Enseigner les Sciences de la nature

logo ensl   Logo du ministère de l'éducation
logo CIRI logo Immuniser Lyon
logo LBMC logo Musée Mérieux
Logo Inserm igfl igfl logo CREATIS
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo geo 3d
Logo de Lyon 1 logo lgltpe 
Logo du Museum national des histoires naturelles
Logo du musée de Confluences
logo LBMC
logo LBMC
logos composé logo COP In My City logo Investissement d'avenirLogo du musée de Confluences
logo Météo France Logo du musée de Confluences
logo EVSlogo Grand Lyon

Réorganisation corticale et âge de la cécité

 

Document Actions

Les personnes devenues aveugles en bas âge ont une meilleure oreille


Une étude parue à la mi-juillet 2004 dans "Nature"- Frédéric Gougoux et Franco Lepore - montre que les aveugles ont une meilleure oreille que les voyants, seulement s'ils ont été frappés de cécité à un très jeune âge.

En effet, l'étude, menée conjointement par l'Université de Montréal et l'Université McGill, démontre que ceux qui ont perdu la vue en bas âge discernent mieux la gamme des différentes tonalités entendues rapidement les unes après les autres. Ils peuvent aussi distinguer correctement des notes d'une durée jusqu'à 10 fois plus courte que ne peuvent le faire les voyants.

De plus, le cerveau de ces jeunes aveugles a été en mesure de se réorganiser, de manière à pouvoir traiter d'autres informations sensorielles. Cette réorganisation ne s'effectue d'ailleurs pas de la même manière si une personne devient aveugle plus tard dans sa vie.

C'est la raison pour laquelle les études antérieures qui ne prenaient pas en compte l'âge auquel les personnes avaient perdu la vue n'avaient pas permis des résultats aussi caractéristiques.

Le travail a été effectué sur 26 personnes : 14 non voyantes et 12 voyantes, ayant entre 21 et 46 ans, recrutées grâce au concours de l'Institut Nazareth, de l'Institut louis Braille, de la Montréal Association for the Blind et du regroupement pour les Aveugles et Amblyopes de Montréal.

Les personnes non-voyantes ont été divisées en sous-groupes:

  • celles qui étaient aveugles de naissance ( ou ayant perdu la vue avant l'âge de 3 ans)
  • celles qui avaient perdu la vue plus tard

 

Les personnes qui étaient devenues aveugles à un très jeune âge ont pu distinguer des différences de tons représentant un 128ème d'octave et identifier des tons d'une durée de 1/50ème de seconde.

 

 

Les personnes aveugles de naissance et la lecture Braille

 

Par ailleurs,les travaux du Dr de Volder ont montré au TEP un hypermétabolisme dans le cortex visuel primaire, chez les aveugles de naissance, alors que ce celui-ci ne reçoit aucune stimulation visuelle. Ce qui a été montré également par d'autres équipes: activation du cortex visuel primaire et associatif lors de la lecture Braille.

A propos de cette lecture Braille, Bach-y-Rita, dans la préface de son livre " Brain mechanisms in sensory substitution" dès 1972, se pose la question de savoir "si les yeux sont essentiels à la vision et les oreilles pour l'ouïe" ou est-ce que l'expérience de lire du braille peut être qualifié de vision ou est-ce plutôt une expérience tactile qui remplace la vision?

Une personne qui est aveugle de naissance n'a jamais eu l'expérience visuelle pour comprendre que, lorsqu'un objet s'éloigne, il devient plus petit visuellement et quand il s'approche, il grossit. Ce sont des codes visuels que, nous les voyants, avons appris à force de voir ce phénomène.

On peut assister à l'apprentissage tactile de ce phénomène en l'espace de quelques minutes lors de certains tests avec des sujets  aveugles de naissance. Ce qui montre que le cerveau possède une étonnante capacité à se réorganiser selon l'expérience sensorielle qui lui est disponible. Par exemple la somatotopie des doigts est représentée sur le cortex visuel d'aveugles de naissance ayant appris à lire le Braille ( Kupers et al.,2006).

Dans cet exemple, les doigts remplacent l'oeil pour la tâche de lecture. Le cerveau s'adapte donc à gérer cette information du mieux qu'il peut avec l'espace cortical disponible.  Le cortex visuel étant la partie du cerveau la mieux adaptée à une tâche de lecture, et l'absence de vision rendant cette zone disponible pour traiter l'information tactile chez les aveugles de naissance, l'intrant tactile pourra être traité par le cortex visuel, après une réorganisation de son innervation.

Cela ne veut pas dire qu'un individu qui n'aura pas subi cette adaptation corticale ne pourra pas apprendre à lire le braille. Un voyant qui apprend à lire le braille ne subira peut-être pas de changements au niveau de son cortex visuel et, par conséquent, il n'atteindra jamais le niveau d'expertise de lecture du braille de certains aveugles de naissance capables de lire le Braille à des vitesses supérieures à celles de voyants lisant un texte standard. La compétence supérieure de l'aveugle lisant le braille est rendue possible grâce au recrutement du cortex visuel pour cette tâche, tandis que le voyant est handicapé par l'absence de finesse de son cortex somatosensoriel pour accomplir cette tâche.

Des études démontrent que des aveugles de naissance peuvent faire des discriminations de forme, d'orientation de lignes, de lettres de l'alphabet et de mouvement de cibles visuelles à l'aide de stimulation tactile sur la langue, et que cette stimulation active le cortex visuel de ces sujets.


 video: reportage de Radio canada sur les travaux du Dr Ptito - Montréal

http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/decouverte/niveau2_8722.shtml

article sur le site canadien Le cerveau

http://thebrain.mcgill.ca/flash/capsules/pdf_articles/plasticite_cerveau.pdf