Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Programmes / Programme de SVT - Premières L et ES

Programme de SVT - Premières L et ES

Des ressources du site ACCES pour les programmes de Première ES et L

Bulletin officiel spécial n° 9 du 30 septembre2010

Représentation visuelle

Notions et contenus Ressources ACCES
De l’oeil au cerveau

L’oeil : système optique et formation des images
Conditions de visibilité d’un objet.
Approche historique de la conception de la vision.
Modèle réduit de l’oeil.
Lentilles minces convergentes, divergentes.
Éléments caractéristiques d'une lentille mince convergente : centre optique, axe optique, foyers, distance focale.
Construction géométrique de l'image d'un petit objet-plan donnée par une lentille convergente.
L’oeil, accommodation, défauts et corrections
Formation des images sur la rétine ; nécessité de l’accommodation.
Punctum proximum et punctum remotum.
Défauts de l’oeil : myopie, hypermétropie et presbytie.
Principe de correction de ces défauts par des lentilles minces ou par modification de la courbure de la cornée ; vergence.

Acquis du collège : propagation rectiligne de la lumière, modèle du rayon lumineux, vision des objets, lentilles, formation des images réelles.


Des photorécepteurs au cortex visuel
La vision du monde dépend des propriétés des photorécepteurs de la rétine.
L'étude comparée des pigments rétiniens permet de placer l’Homme parmi les Primates.
Le message nerveux visuel emprunte des voies nerveuses jusqu'au cortex visuel.
Aires visuelles et perception visuelle
L'imagerie fonctionnelle du cerveau permet d'identifier et d'observer des aires spécialisées dans la reconnaissance des couleurs, ou des formes, ou du mouvement.
Aires cérébrales et plasticité
La reconnaissance d'un mot écrit nécessite une collaboration entre aires visuelles, mémoire et  des structures liées au langage.

 Dossier sur la vision avec les logiciel De VIsu et EduAnatomist
Couleurs et arts
Colorants et pigments.
Approche historique.
Influence d’un ou plusieurs paramètres sur la couleur de certaines espèces chimiques.
Synthèse soustractive ; synthèse additive.
Application à la peinture et à l’impression couleur.
Acquis du collège : lumière blanche composée de lumières colorées, couleur d’un objet, synthèse additive, synthèse d’une espèce chimique.
Limites :
- L’appui sur des maladies et des anomalies n'implique pas une connaissance exhaustive de celles-ci.
- On n'aborde ni l’organisation détaillée de la rétine ni le fonctionnement des photorécepteurs. On signale simplement l’élaboration globale d’un message nerveux acheminé par le nerf optique.
- Il ne s'agit pas d'une étude exhaustive des techniques d’exploration du cerveau, des cas cliniques, des maladies et des anomalies de la vision.
On n'étudie ni la localisation relative des aires V1 à V5, ni leurs spécialisations, ni les mécanismes précis de la mémoire ou du langage.
 
La chimie de la perception
La transmission synaptique
La perception repose sur la transmission de messages nerveux, de nature électrique, entre neurones, au niveau de synapses, par l’intermédiaire de substances chimiques : les neurotransmetteurs.
Les perturbations chimiques de la perception
Certaines substances hallucinogènes perturbent la perception visuelle. Leur action est due à la similitude de leur structure moléculaire avec celle de certains neurotransmetteurs du cerveau auxquels elles se substituent.
Leur consommation entraîne des troubles du fonctionnement général de l’organisme, une forte accoutumance ainsi que des « flash-back » imprévisibles.
Acquis du collège et de la classe de seconde : Système nerveux, organes sensoriels, récepteur, centres nerveux (moelle épinière, cerveau), nerf sensitif, neurones, altération des récepteurs sensoriels par l’environnement, cerveau, centre d’analyse et lieu de la perception, variation du débit sanguin en fonction de l’activité d’un organe.
Communication au sein d’un réseau de neurones, action de la consommation ou de l’abus de certaines substances sur les récepteurs et les effecteurs.
Limites :
On se contente, à travers l’observation iconographique de vésicules au niveau synaptique, de mettre en évidence l’intervention d’un neurotransmetteur.
L’action du LSD (et éventuellement d’autres drogues) est expliquée au niveau moléculaire.
Le volet « éducation à la santé » doit être développé.
 

Nourrir l'humanité

Notions et contenus Ressources ACCES
Vers une agriculture durable au niveau de la planète

Pratiques alimentaires collectives et perspectives globales

L’agriculture repose sur la création et la gestion d’agrosystèmes dans le but de fournir des produits (dont les aliments) nécessaires à l’humanité. Dans un agrosystème, le rendement global de la production par rapport aux consommations de matière et d’énergie conditionne le choix d’une alimentation d’origine animale ou végétale, dans une perspective de développement durable.

