Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Plateforme - ACCES
Navigation

Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
logo UDL
Logo Auvergne-Rhone-Alpes
logo UNISCIEL

Potentiels évoqués cérébraux

Par jauzein — Dernière modification 27/03/2019 14:48
Les potentiels évoqués cérébraux, dits ERPs (pour Event-Related-Potentials), reflètent l'activité de la masse neuronale qui génère des champs électriques sur le scalp, dans une certaine relation temporelle avec la stimulation ou l’exécution d'un mouvement.

Les potentiels évoqués cérébraux

Les ERPs (pour Event-Related-Potentials), reflètent l'activité de la masse neuronale qui génère des champs électriques sur le scalp, dans une certaine relation temporelle avec la stimulation ou l'éxécution d'un mouvement.

Aspect technique

La technique consiste à coller des électrodes sur le scalp avec une substance conductrice. Avant, pendant et après l'exposition à un stimulus ou un mouvement, on enregistre l'activité électrique comme différences de potentiel entre des paires d'électrodes.

 
Scalp.gif

Dispositif d'enregistrement de potentiels évoqués cérébraux

Les différences sont échantillonnées plusieurs centaines de fois par seconde dans chaque canal d'enregistrement. Les données prises à des moments identiques par rapport à l'évènement de référence sont moyennées à travers les répétitions de la condition expérimentale.Les moyennes résultantes sont des courbes de différences de potentiel en fonction du temps. On appelle les sommets et les déflexions de la courbe des composantes, elles sont supposées refléter une activation maximale d'un processus particulier.

On distingue entre composantes exogènes et endogènes :

  • les composantes exogènes sont toujours obtenues avec un stimulus donné, elles varient essentiellement avec les caractéristiques du stimulus et tendent à s'observer tôt après le stimulus
  • les composantes endogènes tendent à s'observer tard et peuvent avoir lieu ou non pour un stimulus donné, suivant le rôle que joue ce stimulus dans l'expérience

 

Lecture d'un enregistrement

Les composantes sont libellées d'après :

  1. leur polarité : positive P ou négative N
  2. le temps d'occurence le plus précoce après le stimulus : latence en ms
  3. leur localisation sur le scalp
PE-P300.jpg
L'amplitude de l'onde P300 est inversement proportionnelle à la probabilité d'occurence du stimulus (Source:présentation, diapo 22)
 

Exemple de composante classique d'un potentiel évoqué cognitif: la composante positive P300 (latence de 300 ms), c'est une composante endogène. Cette composante est appelée P300 traditionnellement, indépendamment de sa latence exacte (la dégradation du stimulus pouvant provoquer des augmentations de latence).

Le problème de ces enregistrements est l'absence de voltage de référence. En réalité on ne fait que déceler le fait qu'une électrode A est plus positive ou négative qu'une électrode B à un moment donné, et c'est avec cela que l'on estime la quantité de changement provoqué par un évènement (et non l'état absolu en une zone particulière du cortex).

Les données électriques peuvent ainsi permettre des suggestions sur le timing relatif et la puissance des processus mentaux, ainsi que sur les différences de localisation entre les processus induits par différentes manipulations expérimentales.

Les "cartes du cortex"

Des techniques plus sophistiquées permettent de réaliser des sortes de cartes du cortex, qui spécifient la localisation des valeurs maximales et minimales d'activités électriques, à un moment donné, et donnent la forme des lignes équipotentielles (comme des courbes de nivau du potentiel électriques), indépendamment d'un quelconque point de référence.

 
CarteActivCorticale.gif
Carte corticale de potentiels évoqués
Ces représentations, élaborées pour plusieurs moments successifs, permettent de localiser l'activité nerveuse par des changements dans la configuration spatiale du champ électrique (en bas à droite: position des électrodes).
 

Spécificités des potentiels évoqués visuels

Voir la page Les potentiels évoqués visuels

 

Auteurs:

Françoise Jauzein, Anne Woehrle

Sources : INP2_2004_O5.ppt de José Junca de Morais en ligne à http://www.ulb.ac.be/cours/morais

Exploration de la fonction visuelle, de J-F Risse, édition Masson, 1999

EEG et potentiels évoqués: http://www.labos.upmc.fr/center-meg/media/meegirmf2003/BRNeurophysio.pdf