Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Neurosciences / Dossiers thématiques / Perception sensorielle / Vision / COMPRENDRE / Mouvements oculaires / Oscillopsie: atteinte de la fonction vestibulaire

Oscillopsie: atteinte de la fonction vestibulaire

Par jauzein — Dernière modification 29/09/2017 15:36
Aude Richter et Michèle Ternaux, 2005-2006

En 1952, un physicien nommé John Crawford perdit de façon permanente la fonction de son appareil vestibulaire à la suite de surdoses de streptomycine ( le but de la médication était de traiter une forme de tuberculose articulaire du genou).

Voici ce qu?il dit :

 «  Durant ce premier jour, les symptômes augmentaient rapidement. Chaque mouvement dans le lit causait dorénavant des vertiges et des nausées, même lorsque je gardais les yeux ouverts.

Si je fermais les yeux, les symptômes étaient plus intenses. Tout d?abord, je trouvais qu?allongé sur le dos et sans bouger, en m?agrippant aux barreaux de la tête du lit, la situation était à peu près confortable. Ensuite, même dans cette position, la pulsation dans ma tête devint un mouvement perceptible, perturbant mon équilibre. »

Ce que ce patient ressentait correspond à peu près à ce que seraient les résultats d?une séquence prise en pointant une caméra droit devant, la maintenant contre sa poitrine, et marchant à allure normale en ville.

Il déclare d?ailleurs :

« Lors de la marche, je percevais trop de mouvement dans les images visuelles des alentours pour permettre la reconnaissance des détails fins?Etant incapable de distinguer les visages familiers des non familiers lorsque je marchais, la solution évidente était de prétendre reconnaître tout le monde. »

Le graphique de gauche montre la vitesse angulaire des mouvements horizontaux de la tête pour une séquence de quatre à cinq pas sur une période de 2s, ce qui correspond à une allure de marche ordinaire.

Les mouvements horizontaux des yeux par rapport à la tête ont à peu près la même vitesse, mais ils se font dans la direction opposée.

La vitesse de direction du regard est simplement la somme des vitesse de la tête et des yeux par rapport à la tête. La partie grisée délimite les vitesses de 2,5°/s vers la gauche et vers la droite. On constate que la vitesse du regard se situe principalement dans cette gamme.

 

Oscillopsie1.gif Oscillopsie2.gifD?après Grosman et al. 1989 et 1990

 

 

 

Une façon d?interpréter ces données est de dire que les mouvements oculaires sont capables de compenser presque tous les mouvements de la tête.

 

La situation change en cas d?atteinte de la fonction vestibulaire (graphique de droite).

 

Les rotations de la tête sont normales mais prudentes et les mouvements oculaires du patient par rapport à la tête ne sont plus une fidèle image en miroir des mouvements de la tête. Par conséquent, la vitesse du regard est plus élevée que normalement (elle dépasse souvent 2,5°/s).

 

On comprend alors que la vision soit floue pendant la marche et accompagnée d?un mouvement apparent du monde visuel.