Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Neurosciences / Dossiers thématiques / Perception sensorielle / Vision / COMPRENDRE / Mouvements oculaires / Le réflexe vestibulo-oculaire

Le réflexe vestibulo-oculaire

Aude Richter et Michèle Ternaux, 2005-2006

Il utilise une entrée vestibulaire afin de maintenir les images stables sur la rétine durant les rotations de la tête brèves et rapides

 

Figure 1. 

RefVestibOcul.gif

L’oreille interne de tous les vertébrés contient à la fois un détecteur de son, appelé cochlée (du grec kokhlos : escargot) et un détecteur d’accélération appelé appareil vestibulaire. Ce dernier joue un rôle important à la fois dans l’équilibre et la stabilisation du regard.

d'après La vision - De Boeck

Il est facile de montrer comment l’appareil vestibulaire participe à la stabilisation du regard lors des mouvements de la tête : regardez un objet face à vous et, tout en continuant à le regarder, tournez rapidement la tête. Le regard ne semblera pas avoir quitté l’objet. Lorsque la tête bouge, les canaux semi-circulaires du vestibule de l'oreille interne signalent à quelle vitesse se fait le mouvement céphalique. Le système oculomoteur répond aux mouvements de la tête par un mouvement des yeux égal en amplitude mais opposé en direction au mouvement de la tête, et ceci selon les trois degrés de liberté. Il existe une correspondance assez simple Il entre les trois canaux et les trois paires de muscles. Ce type de coordination, appelé réflexe vestibulo-oculaire ou VOR en anglais, permet de maintenir stable l'image rétinienne du monde extérieur.

Le VOR est toujours actif, sauf dans des cas pathologiques= oscillopsie . Par exemple, si vous fixer un objet, et que vous tourniez la tête vers la gauche, le VOR compense cette rotation et maintient la direction du regard stable dans l'espace. Si ce n'était pas le cas, l'image sur votre rétine serait floue, comme si on faisait un panoramique rapide avec une caméra.

Lors de rotations à vitesse constante, comme si vous étiez assis au centre d'un tourne-disque, on pourrait penser que le VOR amène l'oeil vers l'extrémité de l'orbite, où il resterait bloqué. Ceci n'arrive pas bien sûr. En fait, l'oeil approche lentement l'extrémité de l'orbite et fait alors un mouvement rapide qui le ramène vers une position médiane. Cette succession de phases lentes et rapides est appelée nystagmus vestibulaire.

La phase lente a lieu dans la direction opposée à celle du mouvement de la tête. Dans l'obscurité, le nystagmus ne se prolonge pas indéfiniment. La phase lente se ralentit progressivement au fur et à mesure que les capteurs du canal s'adaptent à la stimulation (la constante de temps du canal est de l'ordre de 5 s, prolongée à 25 s par la circuiterie du tronc cérébral). Lorsque la vitesse de la phase lente s'annule, le nystagmus s'interrompt et les yeux suivent alors la tête dans son déplacement. Lorsque la rotation s'interrompt, apparaît un nystagmus dit post-rotatoire, dont les phases lentes et rapides sont inversées par rapport au nystagmus rotatoire. Ceci correspond au fait que le canal ne peut pas faire la différence entre une décélération et une accélération en direction opposée.

 

Voir le contrôle du réflexe vestibulo-oculaire