, soit environ l'absorption de 1 à 3 GT de C par an : c'est le puits de C des ensembles forestiers.

La gestion de l'exploitation, la conservation et le développement des forêts, mais aussi celle des feux, cause d'importantes pertes annuelles de carbone, permettra de conserver, voire d'augmenter les stocks de carbone des forêts.

 

puce.gif Données complémentaires
  • Types de forêts, volumes et biomasse en 2000 au Portugal

Source : FAO Situation des forêts du monde (SOFO) 2003 (Table 3) 

 

Superficie forestière 2000

3666 milliers ha

Types de forêts (pourcentage de la superficie forestière du pays)

Tropicale

0 %

Subtropicale

81 %

Tempérée

19 %

Boréale/polaire

 0 %

Volume de bois contenu dans les forêts

Par hectare

82 m3/ha

Total 

299 millions m3

Biomasse ligneuse contenue dans les forêts

Par hectare

33 tonnes/ha

Total

120 millions tonnes

 

Equipe INRP de l'académie d'Orléans-Tours.