Une agriculture pour nourrir les Hommes

L’exportation de biomasse, la fertilité des sols, la recherche de rendements et l’amélioration qualitative des productions posent le problème :

- des apports dans les cultures (engrais, produits phytosanitaires, etc.) ;

- des ressources en eau ;

- de l’amélioration des races animales et des variétés végétales par la sélection génétique, les manipulations génétiques, le bouturage ou le clonage ;

-du coût énergétique et des atteintes portées à l’environnement. Le choix des techniques culturales doit concilier la production, la gestion durable de l’environnement et la santé.

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Qualité des sols et de l’eau

Le sol : milieu d’échanges de matière. Engrais et produits phytosanitaires ; composition chimique.

Eau de source, eau minérale, eau du robinet ; composition chimique d’une eau de consommation. Critères physicochimiques de potabilité d’une eau. Traitement des eaux naturelles.

Acquis (collège et seconde) : SVT : caractéristiques du milieu et répartition des êtres vivants ; peuplement d’un milieu ; biodiversité ; production alimentaire par l’élevage ou la culture ou par une transformation biologique ; le sol, patrimoine durable ; producteurs ; synthèse de matière organique à la lumière ; biomasse ; gènes ; allèles, ADN ; transgenèse ; reproduction sexuée et unicité des individus.

SPC : l’eau dans l’environnement, mélanges aqueux, mélanges homogènes et corps purs, l’eau solvant, formules de quelques ions, protocole de tests de reconnaissance de certains ions.

Limites : On se limite à la quantification des flux d’énergie et de matière sans identifier ni expliquer les mécanismes biologiques explicatifs. Aucune exhaustivité n’est attendue dans la connaissance des pratiques de cultures et d’élevages. Les mécanismes cellulaires du bouturage ne sont pas à connaître. Les étapes du clonage et des manipulations génétiques ne sont pas étudiées pour elles-mêmes mais pour leur intérêt en agriculture.

 

Généralités sur les nitrates

Etat des lieux sur l'utilisation des nitrates (échelles mondiale, nationale, régionale)

Généralités sur les pesticides

Etat des lieux sur l'utilisation des pesticides (échelles mondiale, nationale, régionale)

 

• "Eau et sol, deux ressources inégalement réparties à la surface de la planète"

• "La répartition de l'eau douce sur la planète"

• "Les réserves en eau utilisables à l'échelle de la planète"

 

---------------------------------------

Qualité et innocuité des aliments : le contenu de nos assiettes

Biologie des microorganismes et conservation des aliments

Certaines techniques de conservation se fondent sur la connaissance de la biologie des microorganismes, dont certains sont pathogènes, et visent à empêcher leur développement.

Conservation des aliments, santé et appétence alimentaire

La conservation des aliments permet de reculer la date de péremption tout en préservant leur comestibilité et leurs qualités nutritives et gustatives. Les techniques de conservation peuvent modifier les qualités gustatives et nutritionnelles des aliments et provoquer parfois des troubles physiologiques chez le consommateur.

Conservation des aliments

Effet du dioxygène de l’air et de la lumière sur certains aliments. Rôle de la lumière et de la température dans l’oxydation des produits naturels.

Conservation des aliments par procédé physique et par procédé chimique.

Se nourrir au quotidien :

exemple des émulsions Structure simplifiée des lipides. Espèces tensioactives ; partie hydrophile, partie hydrophobe. Formation de micelles.

Acquis (collège et seconde) : Transformation biologique : microorganismes, aspect gustatif. Les changements d’état, composition de l’air, les atomes pour comprendre la réaction chimique.

Limites : Il ne s’agit pas : - d’établir une liste exhaustive des agents pathogènes, des intoxications alimentaires et des symptômes de ces dernières ; - d’étudier les techniques de conservation des aliments pour elles-mêmes ; - de lister tous les conservateurs et leurs effets supposés sur la santé.

 

 

Programmes officiels : B.O spécial n°9 du 30 septembre 2010  

 

Thèmes - Notions du programme

Ressources proposées dans ce site
Nourrir l'humanité : Vers une agriculture durable au niveau de la planète
Une agriculture pour nourrir les hommes

 

 

  L'exportation de biomasse, la fertilité des sols, la recherche de rendements et l'amélioration qualitative des productions posent le problème :

  • des apports dans les cultures : engrais, produits phytosanitaires, etc. ;



  

 

  • des ressources en eau ;
  • [...]

 

  • Généralités sur les nitrates

  • Etat des lieux sur l'utilisation des nitrates (échelles mondiale, nationale, régionale)

  • Généralités sur les pesticides

  • Etat des lieux sur l'utilisation des pesticides(échelles mondiale, nationale, régionale)

 

  • "Eau et sol, deux ressources inégalement réparties à la surface de la planète"

  • "La répartition de l'eau douce sur la planète"

  • "Les réserves en eau utilisables à l'échelle de la planète"

Qualité des sols et de l'eau

 

  • Le sol : milieu d'échanges de matière.
  • Engrais et produits phytosanitaires ; composition chimique

 

 

  • Eau de source, eau minérale, eau du robinet ; composition chimique d'une eau de consommation.

