Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Immunité et vaccination / Outils numériques / Netbiodyn - Collège / Antibiotiques et antibiogrammes

Antibiotiques et antibiogrammes

Activité Collège

 

Programme de Troisième :

« Des antibiotiques appropriés permettent d’éliminer les bactéries. Ils sont sans effet sur les virus. »

 

Activité : Lecture et interprétation d’un antibiogramme

 

Objectifs :

  • Lecture d'un antibiogramme (diamètre d'inhibition de croissance)
  • Détermination de la résistance et de la sensibilité d'une souche bactérienne
 
Vous disposez de
  • 1 antibiotique
  • 1 boite de culture permettant la croissance bactérienne
  • 2 souches bactériennes issues de deux malades présentant la même infection.
  • Une table de correspondance entre le diamètre d'inhibition et la CMI (Concentration Minimum d'Inhibition)

On cherche à déterminer si un traitement utilisant l'antibiotique étudié sera adapté à ces deux malades.

 
Première étape : Préparation de l'antibiogramme
  • Etalement de la souche bactérienne 1 (1 ml,  20 entités réparties de façon homogène) sur la boîte de Pétri à l'exception de l'emplacement central. Dépôt d'une pastille d'antibiotique (conc 106/ml).
 
 antibio3.gif
Deuxième étape : Lecture et analyse des résultats
  • On lance l'incubation pendant 18h à 37°C.
  • Après avoir attendu la stabilisation de la croissance bactérienne, on arrête l'incubation et on mesure le diamètre de l'auréole d'inhibition.
  • On reporte ce diamètre (en pixel) sur la courbe de concordance fournie. On détermine ainsi la CMI (Concentration Minimale d'Inhibition) de cet antibiotique pour chaque souche bactérienne considérée.
  • On compare cette CMI avec les concentrations critiques de l'antibiotique.
 antibio4.gif
Troisième étape : Conclusion
  • La comparaison des CMI avec les concentrations critiques supérieure et inférieure permet de conclure sur le traitement à suivre pour les deux patients étudiés.
 
 antibio5.gif