Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon
Vous êtes ici : Accueil / Thématiques / Biodiversité / Enseignement de la biodiversité / Synthèses, mises au point / Les niveaux de biodiversité

Les niveaux de biodiversité

La biodiversité peut être pensée selon trois paliers : la génétique, les espèces ou les écosystèmes.

Ce découpage facilite la recherche, autant sur la plan théorique qu'expérimental.

Le niveau spécifique (de l'espèce) est le plus étudié car il est le plus facile à aborder.

La diversité génétique

 La biodiversité génétique caractérise la diversité des gènes au sein d'une espèce.

genes.jpg

Le codage génétique

yeux.jpg

 yeux noirs

la diversité des allèles

singe et homme

la différence de gènes entre les espèces

 

La diversité génétique correspond à la variété des gènes, mais aussi à celle des allèles, et même à celle des structures chromosomiques.

L'étude peut ainsi porter sur la diversité des allèles au sein d'une population d'individu (ex : la couleur des yeux) ou bien pour toute l'espèce. Les recherches peuvent aussi se concentrer sur la diversité des gènes au sein d'une communauté écologique par comparaison entre les espèces , ou encore sur une plus grande échelle comme un biome.

Le niveau étudié dépend des objectifs de l'étude. Mais les résultats sont toujours exceptionnellement foisonnant. Par contre cette diversité est difficile à étudier car elle demande beaucoup de temps et des analyses en laboratoire ayant un coût élevé.

Quelle est l'importance de la diversité génétique intraspécifique ?

La diversité génétique est la "matière première" qui permet l'évolution des espèces et donc leur adaptation. Plus une population ou une espèce est diversifiée sur le plan des gènes, plus elle a de chance que certains de ses membres arrivent à s'adapter aux modifications survenant dans l'environnement. Au contraire, moins la diversité est grande, plus la population s'uniformise, les individus deviennent de plus en plus semblables les uns aux autres et il devient peu probable que l'un d'entre eux ait les capacités de s'ajuster à des conditions de vie différentes.

Comment l'Homme influence-t-il la diversité génétique des espèces ?

Prenons l'exemple de l'agriculture moderne qui repose en grande partie sur la monoculture, c'est à dire la culture à grande échelle d'une même plante, de spécimens tous identiques sur le plan génétique. Cette méthode présente certains avantages au niveau de la culture proprement dite et de la récolte. Par contre si une maladie ou un parasite s'attaque au champ, tous les spécimens sont frappés de la même manière. les espèces en monocultures ont donc peu de possibilités de s'adapter aux transformations de leur environnement.

Quels sont les facteurs influençant cette diversité ?

Au sein d'une même espèce, la diversité génétique augmente avec la variabilité des conditions de vie, et inversement.

Dans un écosystème, la diversité génétique augmente avec la diversité des espèces, et là aussi le contraire est vrai.

LA DIVERSITE SPECIFIQUE

 La biodiversité spécifique caractérise la diversité des espèces.

 QUELQUES EXEMPLES D'ESPÈCES VÉGÉTALES DE LA GARRIGUE :

garrigue

la garrigue

arbousier

l'arbousier

Arbutus unedo (Ericacées)

asphodèle

l'asphodèle

Asphodelus (Liliacées)

genévrier cade

le genévrier cade ou oxycèdre

Juniperus oxycedrus (Cupressacées)

 

chêne kermes

le chêne kermès

Quercus coccifera (Fagacées)

ciste cotonneux

le ciste cotonneux

clématite

la clématite

 

 Les espèces sont des unités d'étude clairement définies et bien connues. Il est donc facile de suivre le nombre d'espèces dans un milieu et d'établir une "richesse" de ce milieu. La richesse dépendra du nombre d'espèces identifiées et de la surface sur laquelle l'étude se portera. Il est alors possible de faire des comparaisons entre les richesses spécifiques de 2 milieux ou d'un même milieu mais à deux moments différents. Ces études permettent d'avoir une idée de l'état de santé d'un écosystème. En effet chaque espèce peut être considérée comme jouant un rôle, et l'apparition ou la disparation de l'une d'entre elles a un impact sur le système dans son ensemble.

Ainsi l'étude de la biodiversité peut porter sur :

  • le rythme d'extinction ou d'apparition des espèces
  • l'influence des activités humaines sur la diversité spécifique
  • la distribution des espèces en fonction de leur taxon (importance des insectes dans un milieu par exemple)
  • la distribution géographique des espèces (par exemple les espèces de la garrigue en photo ci-dessus).

 

LA DIVERSITE ECOSYSTEMIQUE

La biodiversité écosystémique caractérise la diversité globale des biocénoses et des bitopes.

L'EXEMPLE DU RÉCIF CORALLIEN :

récif 3 reseau2.jpg  récif 2

L'étude de cette diversité porte sur la fonction que remplit chaque espèce dans l'écosystème, sur l'importance de son rôle. Elle s'intéresse aussi aux interactions entre les espèces, à leur répartition et donc à la dynamique de la communauté.

Le but est de connaitre les impacts que chaque espèce exerce sur les autres et sur son environnement, mais aussi ceux que ces espèces et cet environnement exercent sur elle.  On peut ainsi déterminer les paliers du réseau trophique ou les rôles des guildes (espèces qui ont les mêmes fonctions dans une communauté comme par exemple la photosynthèse). Dans tous les cas un lien peut être établi avec la diversité spécifique, à savoir son rôle et l'importance de sa richesse pour le fonctionnement et la survie de l'écosystème.

Cependant, l'étude de la diversité écosystémique se heurte à deux grandes difficultés :

  • le terme "d'écosystème" lui-même qui désigne tous les niveaux supérieurs à l'espèce, de la plus petite communauté à la plus grande des associations.
  • la délimitation des frontières de l'écosystème (facile pour une mare, beaucoup plus complexe pour une forêt ouverte).

 Enfin, elle demande des mesures nombreuses sur une période assez longue. Elle est donc, par rapport à la diversité spécifique et génétique, la plus complexe et la moins bien connue.

Conclusion

Les trois niveaux d'étude de la biodiversité sont largement interdépendants. Il n'existe pas de frontière nette entre par exemple la richesse de la diversité spécifique et la diversité écosystèmique.

Sources

  • articles du site web de la biodiversité canadienne :

canadianbiodiversity.mcgill.ca/francais/conservation/important.htm

canadianbiodiversity.mcgill.ca/francais/theory/threelevels.htm

  • le site de Ekopédia :

fr.ekopedia.org/Biodiversit%C3%A9

"Le grand livre de la Biodiversité " par Gérard Lacroix et Luc Abadie, CNRS Editions (isbn : 2-271-06363-9)

  • photos sur les sites de :

www.sentier-nature.com/

www.plongeur.com/

vieoceane.free.fr/

Mots-clés associés :