 

  • Critères physico-chimiques de potabilité d'une eau. 
  • Traitement des eaux naturelles

  

 

Féminin/masculin

Notions et contenus Ressources ACCES
 Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle

 La connaissance de plus en plus précise des hormones naturelles contrôlant les fonctions de reproduction humaine a permis progressivement la mise au point de molécules de synthèse qui permettent une maîtrise de la procréation de plus en plus adaptée, avec de moins en moins d'effets secondaires.
Ces molécules de synthèse sont utilisées dans :
- la contraception régulière (« la pilule ») ;
- la contraception d'urgence ;
- l'IVG médicamenteuse.
Elles sont également utilisées dans les techniques de procréation médicalement assistée (PMA) qui permettent ou facilitent la fécondation et/ou la gestation dans les cas de stérilité ou d'infertilité.
Les IST, causes de stérilité, et leur propagation au sein de la population peuvent être évitées par des comportements individuels adaptés.


Acquis du collège : reproduction sexuée, fécondation, nidation, cellules reproductrices (spermatozoïdes, ovules), organes reproducteurs, caractères sexuels secondaires, origine hormonale et caractéristiques de la puberté, règles, ménopause, rapport sexuel, embryon, hormones ovariennes (oestrogènes, progestérone), organe-cible, maîtrise de la reproduction : contraception (chimique ou mécanique), contragestion, interruption de grossesse, effet abortif, PMA.
Limites :
Seuls les mécanismes régulateurs permettant de comprendre les phénomènes moléculaires des actions contraceptives sont à connaître.
Les mécanismes cellulaires d’action des molécules hormonales ne sont pas au programme.
Il ne s’agit pas de prendre en compte toutes les causes de stérilité ni toutes les techniques de procréation médicalement assistée mais de montrer que leurs principes reposent sur des connaissances scientifiques.
Le cadre éthique doit être discuté.
L’étude exhaustive des IST et de leurs agents infectieux n’est pas l’objectif du programme.
Le volet « éducation à la santé » doit être développé.

 
 Devenir homme ou femme
 La mise en place des structures et de la fonctionnalité des appareils sexuels se réalise sur une longue période qui va de la fécondation à la puberté, en passant par le développement embryonnaire et foetal.
Acquis du collège :
Chromosomes sexuels, gène, caractères héréditaires, organes reproducteurs, caractères sexuels secondaires, puberté, embryon.
Limites :
On étudie les trois étapes de la différenciation mais :
- le lien entre sexe génétique et sexe phénotypique s’appuie sur des données médicales et non expérimentales ;
- on n’entre pas dans le détail des mécanismes montrant l’influence du sexe génétique sur le sexe phénotypique (gène SRY, protéine TDF).
 
 Vivre sa sexualité

 Le comportement sexuel chez les Mammifères est contrôlé, entre autres, par les hormones et le système de récompense.
Au cours de l’évolution, l’influence hormonale dans le contrôle du comportement de reproduction diminue, et corrélativement le système de récompense devient prépondérant dans la sexualité de l’Homme et plus généralement des primates hominoïdes.
Les facteurs affectifs et cognitifs, et surtout le contexte culturel, ont une influence majeure sur le comportement sexuel humain.

Acquis du collège : système nerveux, centres nerveux.
Limites : on s'en tiendra à une approche descriptive du déterminisme hormonal du comportement sexuel et de l'intervention du système de récompense, sans explication à l’échelle cellulaire ou moléculaire.

 

Le défi énergétique

Notions et contenus Ressources ACCES
Activités humaines et besoins en énergie
Besoins énergétiques engendrés par les activités
humaines : industries, transports, usages domestiques.
Quantification de ces besoins : puissance, énergie.
 
Utilisation des ressources énergétiques disponibles
Ressources énergétiques et durées caractéristiques associées (durée de formation et durée estimée
d'exploitation des réserves).
Ressources non renouvelables :
- fossiles (charbon, pétroles et gaz naturels) ;
- fissiles (Uranium : isotopes, U 235
92 : isotope fissile).
Ressources renouvelables.
Le Soleil, source de rayonnement.
 
Conversion d’énergie  
Centrale électrique thermique à combustible fossile ou
nucléaire.
Réaction de combustion.
Réaction de fission.
Réaction de fusion.
Le Soleil, siège de réactions de fusion nucléaire.
Exploitation des ressources renouvelables.
 
Optimisation de la gestion et de l’utilisation de l’énergie
Transport et stockage de l’énergie.
Accumulateur électrochimique et pile à combustible.
Sous-produits de l'industrie nucléaire. Décroissance radioactive.
Effet de serre.
Les acquis du collège : les changements d’état de l’eau, les combustions, les atomes pour comprendre la réaction chimique, pile électrochimique et énergie chimique, l’alternateur, tension alternative, puissance et énergie électriques.