Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Géosciences / Ecoles Numériques de Terrain / Les parcours / Plaine du Forez / les pistes pédagogiques / Les pistes pédagogiques, programmes des collèges et lycées

Les pistes pédagogiques, programmes des collèges et lycées

Par jesteban — Dernière modification 05/02/2016 12:54

 

 

 

Des pistes pédagogiques

 

 

   SUR LE TERRAIN AU NIVEAU DU SITE DE PRALONG

 

SUR LE TERRAIN AU NIVEAU DU SITE DE CHENEREILLES

 

 

 

Les programmes de collège et lycée.

           
           

le programme de Cinqième

 

le programme de Quatrième

 

le programme de Première S

 

 

 

 

Relations entre les dépôts sédimentaires de la plaine du Forez et la roche du socle au niveau des Monts du Forez.


          

Il est possible de commencer les observations par les affleurements du bas : des dépôts de sables et d'argiles posent le problème de leur origine. Amener la réflexion sur leur nature minéralogique, quartz pour les sables, feldspath pour les argiles. Cela donne à penser (formulation d'hypothèse) à une origine granitique. Ceci est corroboré par la présence de
graviers et de galets de granites dans ces dépôts. Leur présence ici suppose qu'un agent (l'eau) les a transporté depuis
un lieu plus élevé (conséquence de l'hypothèse) ; les observations des affleurements situés plus haut sur la route confirment cette hypothèse.
site 2.1.jpg


            Dans un premier temps, l’érosion a fragmenté le socle granitique puis l’altération a désorganisé les réseaux cristallins
et dissous en partie les éléments minéraux. De nouveaux minéraux, stables dans les conditions de pression et de température qui existent en surface se sont formés. Il s’agit principalement d’argiles qui se sont accumulées dans la zone
basse que constitue la plaine du Forez.


Relations tectoniques entre le socle et les produits de son altération.

           
          

Faille-normale-copie.jpgUn des affleurements sur la partie haute de la route montre clairement le contact entre le socle granitique et les produits de l'altération-érosion. Une faille normale, bien que perturbée par des éboulis, est visible ; elle permet d'introduire la question de la genèse de la plaine du Forez liée à un contexte d’extension, à partir de -35 millions d’années.

 


SUR LE TERRAIN AU NIVEAU DU SITE DE CHENEREILLES


Mise en relation des trois affleurements observés.


    

pyro       Le premier affleurement (dépôts de pyroclastites) met les élèves en situation de questionnement devant une observation de terrain : quelle origine pour ce dépôt stratifié ? Dès lors, deux hypothèses sont possibles : l’une sédimentaire
semble logique, l’autre volcanique est moins évidente.

 

 

Plus loin, l’observation de la roche compacte d’origine volcanique (le basalte) au niveau des deuxième et troisième affleurements permet d’éliminer la première hypothèse sédimentaire.
Le troisième et dernier affleurement amène la réflexion sur les modalités d'épanchement de la lave : coulée, lac de lave,
dyke, sill ou neck ? L'introduction de la notion de structure de refroidissement (les orgues) se mettant en place perpendiculairement aux isothermes permet d'en sélectionner une ou deux (coulée ou lac de lave).
Orgues.jpg

      
        Ainsi, l’ensemble du site de Chenereilles correspond à un seul et même édifice volcanique vu sous différents aspects :
scories éruptives, contact avec l’encaissant granitique et coulée effusive.


Mise en perspective de l’ensemble des observations et généralisation.


            Sachant que le volcanisme est toujours liée à des fracturations de la croûte, il est désormais possible de relier l’activité volcanique vue à Chenereilles au contexte d’extension observé à Pralong. Ainsi, au terme de ce deuxième arrêt, on peut établir une synthèse en reliant les différents aspects, volcanique, plutonique, sédimentaire et tectonique de cette région. Considérant le contexte géologique ayant permis la mise en place de la Plaine du Forez et du volcanisme associé, il
devient interressant d’ouvrir la réflexion sur des contextes actuels similaires (Rift Est-Africain, Mer Rouge).


ACTIVITÉS ET PROLONGEMENTS POSSIBLES EN CLASSE


Autour de la notion d’érosion, d’altération et de sédimentation.


            Prélever des échantillons au cours de la sortie afin de procéder au tri minéralogique du granite, de l’arène granitique et des sédiments. Mettre ainsi en relation les matériaux de comblement de la Plaine avec les roches du socle. En déduire
la transformation minéralogique liée à l’altération du feldspath.
            Expliciter l’action des agents atmosphériques dans l’érosion d’une roche.
            Observer et/ou manipuler un modèle illustrant le tri des particules sédimentaires qui s’effectue selon leur taille lors de leur transport par l’eau.
            Reconstituer les variations climatiques de la fin du Tertiaire à partir de l’analyse de la nature minéralogique et paléontologique des séquences sédimentaires de la Plaine du Forez.

Autour de la notion d’extension et du type de paysage induit.

   
            Réaliser un profil topographique et une coupe mettant en évidence les éléments majeurs du paysage et leurs correspondances avec les ensembles géologiques (monts, plaine, butes, failles normales, volcans, profondeur limite
socle/sédiments...).
            Comparer le paysage observé avec un autre exemple connu (rift) et proposer une hypothèse pour le genèse du paysage étudié.

            Modéliser un système en distension et, au vu des résultats observés, conclure sur la validité de l’hypothèse.
Élargir le propos aux phénomènes d’ouverture océanique actuel (Mer Rouge) ou passé (Océan Atlantique) et proposer
des scénarios pour le futur.


Autour de la notion d’utilisation des ressources naturelles par l’homme


            Inventorier les différentes activités industrielles de la Plaine du Forez pouvant être reliées à la géologie locale : tuileries et briqueteries (argiles), eaux minérales et thermalisme (conséquences du volcanisme), verreries (sables quartzeux).


 PROPOSITIONS POUR LA FICHE ÉLÈVE


            Repérage des différents sites étudiés sur une carte topographique.
            Représentation systématique par des schémas des observations réalisées à différentes échelles : lecture de paysage, affleurement, roche, minéral.
            Utilisation possible d’une clé de détermination pour aider à l’identification des roches et de leurs minéraux constitutifs.
            Repérage et identification des grandes structures géographiques du paysage.
            Schémas récapitulatifs des observations faites sur les sites de Pralong et de Chenereilles permettant une synthèse de l’histoire géologique de la région depuis le milieu du Tertiaire.
            Suite aux observations et interprétations de terrain, positionnement des affleurements sur une carte géologique simplifiée.


ASPECTS PRATIQUES POUR LA SORTIE DE TERRAIN


Prévoir un support rigide, des feuilles et un crayon par élève pour la prise de notes. Apporter quelques sacs pour la
récolte d’échantillons à ramener en classe, quelques loupes et marteaux de géologue ainsi qu’une boussole éventuellement.
Par temps froid et/ou pluvieux, prévoir les habits et les chaussures adéquats.

 

retour au sommaire