Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Sommaire dossier Alzheimer

historique court et plan avec liens du dossier Alzheimer

LA MALADIE D'ALZHEIMER

Définition :

 

 En 1907, Aloïs Alzheimer étudie le cerveau d’une patiente démente, Auguste D..., décédée à l'âge de 53 ans.

Il met en évidence les deux types de lésions cérébrales qui caractérisent ce qui s'appelle maintenant la "maladie d'Alzheimer" Il utilise, alors, la technique histologique d'imprégnation argentique, celle -ci révèle les structures fibrillaires par précipitation d'argent métallique.

 Aloïs Alzheimer réalise, alors, deux observations au niveau de la substance grise corticale, chacune est une accumulation de fibres nerveuses mais avec des localisations différentes :

- La première concerne une accumulation de fibres nerveuses dans le milieu extracellulaire formant ainsi des plaques amyloïdes ou plaques séniles. Elles sont constituées  de l'agrégation de peptides amyloïdes ß. Ce peptide n'est normalement pas présent dans le cerveau : il provient d'un mauvais clivage de la protéine APP (Amyloïd Protein Precursor).

- La seconde correspond à une accumulation de fibres nerveuses, appelée neurofibrilles, dans le milieu intracellulaire. Celle-ci provoque la mort du neurone, on parle de dégénérescence neurofibrillaire. En 1961, Michael Kidd démontre, via  des observations en microscopie électronique, que ces fibrilles anormales sont des filaments appariés en hélice, d'où le nom de PHF, "paired helical filaments" des anglo-saxons (paires hélicoïdales de filaments en Français).

En 1985, Jean-Pierre Brion grâce à des anticorps, dirigés contre les protéines tau, montre  que les protéines tau sont les constituants majeurs des PHF. Les PHF sont des filaments pathologiques constitués de protéines tau anormalement hyperphosphorylées.

Ces deux types de lésions cérébrales caractérisent ce qui s'appelle maintenant la "maladie d'Alzheimer", elle est associée à la perte progressive de la mémoire, des fonctions cognitives et s'accompagne de troubles du comportement.

 

 Aujourd'hui , près de 350 000 personnes bénéficient d’une prise en charge pour affection de longue durée (ALD 25) de type maladie d’Alzheimer et maladies apparentées en France. Etroitement liée au vieillissement de la population et à l'allongement de la durée moyenne de vie, cette affection devrait continuer à progresser dans les prochaines années.

Compte tenu du caractère évolutif de la maladie, une prise en charge précoce permet d'améliorer les conditions de vie des patients et de leur entourage, d'où l'intérêt du diagnostic précoce .
S'il n'existe pas encore de traitement curatif, la prise en charge de cette maladie fait l'objet de progrès réguliers, elle comporte à la fois une dimension médicale et une dimension sociale étroitement liées.

 

La maladie d'Alzheimer à l'échelle de l'individu :

- Les différentes phases  de la maladie

- La psychologie du malade

- L'établissement d'un diagnostic (IRM, scintigraphie, tests...)

- L'étude de cas cliniques

- Les facteurs de risques et la prévention de la maladie d'Alzheimer

- Le point sur les traitements et la recherche

 

La maladie d'Alzheimer à l'échelle cellulaire et moléculaire :

- Les plaques amyloïdes

- La dégénerescences neurofibrillaires (DNF)

- L'aspect génétique

 

La maladie d'Alzheimer à l'échelle sociale:

- plan Alzheimer 2008-2012

- Les données épidémiologies

- Les implications pour la famille

- facteurs de risques et prévention