Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Plasticité du cortex moteur - indice 1- du côté des élèves

La consigne globale donnée aux élèves est  : "À partir de l’exploitation pertinente des ressources informatiques et documentaires proposées, argumentez en faveur de l'idée de plasticité du cortex moteur"  

On utilise ici le premier indice  : comparaison des cartes motrices de deux individus différents

Sujet 13111 - Zones corticales spécifiquement activées lors de la réponse motrice de la main gauche (= image  de différence statistique entre la réponse motrice de la main gauche et celle de la main droite)

3coupes_mgVSmd_sujet13111

Profondeur  des plans de coupe : 24 en coupe axiale, 22 en vue sagittale et 55 en coupe coronale.

Sujet 13112 - Zones corticales spécifiquement activées lors de la réponse motrice de la main gauche (= image  de différence statistique entre la réponse motrice de la main gauche et celle de la main droite)

3coupes_mgVSmd_sujet13112

Profondeur des plans de coupe : 19 en coupe axiale, 26 en coupe sagittale et 58 en coupe coronale.

Origine des images : Anton Jean-Luc, Centre d’Imagerie par Résonance Magnétique Nucléaire fonctionnelle, CHU la Timone, 264 Rue St Pierre, 13 385 Marseille Cedex 05, France. Centre Nationale de la Recherche Scientifique, Universités d'Aix-Marseille (U1, U2, U3) et Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille.

 

 Dans cet exemple, il aura fallu régler de manière sensiblement différente les profondeurs des plans de coupe pour chaque individu afin de mettre en évidence l'emplacement des zones corticales  les plus actives. L'imagerie fonctionnelle du cerveau aura donc permis d'observer que chez deux individus qui effectuent exactement la même tâche motrice, la zone active se situe bien dans le cortex frontal mais les localisations cérébrales ne sont pas strictement identiques.

 

Si l'on vient d'établir que des individus différents ont de cartes motrices différentes, rien ne prouve que les différences observées ne sont pas innées. D'autres indices sont nécessaires pour prouver pleinement plasticité du cortex moteur.

 Revenir à la démarche pour utiliser les autres indices