Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Voir un courant océanique profond

Mise à jour : 14/08/2001

Démarche proposée par T. Lhuillier, Lycée Claude de France, Romorantin
Relue par Laurent Mémery, LODYC - CNRS

Prérequis :

Les CFC sont des molécules totalement anthropiques et présentes dans l'atmosphère. Ils sont chimiquement stables et peuvent être utilisés comme traceurs d'une masse d'eau.
(points sur les CFC)

Cette activité utilise le logiciel ODV (Ocean Data View), la collection WoceBtl et le dossier de configuration CFC.

Objectif :

Montrer que l'océan n'est pas une masse d'eau inerte.
 

Procédure pour observer et interpréter
  • Ouvrir ODV 
  • File,Open

Wocebtl.var 
  • Configuration,

Load configuration
A6_cfc.cfg 
  • Les concentrations en CFC sont maximums en surface et nulles en profondeur. 
  • Il existe pourtant deux noyaux à 1500 m et 3500 m de profondeur, à l'ouest, où les concentrations ne sont plus négligeables. 
  • Les CFC atmosphériques contaminent les eaux de surfaces mais la diffusion en profondeur est très lente. 
  • Les CFC des deux noyaux n'ont pas diffusé verticalement mais ont été transportés horizontalement. 

 

Objectif :

Rechercher l'origine des CFC de 1500 et de 3500 m.

(On pourrait également faire le même travail sur les CFC présents dans l'Eau Antarctique de Fond qui nous permettrait de montrer l'origine des CFC au niveau de la mer de Weddell).
 

Procédure pour observer et interpréter
  • choisir son trajet (campagne=cruise) pour lequel les analyses CFC ont été effectuées sur la carte de l'Océan Atlantique 
  • Configuration,Load configuration : 


Choisir une campagne en fonction de l'hypothèse proposée 

  • Une augmentation des concentrations en CFC des noyaux profonds quand on va vers le Nord 
  • Une disparition progressive des CFC en profondeur quand on va vers le Sud 
  • Les CFC proviennent de l'Atlantique Nord (mer du Groenland et mer du Labrador). 

 

Objectif :

Rechercher la cause d'un courant profond à ces endroits. 

On peut utiliser le mode station d'ODV. 
 

Procédure pour observer et interpréter
  • Load configuration : plongée.cfg 
  • La densité augmente avec la profondeur quelque soit la station. 
  • On observe une pycnocline très nette dans les zones tropicales et équatoriales mais seules deux zones ne la montrent pas : la mer du Groenland et la mer de Weddell 
  • En hiver, la diminution de la température, due aux pertes de chaleur vers l'atmosphère et l'augmentation de la salinité, due à une forte évaporation (vents élevés) ou, à certains endroits, à la formation de la glace de mer (banquise), provoque une augmentation de la densite de surface suffisante pour entrainer la plongée des eaux en contact avec l'atmosphère. 

 

On peut effectuer la même recherche avec le mode scatter d'ODV. Celui-ci a l'avantage de permettre à l'élève de raisonner sur la densité. 
 

Procédure pour observer et interpréter
  • Load configuration : scatter_plongée.cfg 
  • cliquer sur le graphique salinité ou température 
  • Une forte salinité n'est pas synonyme d'une forte densité 
  • Les eaux de surface les plus denses sont aussi les plus froides 
  • Les eaux les plus denses sont froides et plutôt de forte salinité. 
  • Deux zones concernées sont: la mer du Groenland et la mer de Weddell. 

 

Démarche illustrée

 

flèchean retour.gif

Licence creative commons version 3.0 :

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/3.0/deed.fr

- pour plus d'information contacter l'auteur